La Brasserie du Commerce à Besançon a fait peau neuve

Publié le 06/09/2013 - 15:52
Mis à jour le 07/09/2013 - 10:20

Finis les tons de vert sombre. La Brasserie du Commerce à Besançon mise désormais sur le rouge. Mais derrière ce changement bien visible, s’en cachent de nombreux autres orchestrés par Stéphane Turillon qui a pris les commandes de l’établissement en juin dernier.

Dans l’esprit d’une brasserie parisienne

Il a pris ses fonctions comme directeur de la restauration de la Brasserie du Commerce il n’y a même pas trois mois, le 16 juin 2013. Pourtant, Stéphane Turillon n’a pas traîné à y mettre sa touche. Affichant sur son CV plusieurs restaurants gastronomiques – dont l’un appartenant à Alain Ducasse -, ce Vosgien, qui a déjà travaillé dans la région au château de la Dame Blanche à Geneuille, a tenu à modifier le décor, la carte et l’ambiance même de ce lieu incontournable de la ville. "On a tout refait, de la cave au grenier, avec l’idée de redevenir une brasserie type parisienne".

Ce qui change :

Le décor

Si bien sûr les boiseries et les miroirs du XIXe siècle – inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques -, qu’a connus Colette lorsqu’elle séjournait à Besançon, n’ont pas été touchés, pas plus que le lustre monumental, les peintures et l’escalier ont été refaits, les séparations entre les tables supprimées, les chaises et banquettes changées, de même que les fauteuils de la petite terrasse. Entièrement refaites aussi la cuisine et les toilettes, tandis que la cave était bétonnée.

La carte

Le chef demeure Cédric Goujon. Mais ce dernier a modifié sa façon de travailler et les plats proposés. On peut par exemple manger en ce moment à la carte, outre la tête de veau totalement renouvelée ou le poulet au vin jaune et aux morilles,  un "velouté de châtaigne et cappuccino de foie gras", un "œuf poché au poulsard, sauce en meurette", une "sauricette de porc braisé au savagnin et garniture façon grand-mère", un "foie de veau poêlé au vinaigre de vin jaune", une "tarte tatin au boudin noir, réduction de Porto et compotée d’oignons caramélisés", des "macarons aux châtaignes et poire caramélisée", un "sablé au gaude, crème mousseline au coings", etc.

Outre les menus et la carte, des formules midi ont été créées de 12 à 14 euros, autour d’un plat du jour offrant le choix entre viande et poisson à 9,50 euros. "Nous ne travaillons que des produits locaux et tout est fait maison, même nos croissants", souligne Stéphane Turillon.

Le personnel

La Brasserie emploie aujourd’hui 15 personnes (neuf en cuisine et six en salle). Une grande partie de ce personnel a été renouvelé - de même que leur tenue -, dans un souci de qualité de service. Une qualité qui, selon Stéphane Turillon, passe avant tout par le sourire des serveurs, la qualité et la rapidité du service. "Quand on vient manger, on est désormais servi en moins de 10 minutes", signale-t-il. Appréciable !

Brunch et piano

Autres nouveautés, des animations musicales jazz au piano par Sébastien Goret – le jeudi soir et bientôt également le dimanche soir - et des brunchs. Ceux-ci sont proposés chaque dimanche de 9h à 14h. Au menu, pour 15 euros, œufs sur le plat, saumon fumé, jambon fumé du Haut-Doubs, croissants, confitures, miel, boisson chaude et jus de fruits. 

Et ce n’est pas fini

"L’année prochaine, nous allons restaurer la façade, installer une climatisation et changer la chaudière", indique Stéphane Turillon.

En pratique

  • Brasserie du Commerce, 31 rue des Granges, 03.81.81.33.11.
  • Ouvert tous les jours, à partir de 8h du lundi au samedi et 9h le dimanche. Service à midi jusqu’à 14h30, le soir jusqu’à 22h. 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

La Maison Loiseau ouvre un restaurant au Japon 

Blanche Loiseau, qui a travaillé en immersion une année au Japon en 2019-2020, avant d’assumer son premier rôle de cheffe à "Loiseau du Temps " à Besançon pendant une année, se rendra au Japon pour ouvrir "Loiseau de France". Son second, Léo Pujol, qu’elle forme depuis un an, deviendra son successeur à Besançon, apprend-on ce 1er mars 2024.

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

SIA 2024 : l’agriculture en Bourgogne Franche-Comté est “aussi forte que la filière auto”

Comme chaque année, la Région Bourgogne - Franche-Comté élit domicile temporaire le Salon international de l’agriculture à Paris pendant neuf jours dans le but de promouvoir les produits, les producteurs et éleveurs de son territoire. C’est dans le pavillon 3 mardi 27 février 2024 que nous avons rencontré Christian Morel, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire.

Besançon : plus de 13.300 dépôts sauvages ramassés en 2023, près de 500 en 2024…

QUOI DE NEUF À BESAC ? • En 10 ans, le nombre de dépôts sauvages s’est multiplié par 10 à Besançon, comme partout en France, un fléau qui coûte très cher aux collectivités. C’est le sujet de notre rubrique Quoi de neuf à Besac ? de ce mois de février 2024, avec Marie Zéhaf, conseillère municipale déléguée à la Voirie.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.52
couvert
le 03/03 à 12h00
Vent
3.6 m/s
Pression
999 hPa
Humidité
86 %