La famille d'une jeune femme tuée par son compagnon saisit Christiane Taubira

Publié le 14/08/2014 - 09:30
Mis à jour le 16/04/2019 - 17:41

La famille d'une jeune femme tuée par son concubin violent le 15 août 2013 dans le Doubs a saisi la Garde des Sceaux Christiane Taubira pour dénoncer des "dysfonctionnements" dans l'enquête qui visait le compagnon, selon une source proche du dossier mercredi.

capture_decran_2013-08-16_a_09.19.18.png
Le drame s'est noué à la Rivière Drugeon, rue des Lilas ©capture google Map
PUBLICITÉ

Les proches d’Aurélia Varlet estiment que le meurtre de la jeune femme »aurait dû » être évité et réclament 250.000 euros de dommages. Ils ont transmis un « recours gracieux » en indemnisation au ministre de la Justice et au ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, selon leur avocat Randall Schwerdorffer. 

Aurélia Varlet, 32 ans, avait été tuée par Didier Grosjean, 53 ans, dont elle était séparée depuis trois semaines. Le quinquagénaire avait semble-t-il tiré une première balle dans le dos, puis une deuxième dans la carotide, avant de se suicider d’une troisième balle.Les deux corps avaient été découverts le 15 août 2013 au domicile commun à La Rivière-Drugeon. 

Déjà pouruivi par plusieurs enquêtes pour violences…

Didier Grosjean avait semble-t-il tué sa compagne, alors qu’il se trouvait visé par plusieurs enquêtes et procédures pour violences et menaces classées sans suite. Selon l’avocat, il avait déjà menacé de mort sa précédente compagne, lui promettant dans un courrier de la tuer et de « (les) laisser tous deux dans une mare de sang » avant que celle-ci parvienne à se soustraire à l’emprise de cet homme. 

Le conseil de la famille a dénoncé une série de ratés dans le traitement antérieur de ce dossier, notamment des « dysfonctionnements graves des services de police, de gendarmerie et du parquet de Besançon« . 

Le meurtrier présumé était visé par plusieurs procédures en 2011 et 2012 concernant son ex-concubine qui avait déposé plainte notamment pour enlèvement et séquestration et menaces de mort, classées sans suite selon l’avocat. 

(source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.46
ciel dégagé
le 14/10 à 6h00
Vent
1.81 m/s
Pression
1014.46 hPa
Humidité
90 %

Sondage