Haute-Saône : l'entreprise Parisot a trouvé un repreneur

Publié le 22/11/2019 - 16:32
Mis à jour le 22/11/2019 - 16:43

Le tribunal de commerce de Dijon a accepté ce vendredi 22 novembre 2019 l'offre de reprise du fabricant de meuble Parisot SAS, en redressement judiciaire, par la société P3G Participations qui prévoit le maintien de 345 postes sur 460, a indiqué la direction du repreneur.

@parisot instagram ©
@parisot instagram ©

"Leader français de la fabrication de meubles en kit", Parisot SAS a été fondé en 1936 par Jacques Parisot, le grand-père de l'ex-présidente du Medef, Laurence Parisot.

76% des effectifs conservés

Le tribunal a estimé que cette offre de reprise en plan de cession représentait "une solution d'équilibre et de pérennité pour la société", a indiqué dans un communiqué adressé à l'AFP la société P3G Participations, dont Parisot SAS est une filiale.

"Seule et unique offre de reprise pour Parisot SAS, placé en redressement judiciaire depuis le mois de juin 2019, le projet prévoit de garantir la
continuité de l'activité et la conservation de 345 postes (76% des effectifs)" sur les 460 que compte Parisot SAS à Saint-Loup-sur-Semouse (Haute-Saône), a-t-elle précisé.

"Parallèlement, P3G Participations garantit 64 postes de reclassement au sein de son groupe, sur les sites avoisinant de CFP (Compagnie française des panneaux) et CFP2, et s'engage à la création de 14 postes", a ajouté le repreneur.

"Il y aura des licenciements"

L'offre portée par Jean-Charles Parisot, président de P3G Participations qui s'était engagé au début de la procédure à "trouver une solution externe ou interne", était soutenue par les élus et les représentants du personnel.

"Malheureusement il y aura des licenciements, mais on espère pas mal de départs volontaires car il y a des gens proches de la retraite", avait estimé le délégué CGT du site de Saint-Loup-sur-Semouse, Philippe Brochère, lors de l'examen du plan par le tribunal.

La société P3G Participations est le second producteur français de panneaux de particules par la taille. Elle détient aussi P3G Industries, une entité qui n'est toutefois pas concernée par la procédure de redressement judiciaire.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Crise et enjeux environnementaux : le Grand Besançon et la FRTP Bourgogne-Franche-Comté main dans la main

Une rencontre s'est déroulée mardi 20 juillet entre représentants de la Fédération Régionale des Travaux Publics de Bourgogne-Franche-Comté et de Grand Besançon Métropole. Objectif : faire le point sur la situation des entreprises des travaux publics et leurs inquiétudes alors que la crise économique affaiblit lourdement les entreprises dans ce domaine.

102 M€ d’aides régionales votés par les élus de la Région Bourgogne Franche-Comté

Réunis en commission permanente, vendredi 23 juillet, les élus régionaux ont voté plus de 102,2 M€ d’aides régionales. Une partie de ces crédits concerne des aides d’urgence et le Plan d’accélération de l’investissement régional (PAIR) mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de COVID-19.

France Relance : la transformation du plus grand campus de Besançon pour 80 millions d’euros

La présidente de l’université de Franche-Comté Macha Woronoff, a reçu le 22 juillet dernier le recteur de l'académie de Besançon, Jean-François Chanet ainsi que la maire de Besançon, Anne Vignot, pour une visite et une projection des deux opérations labellisées France Relance dans le cadre du projet de réhabilitation du campus Bouloie - Temis.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.11
couvert
le 04/08 à 21h00
Vent
1.02 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
100 %

Sondage