"Guerre de territoire" à Besançon : une équipe de trafiquants de drogue devant la justice

Publié le 13/06/2022 - 14:27
Mis à jour le 13/06/2022 - 14:33

Le procès de sept membres du clan dit de la Tour, soupçonnés d'avoir participé à des affrontements armés pour le contrôle du trafic de drogue dans le quartier de Planoise à Besançon, entre novembre 2019 et mars 2020, s'est ouvert lundi.

Détendus, voire souriants, les prévenus âgés de 23 à 30 ans, escortés par une quinzaine d'agents de l'administration pénitentiaire équipés de gilets pare-balles et, pour certains, de cagoules, se sont installés dans le calme à 09H00 dans la salle d'audience du tribunal correctionnel de Besançon, qui rendra sa décision jeudi.

Deux d'entre eux ont "contesté" les faits à l'ouverture du procès, les autres les reconnaissant "partiellement", a minima. Les hommes sont soupçonnés d'avoir participé à un important trafic de stupéfiants dans le quartier populaire de Planoise et à des fusillades visant une bande rivale, dans la rue, parfois en plein jour, faisant cinq blessés par balle.

Poursuivis notamment pour "association de malfaiteurs", "trafic de stupéfiants" et "violences volontaires aggravées, en réunion et avec arme", ils encourent 10 ans à 20 ans d'emprisonnement.

Deux frères, Omar et Youssouf Abdou, qui étaient en détention au moment des faits, sont soupçonnés d'être les principaux commanditaires des faits. Selon les investigations menées en co-saisine par la police judiciaire et la sûreté départementale de Besançon, ils dirigeaient le trafic de stupéfiants depuis leur cellule.

Par ailleurs, huit mineurs de l'équipe seront prochainement jugés devant le tribunal pour enfants et dix "petites mains" le seront lors d'un procès ultérieur.

Entre novembre 2019 et mars 2020, deux bandes rivales, les équipes dites de la Tour et de Picardie, s'étaient affrontées pour le contrôle du trafic de stupéfiants dans ce quartier de reconquête républicaine (QRR). La guerre de gangs avait donné lieu à 18 épisodes d'échanges de coups de feu, faisant onze blessés au total dans les deux camps, dont des mineurs, et un mort de 23 ans.

L'enquête portant sur cet homicide est toujours en cours.  Les membres présumés de l'équipe de Picardie, confondus notamment grâce au décryptage de téléphones Sky ECC souvent utilisés par les malfaiteurs, seront jugés lors d'un procès distinct à l'automne 2022.

Au total, 57 personnes ont été mises en examen dans cette affaire qui a fortement ébranlé les habitants du quartier de Planoise.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.07
légère pluie
le 16/04 à 9h00
Vent
5.42 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
85 %