Immobilier en Franche-Comté : stabilisation des prix en 2018

Publié le 16/10/2018 - 17:30
Mis à jour le 16/10/2018 - 18:47

La chambre interdépartementale des notaires de Franche-Comté a présenté mardi 16 octobre 2018 à Micropolis les chiffres 2018 du 17e observatoire de l'immobilier. Malgré des disparités territoriales parfois fortes en Franche-Comté, le marché immobilier franc-comtois reste dynamique avec un volume de transaction porté par des taux d'intérêt toujours très bas...

Vue de pontarlier© DR  ©
Vue de pontarlier© DR ©

Dix ans après la crise 2008, le marché de l'immobilier semble avoir retrouvé une certaine stabilité, notamment en Franche-Comté. Si l'on exclut le pic temporaire des prix en 2012 notamment dans le secteur urbain, le marché immobilier s'est depuis équilibré entre l'offre et la demande.

En Franche-Comté, l'âge moyen d'accession à la propriété se situe entre 30 et 35 ans correspondant à l'installation des jeunes actifs dans la vie professionnelle et familiale. Si l'accès au haut débit est souvent un critère de choix géographique, les dépenses énergétiques et les charges liées au logement sont également au cœur du processus de décision des acheteurs selon les notaires francs-comtois qui présentent durant ce mois d'octobre les chiffres de leur observatoire annuel. Le virage digital se poursuit avec des visites ou pré visite des biens avec des casques 3D de réalité virtuelle pour s'immerger dans son potentiel futur logement. De plus en plus d'acquéreurs n'hésitent pas à se rendre sur Google Street-View pour repérer le quartier. Initiée par les notaires en 2006, la signature électronique devrait concerner désormais un acte sur deux.

Stabilisation des prix et des volumes

"Pour notre région, le maintien des taux d'intérêt bas a dopé le marché et continue à inciter les accédant, primo ou non, à réaliser leurs projets d'acquisition dans de bonnes conditions financières" indique Pascal Rault, président de la chambre interdépartementale des notaires de Franche-Comté. "S'agissant des investisseurs, ils continuent à investir dans la pierre qui reste une valeur sûre tant en terme patrimonial qu'en terme de rentabilité..."

En globalité, les prix ont augmenté sur les dix dernières années dans des proportions diverses. C'est notamment le cas dans le Doubs. "Le marché est positif. La dynamique est bonne, on reste sur la même lancée que l'an passé ..." estime Me Sacha Vetter, notaire à Morteau. "Même si les prix ont continué de monter, le volume des transactions est toujours là. Le pouvoir d'achat est bien là, mais il est aussi porté par la baisse des taux d'emprunt ces dernières années. Dans le Doubs, nous sommes toujours dans des acquéreurs "profilés jeunes" et originaires du département avec assez peu d'apports extérieurs. La politique de taux encore très bas a porté une dynamique qui convient aux vendeurs comme aux acheteurs... "

Pour le second semestre 2018 et les perspectives 2019, l'analyse des avant-contrats à trois mois montre globalement une légère progression des prix avant un léger frein de l'activité en fonction ou non des décisions de la banque centrale européenne sur sa politique des taux d'intérêt.

Enfin, concernant le marché des appartement neuf, la fin du dispositif Pinel à Besançon et en Franche-Comté devrait entrainer une chute significative du nombre de programmes à venir et une baisse des ventes sur 2019.

Les prix par département

Prix de vente médian en euros  et évolution sur un an

Départements Maisons anciennes Appartements anciens Terrains à bâtir
Doubs 167.200 (+2,9%) 1.610 €/m2 (+4%) 54.600 € (+4,1%)
Jura 131.900 (+0,2%) 1.220 €/m2 (+28,%) 39.400 (+10,2%)
Haute-Saône 111.700 (-2,9%) 910€/m2 (+4,6%) /
T. de Belfort 160.600 (+4,7%) 1.180€/m2 (-0,1%) /

Observatoire de l'immobilier 2018 ( période du 1er juilet 2017 au 30 juin 2018)

*Le prix médian diffère du prix moyen. Dans l'immobilier il se veut plus révélateur d'un marché en partageant la valeur des biens en deux parties égales. La moitié des transactions a un prix inférieur. L’autre moitié a un prix supérieur. Par exemple, un prix médian de 150.000 € indique que 50 % des biens se sont vendus en dessous de 150.000 € et l’autre 50 % à un prix supérieur.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Chômage en Bourgogne-Franche-Comté : baisse du nombre de demandeurs d’emploi de 3,1 % sur un an

La Direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (Dreets) et la préfecture de la Région Bourgogne Franche-Comté ont publié les derniers chiffres du chômage au deuxième trimestre 2021. On constate une baisse du nombre de demandeurs d'emploi dans les catégories A, B et C de 2,3 % sur le trimestre et de 3,1% sur un an.

Installation de l’OVI à Dijon : « une victoire collective » pour Marie-Guite Dufay

Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, se réjouit que Dijon soit retenue pour accueillir le siège de l’Organisation internationale de la vigne et du vin. Cette décision a été officialisée ce lundi 25 octobre 2021 en présence du secrétaire d'État au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne.

SIS recherche un agent de sécurité (H/F)

OFFRE D'EMPLOI • Entreprise spécialisée dans la production d’articles de maroquinerie, SIS apporte son savoir-faire et son expertise du travail du cuir à ses clients partenaires, présents sur les secteurs de la maroquinerie et de l’horlogerie. L’entreprise familiale a vu son effectif passé de 300 à 1 000 collaborateurs en 9 années, pour un CA de 60 millions d’euros.

Présidentielle 2022 : la Cour des comptes veut faire entendre sa voix avant la présidentielle

Inédites dans leur format - une quinzaine de pages - ces notes se veulent "synthétiques et pédagogiques", et s'inscrivent dans la stratégie de "modernisation" de la Cour, a défendu son premier président Pierre Moscovici, lors d'une présentation à la presse. La Cour veut ainsi se positionner "en amont des grands débats démocratiques", à six mois des élections présidentielle et législatives.

Rachat de Flowbird (ex-Parkeon) : la maire de Besançon à la rencontre des salariés bisontins

Pour la cinquième fois en moins de 20 ans, la société française Flowbird (ex-Parkeon) va être rachetée pour plusieurs millions d'euros. A Besançon, il s'agit du premier employeur privé. Les salariés, inquiets, ne savent pas encore les conditions de ce rachat. Ils se sont rassemblés une nouvelle fois devant l'entreprise ce jeudi matin. La maire Anne Vignot a rencontré les représentants syndicaux.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.13
peu nuageux
le 28/10 à 12h00
Vent
0.91 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
100 %

Sondage