Le Budget 2015 de l’enseignement supérieur et de la recherche ne passe pas chez les sénateurs…

Publié le 28/11/2014 - 12:38
Mis à jour le 28/11/2014 - 14:03

Sans surprise, la commission du Sénat en charge de l’éducation, de la culture et de la communication a émis ce jeudi 27 novembre 2014 un avis défavorable à l’adoption des crédits de l’enseignement supérieur. Jacques Grosperrin, sénateur UMP du Doubs et rapporteur de la commission, s'insurge contre un amendement qui vise à baisser en 2015 ce budget de 70 millions d'euros et regrette que "l’ardoise résultant d’une mauvaise gestion des comptes de la Nation (…) soit réglée en sacrifiant l’avenir de la nation".

Jacques Grosperrin ©Alexane
Jacques Grosperrin ©Alexane
PUBLICITÉ

Jacques Grosperrin explique que les crédits alloués à l’enseignement supérieur en 2015 devaient rester stables à 12,79 milliards d’euros, mais que le gouvernement a présenté devant l’Assemblée nationale un amendement qui conduit à retirer 70 millions d’euros aux opérateurs. « C’est à dire aux Universités ! » traduit le sénateur du Doubs. « Le Président de la République, dont il ne faudra jamais oublier qu’il entend être jugé, à la fin de son mandat, sur deux critères : l’emploi et la jeunesse, avait pourtant déclaré que le budget de l’éducation nationale serait « sanctuarisé ».À la tête de cet important ministère, Mme Najat Vallaud-Belkacem, se contente, pour justifier cette saignée de déclarer que « les diminutions ciblées de budget des établissements d’enseignement supérieur sont inévitables« 

Le rapporteur pour avis de la commission de l’éducation, de la culture et de la communication estime en outre qu’il serait « irresponsable » que les universités sacrifient leurs investissements à la poursuite de leurs contrats de recherche tout en leur demandant des efforts ans le cadre de la structuration de leur recherche sur le long terme. « Il a fallu une vive réaction de la CPU, la conférence des présidents d’Universités, pour que Bercy consente à débloquer le dernier versement par l’État aux universités de leur subvention pour charges de service public et leur permette – c’est bien le moins – d’honorer la paie des personnels de décembre. Il serait temps, désormais, que le Gouvernement respecte le principe de « décideur-payeur » vis-à-vis des universités et compense, à due concurrence les conséquences de décisions prises au niveau national ayant un impact sur les finances des universités« . 

Les sénateurs Jacques Grosperrin et Dominique Gillot ont proposé un amendement adopté à l’unanimité visant à rétablir les crédits de la mission interministérielle « Recherche et Enseignement supérieur » dans leur montant initialement prévu par le projet de loi de finances (PLF) pour 2015.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Eric Alauzet, député du Doubs et candidat LREM à l'élection municipale à Besançon en 2020, annonce ce samedi 19 octobre 2019 ses premières "grandes propositions" dans le domaine des transports et de la mobilité. Il souhaite notamment réaliser un projet sur l'axe ferroviaire nord-sud de Mamirolle aux Auxons avec un transport inspiré du tramway. Il souhaite également rendre gratuit le stationnement entre midi et 14 heures au centre-ville...

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Entretien • Officiellement candidat depuis le 31 janvier 2019 et investi fin mars par le parti socialiste, Nicolas Bodin rejoint finalement "l'Équipe" qui rassemble déjà EELV, le parti communiste, Génération(s) et À Gauche citoyen avec Anne Vignot en tête de liste...

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

MUNICIPALE 2020 • Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon ont voté "pour" se rallier à l'Equipe.

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, qui avait demandé vendredi 11 octobre 2019 à ce qu'une femme dans le public retire son voile, a dénoncé jeudi une "opération de victimisation" après que cette dernière a annoncé porter plainte.

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.83
légère pluie
le 21/10 à 12h00
Vent
2.53 m/s
Pression
1020.56 hPa
Humidité
87 %

Sondage