Hollande à Besançon : la France doit « poser des exigences vis-à-vis du nouveau pouvoir en Libye »

Publié le 20/10/2011 - 18:53
Mis à jour le 16/04/2019 - 10:49

François Hollande, candidat PS à l'Elysée, a jugé jeudi que la France devait "poser des exigences vis-à-vis du nouveau pouvoir libyen", après l'annonce de la mort de Mouammar Kadhafi par les nouvelles autorités libyennes du Conseil national de transition (CNT).

PUBLICITÉ

 

"Maintenant, la France doit poser des exigences vis-à-vis du nouveau pouvoir libyen, en matière de démocratie, de développement et de stabilisation de la région, car la Libye, de par sa position sur le continent africain et ses ressources, peut avoir un très grand rôle en la matière", a déclaré M. Hollande à des journalistes, en marge du congrès de l'Assemblée des départements de France (ADF) à Besançon.

 "C'est la fin de cette dictature et de l'homme qui l'a incarnée", a jugé le président du conseil général de Corrèze. "La Libye a été pendant 40 ans un pays totalement fermé et incarné par un homme avec lequel la France a eu de graves conflits" sur le Tchad, sur le soutien à des mouvements de déstabilisation, a-t-il poursuivi.

 "Sa disparition empêche le procès qui aurait dû avoir lieu", a-t-il regretté. "Si j'ai approuvé l'intervention dans le cadre de l'ONU qui a favorisé la victoire de l'opposition libyenne, je n'oublie pas non plus la complicité qu'il y a eue entre la France et Kadhafi", a ajouté le candidat socialiste.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Européennes :  Marie-Guite Dufay et 36 conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté soutiennent Raphaël Glucksmann

Européennes :  Marie-Guite Dufay et 36 conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté soutiennent Raphaël Glucksmann

37 conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté ont récemment signé une tribune dans le but de soutenir la liste "Envie d'Europe" de Raphaël Glucksmann. Parmi eux, la présidente de région Marie-Guite Dufay, mais aussi Patrick Ayache, Luc Bardi, Éric Houlley ou Loïc Niepceron.

Maison d’arrêt de Lure : « le Gouvernement nous retire même les miettes » dénonce Michel Raison

Maison d’arrêt de Lure : « le Gouvernement nous retire même les miettes » dénonce Michel Raison

Dans le cadre de sa mission de contrôle de l'action du Gouvernement, Michel Raison, sénateur de la Haute-Sao?ne a interrogé mardi 14 mai 2019  en séance publique au Sénat, la ministre de la cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, sur les engagements pris par la ministre  pour réparer le préjudice subi par la Ville de Lure suite à la décision du Gouvernement Philippe d'abandonner le projet de nouvel établissement pénitentiaire sur lequel le Président François Hollande s'était engagé en septembre 2015.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 6.27
ciel dégagé
le 22/05 à 3h00
Vent
1.24 m/s
Pression
1019.91 hPa
Humidité
97 %

Sondage