Il avait foncé sur la foule à Dijon, la justice le déclare irresponsable

Publié le 30/11/2016 - 11:59
Mis à jour le 30/11/2016 - 12:03

La justice a prononcé ce mercredi 30 novembre 2016 l'irresponsabilité pénale de l'automobiliste qui avait foncé délibérément sur des passants à Dijon fin 2014, blessant 13 personnes, a-t-on appris auprès de son avocat Me Samuel Estève.

 ©
©

Le quadragénaire étant atteint de problèmes psychiatriques lourds, cette décision de la chambre d'instruction de la cour d'appel de Dijon était "attendue", a estimé Me Estève auprès de l'AFP. "Les expertises psychiatriques concluaient toutes à l'irresponsabilité" de son client, "manifestement en crise" au moment des faits et qui affichait 157 passages en hôpital psychiatrique, a-t-il poursuivi.

"Il a été reconnu coupable des faits et il était important que la cour le dise, ainsi que civilement responsable", a précisé l'avocat, en décrivant un "homme sincèrement repentant et désolé de ce qu'il a fait".

Désormais sous le régime de l'hospitalisation d'office dans un établissement lyonnais, l'homme s'est vu retirer son permis de conduire et a l'interdiction de porter une arme et de se rendre en Côte d'Or, selon Me Estève.

Dénonçant une "injustice totale" dans la décision rendue par la cour, l'une des victimes, Maurice Bureau, a cependant concédé avoir observé lors d'une précédente audience un homme "malade mais manipulé par des gens comme Daech qui repèrent les gens faibles".

Le 21 décembre 2014, l'automobiliste avait foncé délibérément sur des passants dans le centre ville de Dijon, blessant 13 personnes, en criant "Allah Akbar". Au vu des antécédents psychiatriques de celui-ci, la procureure de Dijon, Marie-Christine Tarrare, avait rapidement écarté la piste terroriste. Lors de son interpellation, l'homme, un Français né en France de mère algérienne et de père marocain, avait dit aux policiers avoir agi seul, ému par la souffrance des enfants palestiniens et tchétchènes, avait-il précisé.

Au lendemain des faits, un autre automobiliste avait foncé sur un marché de Noël bondé du centre-ville de Nantes, blessant 10 personnes, dont une mortellement avant de se porter plusieurs coups de couteau.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Incendie à la fourrière municipale en 2019 : 7 personnes mises en examen dont une toujours en fuite

Le procureur de la République de Besançon Etienne Manteaux a convié la presse ce mardi 14 septembre afin de faire le point sur l'affaire de l'incendie volontaire commis au préjudice de la fourrière municipale de Besançon le 31 décembre 2019. Il a annoncé que l'enquête était close et qu'il avait requis le renvoi devant la justice de sept suspects.

Ambulancier poignardé à Besançon : les premiers résultats de l’enquête

Le procureur de la République de Besançon est revenu ce lundi 30 août 2021 sur l'homicide de Moussa Dieng, poignardé samedi matin par un homme de 40 ans connu pour des troubles psychiatriques. Une information judiciaire a été ouverte lundi pour "homicide volontaire" et "tentative d'homicide". Le procureur a requis la mise en examen du suspect, qui doit être prononcée dans un délai de 10 jours.

Meurtre à Plancher-Bas : trois hommes en garde à vue

Mise à jour • Trois hommes ont été placés en garde à vue jeudi après la découverte, mercredi soir en Haute-Saône, du corps d'un jeune homme de 19 ans atteint de multiples coups de couteau, a annoncé le parquet de Vesoul. Il s'agit du compagnon de la victime, un homme de 33 ans domicilié dans le Doubs et qui a donné l'alerte après le meurtre, et deux autres hommes de la région, âgés de 18 et 23 ans.

Jugé irresponsable pour la deuxième fois de meurtre

La Chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Dijon a jugé mercredi pénalement irresponsable un homme soupçonné d'avoir tué son père et sa grand-mère, après l'avoir déjà déclaré irresponsable du meurtre de sa mère cinq ans plus tôt, a-t-on appris auprès du parquet général.  

Nouvelles mesures de suspension pour les centres Proxidentaire à Chevigny-Saint-Sauveur et Belfort

"Compte tenu de la gravité des manquements à la qualité et à la sécurité des soins" constatés dans les centres Proxidentaire de Chevigny-Saint-Sauveur et de Belfort, l'ARS Bourgogne Franche-Comté prend de nouvelles mesures de suspension à compter du 26 juillet 2021, a-t-on appris dans un communiqué.

Occupation d’un appartement par des mineurs isolés : Solmiré assignée au tribunal administratif de Besançon

Depuis avril 2021, Solmiré (Solidarité, Migrants Réfugiés) occupe un logement bisontin pour héberger des mineurs étrangers isolés. L'association est assignée au tribunal administratif par les Voies navigables de France (VNF), gestionnaire du bâtiment, ce mardi 27 juillet à 11 heures.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.28
légère pluie
le 19/09 à 21h00
Vent
1.76 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
100 %

Sondage