La réforme sensible de la justice pénale des mineurs entre en vigueur jeudi

Publié le 30/09/2021 - 09:29
Mis à jour le 30/09/2021 - 10:27

Un « big bang »: la réforme de la justice pénale des mineurs entre en vigueur jeudi et suscite déjà l’inquiétude de juridictions débordées qui devront désormais juger en deux temps et en un an maximum.

 © Hélène Loget
© Hélène Loget

Pour la juridiction, s’ouvre « une longue période d’au moins un an où on va mener de front les deux procédures », celles initiées sous le régime de l’ordonnance de 1945 et celles relevant du nouveau code.

Avec le code de la justice pénale des mineurs (CJPM) disparaît l'ordonnance du 2 février 1945 relative à l'enfance délinquante, devenue illisible à force de modifications, 39 depuis la Libération.

Évoquée depuis dix ans sans avoir pu être menée à son terme, la délicate réécriture de ce texte fondateur a été engagée par l'ex-garde des Sceaux Nicole Belloubet par voie d'ordonnance, et ratifiée en février par le Parlement.

Comme sa prédécesseure, le ministre Éric Dupond-Moretti vante une réforme "historique" et "révolutionnaire", qui vise à corriger un système à bout de souffle: des délais de jugement trop longs (18 mois en moyenne), avec pour conséquence que 45% des affaires sont jugées après que le mineur a atteint ses 18 ans.

Pour plus de "rapidité" et d'"efficacité", la réforme prévoit un jugement en deux temps, avec une première audience sur la culpabilité dans les trois mois maximum et une audience sur la sanction six à neuf mois plus tard, après une période de "mise à l'épreuve éducative".

"Coup de collier"

"C'est un big bang procédural, qui implique de modifier nos pratiques professionnelles, notre façon d'intervenir auprès des mineurs", observe Pascale Bruston, présidente du tribunal pour enfants (TPE) de Paris.

Avec une difficulté: Paris fait partie avec Bobigny, Lille, Lyon ou Marseille des grandes juridictions qui n'ont pas réussi à juger une grande partie de leurs stocks avant l'entrée en vigueur de la réforme.

Celle-ci, initialement prévue le 31 mars après un premier report lié à la crise sanitaire, avait été repoussée de six mois pour permettre aux tribunaux pour enfants de sortir la tête de l'eau.

Même "si un gros travail a été fait" et malgré un renfort ponctuel de magistrats, il restait à Paris 1.200 procédures en cours au 30 juin contre 2.800 un an plus tôt, indique Mme Bruston.

"Délais intenables"

Pour accompagner la réforme, le ministère a renforcé les juridictions en créant 72 postes de magistrats et 100 de greffiers, auxquels s'ajoutent des recrutements d'éducateurs à la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ).

Des moyens "insuffisants pour répondre à la misère actuelle des tribunaux pour enfants", tacle Cécile Mamelin, de l'Union syndicale des magistrats (majoritaire), favorable sur le principe à une réforme.

La question des moyens sera au coeur des rassemblements organisés jeudi devant les tribunaux à l'appel d'un collectif regroupant les syndicats de la PJJ, le Syndicat de la magistrature ou le Syndicat des avocats de France, vent debout contre une réforme jugée répressive.

Au-delà, des professionnels s'interrogent sur la capacité des juridictions à juger dans les temps impartis, sans dévier de l'esprit d'une réforme qui pose comme principe le temps donné au travail éducatif.

"C'est joli comme ça sur le papier, mais les délais sont intenables", s'alarme Sonia Ollivier, du SNPES-PJJ-FSU, premier syndicat d'éducateurs spécialisés.

"La crainte, c'est que l'on ait tellement de mal à tenir les délais que l'on se retrouve à +faire de la gestion+, multiplier les audiences uniques, moins individualiser le suivi afin de gagner du temps d'audience", redoute Pascale Bruston.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Chute mortelle à Besançon :  la version des policiers et du gérant de la discothèque corroborée par l’enquête

L'enquête sur les circonstances de la chute mortelle d'un jeune homme fin juillet à Besançon, après une altercation devant une discothèque, corrobore les dires des policiers et du gérant de l'établissement lancés à sa poursuite et qui nient toute responsabilité dans  son décès, a indiqué le parquet de Besançon.

Tribunal administratif de Besançon : la médiation devient obligatoire dans certains contentieux

Depuis 2017, le recours au juge administratif n’est pas la seule forme de résolution des conflits ni nécessairement la plus adaptée. La médiation préalable, moins onéreuse, plus rapide et plus discrète, a fait ses preuves en permettant de régler de nombreux conflits ces cinq dernières années. Elle devient obligatoire dans certains contentieux. Thierry Trottin, président du tribunal administratif de Besançon, nous en parle.

Justice : l’enregistrement sonore ou audiovisuel d’une audience au tribunal est désormais possible, mais…

Depuis la loi du 22 décembre 2021, toute personne a le droit de filmer ou enregistrer une audience dans un tribunal, à condition de remplir plusieurs critères et pas des moindres… Thierry Trottier, président du tribunal administratif de Besançon nous en parle.

 Tribunal administratif de Besançon : un délai de jugement qui jamais été aussi court…

Le président du tribunal administratif de Besançon, Thierry Trottier, a présenté ce mardi 5 juillet les chiffres de l’année 2021 et du premier semestre 2022. Pas moins de 2.111 nouvelles requêtes y ont été traitées en 2021, un chiffre en hausse par rapport à 2020, mais en recul par rapport aux années précédentes principalement en raison de la crise sanitaire. Le tribunal administratif de Besançon peut se targuer de juger les affaires plus rapidement qu’au niveau national soit 7 mois et 12 jours.

Suisse : trois motards des Bandidos incarcérés

Un tribunal suisse a envoyé ce jeudi 30 juin 2022 en prison trois membres de la bande de motards des Bandidos pour des faits survenus lors d'un violent affrontement les opposant aux Hells Angels et leurs alliés les Broncos.
 

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.99
ciel dégagé
le 11/08 à 0h00
Vent
2.57 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
64 %

Sondage