Haute-Saône : l'entreprise Parisot a trouvé un repreneur

Publié le 22/11/2019 - 16:32
Mis à jour le 22/11/2019 - 16:43

Le tribunal de commerce de Dijon a accepté ce vendredi 22 novembre 2019 l'offre de reprise du fabricant de meuble Parisot SAS, en redressement judiciaire, par la société P3G Participations qui prévoit le maintien de 345 postes sur 460, a indiqué la direction du repreneur.

meuble parisot
@parisot instagram
PUBLICITÉ

"Leader français de la fabrication de meubles en kit", Parisot SAS a été fondé en 1936 par Jacques Parisot, le grand-père de l'ex-présidente du Medef, Laurence Parisot.

76% des effectifs conservés

Le tribunal a estimé que cette offre de reprise en plan de cession représentait "une solution d'équilibre et de pérennité pour la société", a indiqué dans un communiqué adressé à l'AFP la société P3G Participations, dont Parisot SAS est une filiale.

"Seule et unique offre de reprise pour Parisot SAS, placé en redressement judiciaire depuis le mois de juin 2019, le projet prévoit de garantir la
continuité de l'activité et la conservation de 345 postes (76% des effectifs)" sur les 460 que compte Parisot SAS à Saint-Loup-sur-Semouse (Haute-Saône), a-t-elle précisé.

"Parallèlement, P3G Participations garantit 64 postes de reclassement au sein de son groupe, sur les sites avoisinant de CFP (Compagnie française des panneaux) et CFP2, et s'engage à la création de 14 postes", a ajouté le repreneur.

"Il y aura des licenciements"

L'offre portée par Jean-Charles Parisot, président de P3G Participations qui s'était engagé au début de la procédure à "trouver une solution externe ou interne", était soutenue par les élus et les représentants du personnel.

"Malheureusement il y aura des licenciements, mais on espère pas mal de départs volontaires car il y a des gens proches de la retraite", avait estimé le délégué CGT du site de Saint-Loup-sur-Semouse, Philippe Brochère, lors de l'examen du plan par le tribunal.

La société P3G Participations est le second producteur français de panneaux de particules par la taille. Elle détient aussi P3G Industries, une entité qui n'est toutefois pas concernée par la procédure de redressement judiciaire.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Municipale Besançon : les propositions de Karim Bouhassoun pour le développement économique

Karim Bouhassoun, du mouvement "Bisontines – Bisontins" a profité mardi 3 décembre 2019 de sa visite au sein de la manufacture horlogère Vuillemin de Franois afin de présenter son programme économique et industriel pour "l’attractivité économique et le développement des filières" du territoire du Grand Besançon Métropole.

Temporis, ‘‘LA’’ solution locale et indépendante en termes d’emploi

Publi-info • Vous cherchez un job ? Vous cherchez à recruter une comptable, un responsable de production et même un intérimaire pour un remplacement ? En Franche-Comté, Temporis (Intérim et recrutement) sait apporter une solution adaptée à vos besoins parce que les 11 collaborateurs de cette entreprise savent aller au-delà du traditionnel CV.

Toccata : un Bisontin lance la première start-up de formation sur mobile pour les salariés de l’aide à domicile et aidants familiaux

Thomas Balandret, un Bisontin jeune diplômé d'une grande céole de commerce parisienne, a fondé la première start-up de formation sur mobile pour les salariés de l'aide à domicile et aidants familiaux. Elle s'appelle Toccata. Au salon des Services à la personne qui s'est déroulé à Paris en novembre 2019, le créateur d'entreprise a remporté un franc succès avec ses solutions innovantes…
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 4.56
couvert
le 06/12 à 18h00
Vent
3.71 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
65 %

Sondage