Incendie à la fourrière municipale en 2019 : 7 personnes mises en examen dont une toujours en fuite

Publié le 14/09/2021 - 18:11
Mis à jour le 15/09/2021 - 08:22

Le procureur de la République de Besançon Etienne Manteaux a convié la presse ce mardi 14 septembre afin de faire le point sur l'affaire de l'incendie volontaire commis au préjudice de la fourrière municipale de Besançon le 31 décembre 2019. Il a annoncé que l'enquête était close et qu'il avait requis le renvoi devant la justice de sept suspects.

Le 31 décembre au matin, quatre malfaiteurs armés avaient mis le feu à une voiture volée, stationnée dans l'enceinte de la fourrière municipale. Les flammes s'étaient propagées à plusieurs dizaines d'autres voitures, nécessitant l'intervention d'une quarantaine de pompiers. Près de 160 véhicules avaient été détruits.

L'Intermarché situé à proximité avait dû être évacué à cause des fumées. Près d'un million d'euros de marchandises avaient été rendues impropres à la consommation et 50 personnes avaient été mises au chômage technique.

Archives - Fourrière municipale incendiée le 31 décembre 2019. Intervention des sapeurs-pompiers du Doubs. © Sdis 25 . / D Wahler

L'instruction est parvenue à son terme mais un renvoi devant le tribunal correctionnel

"Le magistrat instructeur a considéré que les investigations étaient terminées. Il a demandé au procureur quel était son avis. J'ai donc adressé un réquisitoire définitif ce lundi faisant la synthèse de tous les éléments. À la lumière de cette dernière, il a été décidé de renvoyer l'ensemble des mis en examen devant le tribunal correctionnel", affirme le procureur ce mardi.

Au cours de l'enquête, pas moins de sept personnes, originaires de Besançon et un de Dole, âgées de 20 à 28 ans, ont été mises en examen. Trois personnes ont été placées en détention provisoire et trois sous contrôle judiciaire. Un suspect n'a jamais été présenté, il est soupçonné d'être en fuite à l'étranger. Un mandat d'arrêt a été émis contre lui. "Ce dernier apparait comme étant le donneur d'ordre, l'instigateur des ordres donnés aux malfaiteurs qui ont commis les faits".

Au total, cinq auteurs probables ont été identifiés pour l'incendie de la fourrière. Parmi eux, deux suspects attestent, trois autres contestent avoir participer à l'incendie (deux d'entres eux ont été vus le 28 décembre en train d'acheter une arme à feu. Ils contestent toutefois avoir un lien avec le feu).

Le Parquet de Besançon demande un renvoi pour "tentative de destruction par incendie", "destruction par incendie" et "association de malfaiteurs" : "Aujourd'hui, nous avons trois dossiers qui s'imbriquent. Nous avons ce dossier, un autre dossier qui porte sur la totalité des tirs constatés sur le quartier de Planoise entre novembre 2019 et mars 2020 puis un dossier sur le fait que ces tirs sont le produit direct des conflits entre deux réseaux de produits stupéfiants", explique Etienne Manteaux.

  • Le procureur a affirmé que le dossier pourrait être clôturé fin 2021-début 2022. Le procès devrait se dérouler dans "les plus brefs délais" après la décision du juge d'instruction. Etienne Manteaux a déclaré que la vidéo-protection avait permis d'élucider en partie l'enquête.

La voiture visée par les malfaiteurs était une BMW volée dans le Haut-Rhin. Elle avait été retrouvée par la police et placée en fourrière, alors que les enquêteurs ignoraient encore qu'elle avait servi lors d'un épisode de tirs à l'arme lourde quelques jours auparavant. Les malfaiteurs ont sans doute cherché à détruire l'ADN présent dans la voiture, selon le procureur.

Outre l'assassinat d'un mécanicien de 22 ans, victime collatérale, les règlements de compte dans le quartier Planoise avaient fait une douzaine de blessés, âgés de 14 ans à 31 ans.

Le suspect en fuite à l'étranger dans l'affaire de l'incendie de la fourrière est également soupçonné par la police judiciaire de Besançon, en charge de l'enquête, d'être l'un des principaux donneurs d'ordre du clan à l'origine de cet assassinat.

  • Propos recueillis par Hélène Loget avec AFP
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

incendie fourrière à Planoise

Bientôt, le nouveau centre commercial Cassin à Planoise ouvrira ses portes dans un écrin plus moderne

Les travaux de la restructuration du centre commercial Cassin dans le quartier Planoise à Besançon commenceront le 18 janvier prochain. Le bail commercial entre Intermarché et Aktya, société d'économie mixte bisontine, a été signé mercredi 13 janvier. Le nouveau centre commercial ouvrira ses portes dans un écrin plus moderne à l'automne prochain.

Incendie à la fourrière de Besançon : un fonds d’aide aux victimes soumis au vote au conseil municipal ce soir

Si une voiture à la fourrière était la cible des malfaiteurs le 31 décembre dernier, le parking Cassin et les véhicules stationnés ont également été fortement impactés par l'incendie. Ce jeudi 23 janvier, une soixantaine de véhicules sont encore stationnés. Un fonds d'aide entre 200 et 300€ sera soumis au vote du conseil municipal ce soir.

Incidents à Besançon : les habitants de Planoise veulent se réapproprier « leur quartier »

La salle du centre Nelson Mandela était pleine à craquer mercredi 15 janvier 2020 en fin de journée pour la réunion publique de la Ville de Besançon et de la préfecture du Doubs suite à l'incendie de la fourrière municipale et aux tirs en série dans le quartier Planoise. En début d'après-midi, près de 200 habitants du quartier s'étaient rassemblés pour se "réapproprier (leur) quartier". Les habitants ont réaffirmé qu'il souhaitaient un véritable retour à la tranquillité et qu'ils attendaient des solutions concrètes émanant des pouvoirs publics.

Planoise : 200 personnes rassemblées cet après-midi, près de 400 à la réunion publique

Après l'incendie de la fourrière municipale le 31 décembre 2019 et les tirs en série dans le quartier Planoise, 200 habitants se sont rassemblés dans le calme à partir de 14 heures mercredi 15 janvier 2020 place Cassin à Besançon pour soutenir les commerçants du secteur et dénoncer les violences. Un rassemblement avant la réunion publique réunissant près de 400 habitants au centre Mandela ce soir depuis 17 heures.

Faits Divers

140 km/h et alcool au volant : le cocktail mortel de l’accident du boulevard Blum

Le dimanche 19 septembre 2021, une infirmière de 59 ans était tuée dans un accident à l'intersection entre la rue Francis Clerc et le boulevard Léon Blum qui concentre 14% des accidents corporels et matériels à Besançon. Le procureur de la République, Étienne Manteaux, a précisé ce lundi les circonstances de l'accident mortel.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.61
couvert
le 28/09 à 12h00
Vent
3.17 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
100 %

Sondage