Injure contre Taubira : l'ex-élue de Côte-d'Or condamnée

Publié le 09/02/2016 - 18:15
Mis à jour le 09/02/2016 - 18:15

3.000 euros d'amende, dont la moitié avec sursis, c'est ce à quoi a été condamnée une ancienne élue municipale de Talant (Côte-d'Or) ce 9 février, pour des propos à caractère injurieux tenus sur Facebook à l'égard de l'ex-garde des Sceaux, Christiane Taubira, a-t-on appris auprès de son avocat.

06DSC_3495.JPG
Christiane Taubira, ministre de la justice et garde des sceaux ©Alexane Alfaro

Jugement sévère ?

PUBLICITÉ

Cette condamnation est « très sévère », a dit à l’AFP Fatiou Osman, l’avocat de Marie-Ange Meyer, ajoutant « ne pas totalement écarter » la possibilité de faire appel. « On ne tient pas compte de l’esprit réel dans lequel les choses ont été dites », a-t-il estimé, évoquant une « réaction épidermique » de sa cliente dans un « contexte, (où) ce jour-là une manifestation de policiers avait lieu place Vendôme », à Paris.

« Le mauvais goût n’est pas une infraction », a ajouté Me Osman. Le 14 octobre, Marie-Ange Meyer avait partagé sur sa page Facebook la Une de Valeurs Actuelles où figurait Christiane Taubira en ajoutant en commentaire : « Qu’elle reparte dans sa brousse, les lianes l’attendent ! ». Ce commentaire, révélé par le Bien public le 22 octobre, avait ensuite été supprimé.

Des excuses publiques

Le maire (Les Républicains) de Talant, Gilbert Menut avait retiré sa délégation à l’école et à la petite enfance de la conseillère municipale et avait réclamé sa démission. Mme Meyer, élue depuis 2008 et adjointe depuis avril 2014, avait obtempéré. Elle avait expliqué à l’AFP que son commentaire faisait suite à un « coup de colère face aux injustices que vivent les Français ». « Les mots ont dépassé ma pensée car ça ne correspond pas du tout à mon état d’esprit », avait-elle assuré, en présentant « des excuses publiques » à Mme Taubira.

Le procureur de la République à Dijon, Marie-Christine Tarrare, s’était « saisie d’office » afin d’ouvrir une enquête, qui a abouti à des poursuites devant le tribunal correctionnel. Cette affaire avait entraîné des réactions politiques à gauche comme à droite. Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis avait déploré dans un tweet « l’abjecte banalisation du racisme ».

Le député UDI et président du conseil départemental de Côte-d’Or, François Sauvadet, avait pour sa part estimé qu’« aucun regret ne saurait excuser ces propos indignes ». Mme Taubira, qui a quitté fin janvier le gouvernement en raison de son désaccord sur la question de la déchéance de nationalité, a aussi été comparée à un singe par le journal d’extrême droite Minute. Le 17 septembre, la cour d’appel de Paris a confirmé la condamnation à 10.000 euros d’amende pour injure raciale de son directeur de la publication, Jean-Marie Molitor.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Jonathann Daval a admis qu’il avait « procédé à la crémation partielle du corps » d’Alexia

Jonathann Daval a admis qu’il avait « procédé à la crémation partielle du corps » d’Alexia

Lundi 17 juin 2019, Jonathann Daval a livré des aveux complets lors d'une reconstitution qui s'est déroulée pendant sept  heures à Gray en Haute-Saône, reconnaissant avoir lui-même "procédé à la crémation du corps" de sa femme Alexia et lui avoir porté des coups violents, a déclaré le procureur de Besançon Etienne Manteaux.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 29.99
ciel dégagé
le 26/06 à 18h00
Vent
1.11 m/s
Pression
1020.67 hPa
Humidité
76 %

Sondage