La France produira 100 millions de masques sanitaires par semaine en décembre

Publié le 25/08/2020 - 11:12
Mis à jour le 25/08/2020 - 11:12

La France pourra produire 100 millions de masques sanitaires (chirurgicaux et FFP2) par semaine en décembre et n’est plus dépendante de la Chine, a indiqué mardi la ministre déléguée à l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher, sur CNews.

 © PXB
© PXB

« Nous produisons 50 millions de masques sanitaires par semaine », a dit la ministre, assurant que l’objectif d’une capacité de 60 millions en octobre sera tenu. Et « nous serons à 100 millions de masques sanitaires -FFP2 et chirurgicaux- en décembre », a-t-elle poursuivi. « Nous avons donc multiplié par 30 notre production de masques sanitaires. »

"Nous ne sommes plus dépendants de la Chine", a ajouté la ministre, car la France peut s'appuyer sur sa production nationale et sur la production européenne. "Si la Chine ferme, nous sommes capables de faire face", a-t-elle résumé.

"Le point de difficulté aujourd'hui", ce sont "les gants", dont la fabrication dépend de l'approvisionnement en latex.

A côté des masques sanitaires, la France a également développé sa production de masques textiles qui sont "moins chers" et "au regard du Covid, aussi efficaces", a souligné Mme Pannier-Runacher. Le coût d'usage d'un masque textile lavable et réutilisable est de "moins de 10 centimes" et "beaucoup de Français les utilisent", a-t-elle insisté.

La ministre déléguée à l'Industrie a rappelé la mise en place cet été de la distribution de 50 millions de masques "aux familles les plus vulnérables d'un point de vue financier". S'agissant des entreprises, elle a estimé que le surcoût des mesures sanitaires peut atteindre 10% à 15%, ce qui n'est "pas négligeable".

Mais "ce n'est pas à l'État de se substituer aux chefs d'entreprise par rapport à ces coûts", a dit Mme Pannier-Runacher, qui considère que "l'économie de marché, c'est aussi de payer les vrais coûts".

Interrogée sur le report d'une semaine de l'annonce du plan de relance, Agnès Pannier-Runacher a souligné que ce plan est "d'ores et déjà décidé" et qu'il est "mis en oeuvre dans la partie industrielle""Il n'y a pas de loup, il y a juste le besoin de bien préparer la rentrée scolaire", a-t-elle dit, citant aussi "la rentrée également professionnelle".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Mauvais goût de l’eau au centre ville de Besançon : des analyses “temporairement renforcées”

Suite à un incident technique survenu lundi soir sur la station de production d’eau de Chenecey Buillon, les équipes d’astreinte du service de l’eau ont dû modifier les conditions de production et distribution de l’eau alimentant le centre-ville de Besançon

Prévention solaire des dermatologues francs-comtois : “Où que tu sois, du soleil méfie-toi !”

Avec la météo et les températures actuelles, le premier réflexe que l’on a le matin n’est surement pas celui de s’appliquer de la crème solaire avant de partir travailler. Et pourtant… les dermatologues de Franche-Comté, Caroline Biver-Dalle et Hervé Van Landuyt associés à la Ville de Besançon ont rappelé au cours d’une conférence de presse mardi 11 juin 2024 les dangers liés à l’exposition solaire qui ne surviennent pas uniquement lors d’une séance de bronzage...

Comité de vigilance, syndicats et associations montent au créneau pour sauver le service d’addictologie d’Héricourt

Le Comité de Vigilance pour les services publics (CV 70) apporte son total soutien aux collectifs, associations, syndicats, et toutes les personnes qui se sont et qui vont se mobiliser contre la fermeture du service d'addictologie du centre de psychiatrie d’Héricourt, apprend-on mardi 11 juin 2024.

Opération “portes closes” : de nombreuses pharmacies fermées et une manifestation le 30 mai à Besançon

Un préavis de grève a été déposé par la Fédération syndicale des pharmacies de France (FSPF) et l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) jeudi 30 mai 2024, invitant les officines à participer une opération "portes closes". À Besançon, une manifestation est prévue place de la Révolution.

Une nouvelle communauté professionnelle territoriale de santé pour le Nord-Franche-Comté

Les professionnels du territoire, la direction territoriale de l’agence régionale de santé (ARS), la caisse primaire d’Assurance maladie du Doubs et la Mutualité sociale agricole de Franche-Comté ont signé officiellement ce mardi 28 mai 2024 le projet de la communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) Avenir Santé. Le Nord-Franche-Comté est "désormais intégralement couvert par ces nouveaux modèles d’organisation des soins" précise l’ARS dans son communiqué.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.74
légère pluie
le 14/06 à 15h00
Vent
4.74 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
73 %