Haute-Saône : l'entreprise Parisot a trouvé un repreneur

Publié le 22/11/2019 - 16:32
Mis à jour le 22/11/2019 - 16:43

Le tribunal de commerce de Dijon a accepté ce vendredi 22 novembre 2019 l'offre de reprise du fabricant de meuble Parisot SAS, en redressement judiciaire, par la société P3G Participations qui prévoit le maintien de 345 postes sur 460, a indiqué la direction du repreneur.

meuble parisot
@parisot instagram ©

"Leader français de la fabrication de meubles en kit", Parisot SAS a été fondé en 1936 par Jacques Parisot, le grand-père de l'ex-présidente du Medef, Laurence Parisot.

76% des effectifs conservés

Le tribunal a estimé que cette offre de reprise en plan de cession représentait "une solution d'équilibre et de pérennité pour la société", a indiqué dans un communiqué adressé à l'AFP la société P3G Participations, dont Parisot SAS est une filiale.

"Seule et unique offre de reprise pour Parisot SAS, placé en redressement judiciaire depuis le mois de juin 2019, le projet prévoit de garantir la
continuité de l'activité et la conservation de 345 postes (76% des effectifs)" sur les 460 que compte Parisot SAS à Saint-Loup-sur-Semouse (Haute-Saône), a-t-elle précisé.

"Parallèlement, P3G Participations garantit 64 postes de reclassement au sein de son groupe, sur les sites avoisinant de CFP (Compagnie française des panneaux) et CFP2, et s'engage à la création de 14 postes", a ajouté le repreneur.

"Il y aura des licenciements"

L'offre portée par Jean-Charles Parisot, président de P3G Participations qui s'était engagé au début de la procédure à "trouver une solution externe ou interne", était soutenue par les élus et les représentants du personnel.

"Malheureusement il y aura des licenciements, mais on espère pas mal de départs volontaires car il y a des gens proches de la retraite", avait estimé le délégué CGT du site de Saint-Loup-sur-Semouse, Philippe Brochère, lors de l'examen du plan par le tribunal.

La société P3G Participations est le second producteur français de panneaux de particules par la taille. Elle détient aussi P3G Industries, une entité qui n'est toutefois pas concernée par la procédure de redressement judiciaire.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Cadeaux de Noël : quels sont les jouets les plus demandés cette année ?

Bezac Kdo • Période oblige, nous vous parlons des jouets phares commandés au Père Noël par les enfants... Le directeur du Pôle Client King Jouet (magasin situé sur la zone commerciale chemin des Marnières à Chalezeule) nous explique les différentes tendances cette année. C'est notre Bezac Kdo du mois de décembre 2020...

La Bourgogne Franche-Comté conteste la fermeture des remontées mécaniques devant le Conseil d’Etat

Devant la décision du gouvernement de maintenir les remontées mécaniques fermées jusqu’au 20 janvier 2021, cinq régions (Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes, Sud, Occitanie et Grand Est) ainsi que plusieurs conseils départementaux de montagne se sont associés pour engager une procédure en référé devant le Conseil d’État.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 3.51
couvert
le 05/12 à 18h00
Vent
1.83 m/s
Pression
998 hPa
Humidité
95 %

Sondage