Incendie criminel de la fourrière : 8 ans pour le principal instigateur

Publié le 25/11/2021 - 07:41
Mis à jour le 25/11/2021 - 07:41

Le principal instigateur d’un incendie criminel qui avait détruit le 31 décembre 2019 la fourrière municipale, plus de 160 véhicules et un centre commercial du quartier Planoise à Besançon a été condamné mercredi à huit ans d’emprisonnement par le tribunal correctionnel de Besançon.

"C'est lui qui dirige, tout en étant à distance, ça lui a couté 3.000 euros et ça génère 10 millions d'euros de préjudice à la société", a fustigé à l'audience le procureur Étienne Manteaux, requérant la même peine au nom du "droit des habitants de Planoise à vivre en paix".

Quatre autres prévenus impliqués à différents degrés dans la préparation et l'exécution de l'incendie ont été condamnés à des peines allant de 18 mois de prison, dont 12 avec sursis, à cinq ans de prison, dont 24 mois avec sursis.

Selon leurs avocats, ils n'étaient que les "exécutants" et les "fusibles", d'une organisation criminelle qui leur donnait quelques centaines d'euros pour rendre des "services" difficiles à refuser.

En revanche, le tribunal a relaxé deux prévenus "au bénéfice du doute", le parquet annonçant qu'il ferait appel de ces relaxes.

Incendie de la fourrière de Besançon : le rappel des faits

Le 31 décembre 2019, quatre hommes étaient entrés dans la fourrière située en plein coeur du quartier populaire de Planoise et avaient incendié une voiture volée, menaçant les gardiens avec une arme factice. Les flammes s'étaient rapidement propagées, détruisant plus de 160 véhicules et un centre commercial considéré comme le "poumon social" et "l'artère vitale" du quartier par les parties civiles.

Une quarantaine de pompiers étaient intervenus pour éteindre cette fournaise culminant à 800 degrés. La BMW visée avait servi lors d'un épisode de tirs à l'arme lourde quelques jours auparavant.

Un incendie criminel lié aux affrontements entre deux bandes rivales

"En attaquant une BMW pour détruire les preuves d'un crime, vous avez attaqué le quotidien des habitants du quartier, de vos proches", a plaidé Me Michaël Goupil, pour la ville et l'agglomération de Besançon.

Cet incendie criminel était lié aux violents affrontements armés qui ont opposé, de novembre 2019 à mars 2020, deux bandes rivales pour le contrôle du marché de la drogue à Planoise, faisant un mort et une douzaine de blessés, âgés de 14 ans à 31 ans.

Une cinquantaine de personnes ont été mises en examen dans ce dossier en cours d'instruction.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

incendie fourrière à Planoise

Incendie à la fourrière municipale en 2019 : 7 personnes mises en examen dont une toujours en fuite

Le procureur de la République de Besançon Etienne Manteaux a convié la presse ce mardi 14 septembre afin de faire le point sur l’affaire de l’incendie volontaire commis au préjudice de la fourrière municipale de Besançon le 31 décembre 2019. Il a annoncé que l’enquête était close et qu’il avait requis le renvoi devant la justice de sept suspects.

Bientôt, le nouveau centre commercial Cassin à Planoise ouvrira ses portes dans un écrin plus moderne

Les travaux de la restructuration du centre commercial Cassin dans le quartier Planoise à Besançon commenceront le 18 janvier prochain. Le bail commercial entre Intermarché et Aktya, société d’économie mixte bisontine, a été signé mercredi 13 janvier. Le nouveau centre commercial ouvrira ses portes dans un écrin plus moderne à l’automne prochain.

Incendie à la fourrière de Besançon : un fonds d’aide aux victimes soumis au vote au conseil municipal ce soir

Si une voiture à la fourrière était la cible des malfaiteurs le 31 décembre dernier, le parking Cassin et les véhicules stationnés ont également été fortement impactés par l’incendie. Ce jeudi 23 janvier, une soixantaine de véhicules sont encore stationnés. Un fonds d’aide entre 200 et 300€ sera soumis au vote du conseil municipal ce soir.

Incidents à Besançon : les habitants de Planoise veulent se réapproprier « leur quartier »

La salle du centre Nelson Mandela était pleine à craquer mercredi 15 janvier 2020 en fin de journée pour la réunion publique de la Ville de Besançon et de la préfecture du Doubs suite à l’incendie de la fourrière municipale et aux tirs en série dans le quartier Planoise. En début d’après-midi, près de 200 habitants du quartier s’étaient rassemblés pour se « réapproprier (leur) quartier ». Les habitants ont réaffirmé qu’il souhaitaient un véritable retour à la tranquillité et qu’ils attendaient des solutions concrètes émanant des pouvoirs publics.

Planoise : 200 personnes rassemblées cet après-midi, près de 400 à la réunion publique

Après l’incendie de la fourrière municipale le 31 décembre 2019 et les tirs en série dans le quartier Planoise, 200 habitants se sont rassemblés dans le calme à partir de 14 heures mercredi 15 janvier 2020 place Cassin à Besançon pour soutenir les commerçants du secteur et dénoncer les violences. Un rassemblement avant la réunion publique réunissant près de 400 habitants au centre Mandela ce soir depuis 17 heures.

Justice

Chute mortelle à Besançon :  la version des policiers et du gérant de la discothèque corroborée par l’enquête

L'enquête sur les circonstances de la chute mortelle d'un jeune homme fin juillet à Besançon, après une altercation devant une discothèque, corrobore les dires des policiers et du gérant de l'établissement lancés à sa poursuite et qui nient toute responsabilité dans  son décès, a indiqué le parquet de Besançon.

Tribunal administratif de Besançon : la médiation devient obligatoire dans certains contentieux

Depuis 2017, le recours au juge administratif n’est pas la seule forme de résolution des conflits ni nécessairement la plus adaptée. La médiation préalable, moins onéreuse, plus rapide et plus discrète, a fait ses preuves en permettant de régler de nombreux conflits ces cinq dernières années. Elle devient obligatoire dans certains contentieux. Thierry Trottin, président du tribunal administratif de Besançon, nous en parle.

Justice : l’enregistrement sonore ou audiovisuel d’une audience au tribunal est désormais possible, mais…

Depuis la loi du 22 décembre 2021, toute personne a le droit de filmer ou enregistrer une audience dans un tribunal, à condition de remplir plusieurs critères et pas des moindres… Thierry Trottier, président du tribunal administratif de Besançon nous en parle.

 Tribunal administratif de Besançon : un délai de jugement qui jamais été aussi court…

Le président du tribunal administratif de Besançon, Thierry Trottier, a présenté ce mardi 5 juillet les chiffres de l’année 2021 et du premier semestre 2022. Pas moins de 2.111 nouvelles requêtes y ont été traitées en 2021, un chiffre en hausse par rapport à 2020, mais en recul par rapport aux années précédentes principalement en raison de la crise sanitaire. Le tribunal administratif de Besançon peut se targuer de juger les affaires plus rapidement qu’au niveau national soit 7 mois et 12 jours.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 26.55
nuageux
le 17/08 à 15h00
Vent
0.39 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
48 %

Sondage