La femme gourou Éliane Deschamps condamnée à deux ans avec sursis

Publié le 31/01/2022 - 15:35
Mis à jour le 31/01/2022 - 15:55

Après vingt ans de procédure, la femme gourou Éliane Deschamps, qui assure que la Vierge lui apparaît tous les 15 du mois, a été condamnée, lundi 31 janvier 2022 à Dijon, à deux ans de prison avec sursis pour abus de faiblesse.

 © CC0 PXB FIESTZFOTOS
© CC0 PXB FIESTZFOTOS

Le tribunal correctionnel de Dijon a infligé la même peine à Daniel Delestrac, coprévenu de 75 ans et bras droit de Mme Deschamps.

Ces peines sont supérieures aux réquisitions de l'accusation qui avait demandé un an de prison avec sursis, estimant que Mme Deschamps, 67 ans, avait enfermé ses adeptes dans une "prison spirituelle" au nom de la Vierge Marie.

"C'est un message fort. L'emprise est reconnue", a réagi Loïc Duchanoy, un des avocats des plaignants, se disant "satisfait".

Les prévenus sont par ailleurs condamnés à verser de 2.000 euros à 20.000 euros de dédommagement à sept parties civiles.

Mais la cour n'a reconnu coupable les deux prévenus que pour les plaintes des anciens adeptes et non des actuels membres. "Ceux qui sont sortis de la secte sont des victimes mais ceux qui y sont toujours n'en sont pas. Cela nous surprend beaucoup", a ajouté Me Duchanoy. "C'est curieux", a-t-il déclaré, attendant de voir si le parquet fera appel.

"Ce n'est pas cohérent", a également estimé Didier Pascaud, avocat d'Éliane Deschamps, qui avait demandé la relaxe de sa cliente. "Cela nous laisse perplexe. S'il y a emprise, tout le monde est sous emprise", a-t-il ajouté, sans se prononcer sur un éventuel appel.

Lors du procès en novembre, intervenu après vingt ans de procédure, l'accusation avait dénoncé la "vaste supercherie" des apparitions revendiquées par Mme Deschamps. "La gourelle théâtralise" ces soi-disant apparitions, avait dit le procureur adjoint, Pascal Labonne-Collin, afin d'"attirer du monde" dans la communauté dont le nom, "Amour et miséricorde", masque un "abus de faiblesse parfaitement constitué".

Par la "soumission", avait-il argué, la prévenue a enfermé les membres de sa "secte", toujours en activité à Petit-Noir dans le Jura, dans une "prison spirituelle", les menaçant de "bannissement" et menant des "procès quasi-staliniens où on accuse en public".

Rodolphe Bosselut, autre avocat des parties civiles, avait rappelé qu'un prêtre avait rendu visite à la communauté, dès 2003, et acquis la conviction que sa fondatrice était "une manipulatrice".

Les adeptes sont "des objets entre les mains" d'Éliane Deschamps, avait abondé Loïc Duchanoy, évoquant un "conditionnement". Les prévenus encouraient cinq ans d'emprisonnement et 750.000 euros.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

En 2 ans, les plaintes pour violences conjugales ont explosé dans le Doubs. Entretien avec Étienne Manteaux, procureur de Besançon

EXCLUSIF • Quatre homicides en 2022, une hausse de 69% des faits graves, une hausse de 72% des faits de harcèlement et de menace le tout entre 2019 et 2022 dans le Doubs. Le département fait partie de ceux qui comptent le plus violences conjugales en France alors que l’on compte entre 120 et 130 homicides dans la sphère conjugale l’année dernière sur les 66 millions d’habitants… On en parle avec le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux en ce début d'année 2023.

Tirs à Planoise le 22 janvier : l’enquête a déjà permis de trouver la voiture des malfaiteurs

Le procureur de la République Étienne Manteaux a tenu une conférence de presse ce mercredi 25 janvier, trois jours après que des coups de feu à l'arme de guerre aient été tirés rue de Fribourg, dans le quartier de Planoise à Besançon. L’enquête a déjà levé le voile sur plusieurs éléments.

Disparition de Marie-Angèle Domece : " ultime " fouille dans l’Yonne pour retrouver le corps

MISE À JOUR • La campagne de recherches du corps de Marie-Angèle Domece, victime présumée du tueur en série Michel Fourniret en 1988, s'est conclue dans l'Yonne sans résultat, a indiqué mercredi 25 janvier 2023 le parquet de Nanterre, en charge du pôle "cold cases" des affaires non élucidées, sollicité par l'AFP.

Vandalisme de la Statue Victor Hugo à Besançon : " Un épilogue sinistre qui n’aurait jamais dû avoir lieu "

À quelques jours du jugement des deux étudiants soupçonnés d’avoir repeint le visage en blanc de la statue de Victor Hugo, oeuvre de Ousmane Sow, en novembre 2022 à Besançon, Béatrice Soulé, compagne du sculpteur sénégalais, parle d’"une polémique qui n’avait aucune raison d’être" dans un communiqué du 24 janvier 2023.

Procès des Barjols : un Belfortain et un Haut-Saônois parmi les 13 militants d’ultradroite jugés à Paris

Treize personnes affiliées au groupuscule d’ultradroite des Barjols comparaissent à partir de ce mardi 17 janvier à Paris, soupçonnées d’avoir préparé une série d’actions violentes dont un projet d’attaque contre Emmanuel Macron fin 2018, en marge du centenaire de l’armistice.

Le parquet conteste au Dr Péchier la possibilité d’exercer la médecine

Suite à l’arrêt rendu par la chambre d’instruction le lundi 11 janvier, qui autorise le docteur Péchier a exercer la médecine, le procureur de la République de Besançon Etienne Manteaux a tenu à réagir et à faire un point d’étape sur l’information judiciaire dans laquelle le médecin est mis en examen. 

Abus sexuels : le diocèse de Besançon lance un appel pour retrouver d’éventuelles victimes d’un abbé décédé

Le diocèse de Besançon a lancé un appel pour retrouver "d'éventuelles victimes" de Raymond Jaccard, un abbé décédé en 2021 connu pour son action auprès des lépreux camerounais, sanctionné de son vivant après des soupçons "d'abus d'ordre sexuel et spirituel" sur des majeurs.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -1.3
partiellement nuageux
le 28/01 à 3h00
Vent
3.07 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
84 %