Incapable de chiffrer la fraude sociale, la Cour des comptes veut "l'assécher à la source"

Publié le 08/09/2020 - 18:40
Mis à jour le 08/09/2020 - 17:12

Faute de pouvoir "chiffrer de manière suffisamment fiable" la fraude aux prestations sociales, la Cour des comptes formulera dans un rapport publié jeudi 15 propositions visant à mieux "mesurer l'ampleur" du phénomène et à en "tarir les possibilités".

Objet de fantasmes et de controverses, le montant de la fraude sociale demeure incalculable. Après un rapport parlementaire ayant conclu fin 2019 à l'"impossibilité matérielle" de la tâche, le Sénat avait commandé une enquête sur le sujet à la Cour des comptes.

Les magistrats financiers sont arrivés à la même conclusion, comme l'a reconnu leur premier président, Pierre Moscovici, lors d'une audition devant
la commission des affaires sociales de la haute assemblée: "Ce qu'il n'est pas possible de chiffrer de manière suffisamment fiable, nous ne le chiffrons pas dans notre rapport".

Malgré le milliard d'euros de "préjudices subis ou évités" en 2019 par la Sécu et Pôle emploi, "les organismes sociaux perdent des sommes importantes", a-t-il néanmoins affirmé, assimilant au passage fraudes et "simples erreurs". M. Moscovici a donc demandé en premier lieu aux administrations concernées d'"estimer dans tous les cas le montant de la fraude".

Sans en attendre les résultats, il a jugé "possible d'assécher à la source une grande partie des risques de fraude" en croisant en tous sens les fichiers
sociaux, fiscaux, bancaires, mais aussi consulaires et scolaires, afin de vérifier les identités et les revenus des bénéficiaires. L'Assurance maladie est en particulier priée de faire le ménage parmi ses quelque 3 millions d'assurés résidant moins de 6 mois par an dans l'Hexagone, et parmi les 152.000 détenant encore "plusieurs cartes Vitale actives".

Professionnels de santé et hôpitaux sont également dans le collimateur de la Cour des comptes, qui veut "développer la prescription électronique",
multiplier les "contrôles automatisés" de factures et faciliter le "déconventionnement" des soignants fautifs. Chose rare, l'institution préconise par ailleurs de "renforcer les effectifs consacrés à la réalisation de contrôles", aujourd'hui de l'ordre de 4.000 équivalents temps plein, et de créer une "unité spécialisée (...) dans la répression des agissements criminels et la cybercriminalité".

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Béatrix Loizon, la nouvelle présidente de Doubs Tourisme

Béatrix Loizon, conseillère départementale du canton d'Ornans depuis 2014, a été élue présidente de Doubs Tourisme (comité départemental du tourisme du Doubs - CDT) par les membres du conseil d'administration lors de son assemblée générale du 24 septembre 2021. Elle succède à Pierre Simon, président du CDT depuis 2015.

« France Relance » : 3 millions d’euros pour aider au financement des projets de neuf entreprises de la région

Ces nouveaux lauréats ont été sélectionnés lors de l’instance régionale d’accélération qui s’est réunie le 6 juin et le 7 juillet 2021 dans le cadre "France Relance". Ces projets représentent un investissement global de plus de 11 millions d’euros par ces entreprises qui seront alors soutenues par près de 3 millions d’euros de subvention d’État.

Plan « 1 jeune 1 solution » : 100 à 150 emplois en CIE susceptibles d’être pourvus d’ici la fin de l’année dans le Doubs

La Préfecture du Doubs a invité 70 chefs d’entreprises ce 22 septembre 2021 afin de rappeler le dispositif "1 jeune 1 solution" dans le cadre du Plan France Relance (et PAQTE) et notamment des "contrats initiative emploi(CIE) qui leurs sont proposés.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.42
couvert
le 28/09 à 12h00
Vent
3.17 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
100 %

Sondage