L'ancien entraîneur de football admet les attouchements mais nie les viols sur des garçons

Publié le 06/12/2012 - 08:45
Mis à jour le 06/12/2012 - 08:45

Le procès d’un ancien entraîneur de football accusé de viols et d’attouchements sexuels dans les années 80 sur des enfants qu’il entraînait, dont deux se sont suicidés au cours de l’instruction, s’est ouvert mercredi devant la cour d’assises du Doubs.

Assises du Doubs

L'accusé, un ancien employé de l'industrie automobile âgé de 70 ans, comparaît libre pour "viols et agressions sexuelles par personne abusant de son autorité d'entraîneur de foot", sur des enfants de moins de 15 ans, dont son petit-fils.

Il lui est reproché d'avoir abusé d'enfants fragiles dans les vestiaires et les douches du club de foot de la commune de Grand-Charmont, dans l'agglomération de Sochaux-Montbéliard (Doubs). L'enquête a démarré en 2008 après les révélations faites par un ancien joueur, âgé de 8 ans au moment où les faits se seraient déroulés, dans les années 1980.

"Il me demandait de ranger les ballons à la fin de l'entraînement, il s'arrangeait pour qu'on reste seuls", a indiqué le jeune homme qui accuse de viol son ancien entraîneur, lui reprochant d'avoir "profité" de la situation d'un enfant "livré à (lui)-même" et élevé par "une mère seule".

Dix-sept personnes auraient été victimes de viols, d'attouchements ou d'exhibitions de la part du septuagénaire. Quatre jeunes hommes se sont portés partie civile, dont le petit-fils de l'accusé.  Les faits sont prescrits pour certains anciens joueurs.  L'instruction de l'affaire a été marquée par le suicide de deux autres victimes potentielles.

Sous "l'emprise psychologique forte" de l'agresseur, ces victimes vulnérables et fragiles ont longtemps eu honte, "sans oser parler" de ces abus, a déclaré le président de la cour à l'ouverture de l'audience, qui a souligné la "constance" des déclarations des victimes.

L'ancien entraîneur reconnaît une attirance pour les jeunes garçons et des attouchements, mais réfute les viols. "Je reconnais les attouchements. Oui j'ai touché, mais j'ai jamais violé un gosse", a-t-il déclaré, minimisant les faits devant des victimes effarées.

"On met les mains aux fesses et tout de suite un jeune dit qu'il a été violé. C'est facile, il y en a qui ont exagéré", dit encore l'ancien entraîneur qui admet "être plus attiré par les jeunes garçons que par les filles".   Le verdict sera rendu vendredi.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.76
légère pluie
le 20/05 à 21h00
Vent
0.57 m/s
Pression
1008 hPa
Humidité
91 %