La famille d'une jeune femme tuée par son compagnon saisit Christiane Taubira

Publié le 14/08/2014 - 09:30
Mis à jour le 16/04/2019 - 17:41

La famille d'une jeune femme tuée par son concubin violent le 15 août 2013 dans le Doubs a saisi la Garde des Sceaux Christiane Taubira pour dénoncer des "dysfonctionnements" dans l'enquête qui visait le compagnon, selon une source proche du dossier mercredi.

 ©
©

Les proches d'Aurélia Varlet estiment que le meurtre de la jeune femme"aurait dû" être évité et réclament 250.000 euros de dommages. Ils ont transmis un "recours gracieux" en indemnisation au ministre de la Justice et au ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, selon leur avocat Randall Schwerdorffer. 

Aurélia Varlet, 32 ans, avait été tuée par Didier Grosjean, 53 ans, dont elle était séparée depuis trois semaines. Le quinquagénaire avait semble-t-il tiré une première balle dans le dos, puis une deuxième dans la carotide, avant de se suicider d'une troisième balle.Les deux corps avaient été découverts le 15 août 2013 au domicile commun à La Rivière-Drugeon. 

Déjà pouruivi par plusieurs enquêtes pour violences...

Didier Grosjean avait semble-t-il tué sa compagne, alors qu'il se trouvait visé par plusieurs enquêtes et procédures pour violences et menaces classées sans suite. Selon l'avocat, il avait déjà menacé de mort sa précédente compagne, lui promettant dans un courrier de la tuer et de "(les) laisser tous deux dans une mare de sang" avant que celle-ci parvienne à se soustraire à l'emprise de cet homme. 

Le conseil de la famille a dénoncé une série de ratés dans le traitement antérieur de ce dossier, notamment des "dysfonctionnements graves des services de police, de gendarmerie et du parquet de Besançon". 

Le meurtrier présumé était visé par plusieurs procédures en 2011 et 2012 concernant son ex-concubine qui avait déposé plainte notamment pour enlèvement et séquestration et menaces de mort, classées sans suite selon l'avocat. 

(source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Affaire Péchier : l’anesthésiste n’a pas « les traits d’un tueur en série » selon une contre-expertise psychiatrique

D'après les conclusions d'un rapport confidentiel publiées par le Journal du Dimanche le 11 avril 2021, la contre-expertise psychiatrique de Frédéric Péchier, anesthésiste soupçonné d'avoir empoisonné volontairement 24 patients à Besançon entre 2008 et 2017, ne révèle pas "les traits d'un tueur en série" dans sa personnalité.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.44
ciel dégagé
le 23/04 à 15h00
Vent
5.04 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
22 %

Sondage