L’agresseur du contrôleur mis en examen pour tentative de meurtre

Publié le 08/10/2011 - 13:45
Mis à jour le 08/10/2011 - 13:45

L'homme de 27 ans suspecté d'avoir grièvement blessé à coups de couteau un contrôleur SNCF jeudi dans le train Lyon-Strasbourg dans le Doubs, a été mis en examen pour tentative d'homicide volontaire aggravé ce samedi par un juge d'instruction de Besançon. On saura dans l'après-midi s'il est incarcéré.

PUBLICITÉ

Le suspect, qui avait des antécédents judiciaires et psychiatriques, a affirmé ne se souvenir de rien. Il a grièvement blessé un contrôleur, qui était toujours samedi matin dans un état stationnaire après avoir été opéré à l’hôpital de Besançon.

Le jeune homme de 27 ans devait être présenté samedi midi à un juge des libertés et de la détention qui allait statuer sur son éventuelle incarcération.

Cette agression a provoqué jeudi et vendredi d’importantes perturbations sur tout le réseau SNCF, de nombreux collègues du contrôleur ayant exercé leur droit de retrait. Le trafic était toutefois presque revenu à la normale samedi midi.

Le suspect, célibataire, sans enfant et sans profession, est originaire de Mulhouse. Après 48 heures de garde à vue il a été présenté samedi matin à un juge d’instruction qui l’a mis en examen pour « tentative d’homicide volontaire aggravé ».

L’agresseur présumé est « un garçon qui a des précédents judiciaires, qui a été condamné à quelques reprises, qui a été incarcéré à quelques reprises et qui a fait aussi des séjours brefs en hôpital psychiatrique », avait précisé vendredi le procureur de Besançon Alain Saffar.

Au moment de son interpellation, jeudi matin, il avait en outre été contrôlé à 0,20 mg d’alcool par litre d’air expiré, soit 0,40 g par litre de sang. Des analyses sont en cours pour déterminer s’il était sous l’emprise de stupéfiants.

Il a été examiné vendredi à Besançon par un expert psychiatre qui a conclu que le jeune homme présentait certes des « troubles certains, des défauts de contrôle de ses pulsions et de ses actes », mais que son état était « compatible avec la garde à vue et une éventuelle incarcération ».

Sa victime, Bernard Mortellier, 54 ans, était toujours samedi matin dans un « état stationnaire ».

« Même s’il est dans un état stabilisé il faut rester prudent, les médecins ne disent pas qu’il est complètement et définitivement tiré d’affaire », a toutefois souligné M. Saffar.

Aucun organe vital n’a été touché, mais le contrôleur souffre d’un hémopneumothorax et « présente dix plaies dont trois qui sont plus sérieuses et plus sévères que les autres », avait encore dit le procureur de Besançon vendredi.

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.01
légère pluie
le 20/05 à 9h00
Vent
3.34 m/s
Pression
1008.64 hPa
Humidité
97 %

Sondage