Alerte Témoin

Incendie de la fourrière : "À ce stade, les gardés à vue contestent leur implication"(E. Manteaux)

Publié le 15/01/2020 - 14:49
Mis à jour le 15/01/2020 - 14:52

Suite à l'interpellation ce mardi de cinq personnes suspectées d'être liés à l'incendie du 31 décembre 2019, Étienne Manteaux, le procureur de Besançon, a tenu à éclaircir la situation ce 15 janvier 2020.

Etienne Manteaux
Etienne Manteaux, procureur de la République de Besançon ©Alexane Alfaro
PUBLICITÉ

"Nous sommes confrontés sur Planoise à une série de faits délictuels ou criminels depuis le 20 novembre avec des tirs et un homme blessé par arme à feu", a expliqué le procureur ce mercredi en indiquant que différents "règlements de compte" s'étaient ensuite succédés.

Au-delà des coups de feu, Etienne Manteaux a souhaité revenir sur l'incendie de la fourrière de Planoise qui a créé "un préjudice économique considérable". C'est sur ce dossier que des interpellations ont été effectuées ce mardi.

Épaulés de services spécialisés (BRI et RAID), les officiers de police judiciaire et de la sureté départementale ont donc placé en garde à vue cinq personnes. Pour ce crime, ils encourent jusqu'à 20 ans de réclusion criminelle dans le cadre d'une enquête de flagrance ouverte suite à l'incendie. Cette est qualifiée de "destruction et dégradation par incendie en bande organisée". 

La température est montée jusqu'à 800 °C

L'enquête est complexe selon le procureur qui précise que l'incendie a été extrêmement puissant avec des pics de températures à 800°C dans la fourrière municipale. Les traces restantes pouvant être récupérées par la police scientifique étaient donc "amoindries" du fait de la chaleur, est-il indiqué.

Au total cinq personnes ont été interpellées

Hier cinq personnes majeures (entre 18 et 30 ans originaires de Besançon) ont été placées en garde à vue et une a été relâchée. "Je ne vous dirai pas que tout a été élucidé. C'est un travail qui sera long. Cette enquête sera complexe», souligne le procureur.

Leur garde à vue pourrait être prolongée par le juge des libertés et de la détention (au-delà des 48h de garde à vue et donc jusqu'à 96h). Hier soir le parquet l’avait déjà prolongée de 24h00. "Je souhaite que cette garde à vue soit à nouveau prolongée pour permettre aux enquêteurs d'avoir suffisamment de temps pour essayer de faire la part des choses. À ce stade, les gardés à vue contestent leur implication dans ce dossier", explique Etienne Manteaux.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

incendie fourrière à Planoise

Incendie à la fourrière de Besançon : un fonds d’aide aux victimes soumis au vote au conseil municipal ce soir

Si une voiture à la fourrière était la cible des malfaiteurs le 31 décembre dernier, le parking Cassin et les véhicules stationnés ont également été fortement impactés par l'incendie. Ce jeudi 23 janvier, une soixantaine de véhicules sont encore stationnés. Un fonds d'aide entre 200 et 300€ sera soumis au vote du conseil municipal ce soir.

Incidents à Besançon : les habitants de Planoise veulent se réapproprier « leur quartier »

La salle du centre Nelson Mandela était pleine à craquer mercredi 15 janvier 2020 en fin de journée pour la réunion publique de la Ville de Besançon et de la préfecture du Doubs suite à l'incendie de la fourrière municipale et aux tirs en série dans le quartier Planoise. En début d'après-midi, près de 200 habitants du quartier s'étaient rassemblés pour se "réapproprier (leur) quartier". Les habitants ont réaffirmé qu'il souhaitaient un véritable retour à la tranquillité et qu'ils attendaient des solutions concrètes émanant des pouvoirs publics.

Planoise : 200 personnes rassemblées cet après-midi, près de 400 à la réunion publique

Après l'incendie de la fourrière municipale le 31 décembre 2019 et les tirs en série dans le quartier Planoise, 200 habitants se sont rassemblés dans le calme à partir de 14 heures mercredi 15 janvier 2020 place Cassin à Besançon pour soutenir les commerçants du secteur et dénoncer les violences. Un rassemblement avant la réunion publique réunissant près de 400 habitants au centre Mandela ce soir depuis 17 heures.

Incendie à Planoise : « absence d’amiante » dans l’air et consolidation du bâtiment…

Lors d'une nouvelle conférence de presse donnée ce vendredi 10 janvier 2020 par les différents acteurs engagés suite à l'incendie du 31 décembre à Planoise, il a été annoncé "qu'aucune trace d'amiante" n'avait été relevée dans l'air et que le bâtiment sera consolidé et non détruit. Une réunion à destination du public devrait se tenir vendredi prochain.

Dans la catégorie

Suspicion de destruction illégale de Lynx dans le Jura : des associations interrogent le Procureur de la République

Le 6 février 2020, un collectif d’associations* a décidé d’écrire un courrier au Procureur de la République de Lons-le-Saunier concernant l’affaire des ossements d’animaux découverts par des spéléologues dans le gouffre du Prévalot à Fontenu le 13 novembre 2019. Parmi les nombreux ossements retrouvés, un crâne aurait été identifié comme étant celui d’un lynx et présente plusieurs blessures évoquant fortement une destruction illégale. Une lettre a été envoyée au procureur de la République pour l'interroger sur l’existence d’une enquête judiciaire.

Quatre ans de prison pour Stan Maillaud, « gourou » d’un prétendu groupe antipédophile

Un ancien gendarme devenu "gourou" d'un groupuscule complotiste, qui projetait d'enlever à leur père des enfants menacés, selon lui, de pédophilie, a été condamné vendredi 31 janvier 2020 à quatre ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Saintes. Il avait été recherché en 2012 dans le Doubs après s'être enfui lors d'un contrôle de la gendarmerie.

Besançon : 15 ans de réclusion criminelle pour le meurtre du videur du Styl

Un homme de 26 ans a été condamné ce vendredi 18 janvier 2020 par la cour d'assises du Doubs à 15 ans de réclusion criminelle pour avoir mortellement poignardé un videur de discothèque qui avait refusé l'accès à l'un de ses amis, complice, qui a été condamné à 10 ans de réclusion. Quatre autres accusés, reconnus coupables de "complicité de meurtre", ont  écopé de peines allant de 3 à 8 ans de prison.

Station de Métabief

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 6.55
légère pluie
le 17/02 à 18h00
Vent
3.42 m/s
Pression
1025 hPa
Humidité
92 %

Sondage