Lactalis : une association de victimes demande une enquête judiciaire

Publié le 22/10/2020 - 18:00
Mis à jour le 22/10/2020 - 17:25

L’association pour la santé des enfants, qui avait défendu les familles victimes du lait contaminé aux salmonelles, a réclamé jeudi l’ouverture d’une enquête judiciaire suite aux révélations sur les « méthodes frauduleuses » du groupe laitier Lactalis.

L'association "demande expressément l'ouverture d'une enquête afin que les actes frauduleux évoqués par les journalistes puissent être vérifiés et fassent l'objet de poursuites et de sanctions appropriées", écrit-elle dans un communiqué de presse, parlant de faits "particulièrement graves" de "mouillage du lait" ou de "recyclage de fromages tombés au sol", relatés par le média d'investigation Disclose.

"Au vu de ce qui est évoqué dans les articles, il y a matière à ce que le parquet se saisisse", a déclaré à l'AFP Quentin Guillemain, président de l'association, citant aussi les atteintes au droit de l'environnement reprochées au groupe laitier. "Cette entreprise bénéficie d'une certaine impunité, il va falloir que ça cesse", a-t-il ajouté.

Selon Disclose, "entre 2010 et aujourd'hui (...) 38 usines Lactalis ont été ou sont toujours en violation du code de l'environnement" en France, "soit plus de la moitié des 60 établissements recensés et analysés dans le cadre de cette enquête". Disclose s'est basé sur des documents issus des Directions régionales de l'environnement (DREAL) et des Directions départementales de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP).

Disclose cite aussi une experte qui affirme que les documents obtenus par le média en ligne attesteraient que Lactalis pratique le "mouillage du lait", une pratique consistant "à standardiser le taux de protéines dans le lait en y ajoutant du perméat, un liquide à faible teneur en protéines, permettant d'augmenter les volumes pour un coût de production moindre".

Contacté par l'AFP jeudi, Lactalis a affirmé que le document présenté par Disclose comme portant sur le lait concernait en réalité le fromage dont le procédé de fabrication n'est pas le même. "Lactalis respecte scrupuleusement la réglementation européenne en matière de lait ou de fabrication de fromage", a assuré le groupe.

En avril 2000, Lactalis avait démenti des informations similaires parues dans le Canard Enchaîné.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -0.49
partiellement nuageux
le 23/04 à 0h00
Vent
1.57 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
91 %