Le cirque Zavatta installé sur le parking de Carrefour Chalezeule : a-t-il le droit ?

Publié le 23/02/2022 - 14:32
Mis à jour le 25/02/2022 - 16:09

Du 21 au 27 février, le Cirque Achille Zavatta fils est installé sur le parking de Carrefour Chalezeule à la surprise de nombreux lecteurs et lectrices de maCommune.info qui nous ont contactés.

"Pourquoi ce cirque qui dresse et maltraite les animaux est-il chez nous ?"

"C’est quoi ce bordel, ils ont le droit d’être là ?!"

"Je ne comprends plus rien, je croyais que Besançon et Grand Besançon ne voulaient pas de ça dans nos communes !"

"N’y a-t-il pas une loi pour arrêter ces cirques ?"

Voici quelques messages (les moins haineux) que nous avons reçu ce week-end...

Dans sa description, le Cirque Zavatta met particulièrement l'accent sur les artistes, les chevaux et un énorme King Kong automate ainsi que "bien d'autres surprises" qui comptent notamment la présence d'animaux sauvages dont des zèbres et des tigres blancs comme on peut le voir sur les visuels publicitaires, dans le spectacle et sur des photos publiées sur la page Facebook du cirque.

Pas d’autorisation de la mairie, Carrefour ne répond pas

Selon des informations proches du dossier, la mairie de Chalezeule n’a reçu aucune demande d’autorisation du cirque pour s’y installer, le parking de Carrefour étant de toute façon privé.

De son côté, la direction de Carrefour contactée lundi et mercredi matin n'a souhaité exprimer "aucun commentaire" ni répondre à nos questions.

Les cirques animaliers sont-ils interdits ?

Actuellement, un animal sauvage voit sa sensibilité reconnue juridiquement dès lors qu’il est tenu captif. Les obligations de l’article L214-1 du code rural devraient donc censées s’appliquer aux animaux détenus dans les cirques et autres spectacles itinérants. Dans les faits, les 120 cirques de France ne pourront plus présenter au public ou détenir des animaux sauvages d’ici 2028 . Le gouvernement s’est engagé à proposer des solutions d’accueil pour les animaux et un accompagnement au monde du cirque dans cette transition.

Les cirques avec animaux bannis à Besançon

La Ville de Besançon a adopté en mai 2019 une motion interdisant aux cirques à animaux sauvages de s’implanter sur le territoire bisontin. La motion, déposée par EELV, PCF, Société civile et deux socialistes, faisait état des rapports "alarmants" sur les animaux de cirque. Pour eux, plutôt que d’être présentés "comme une attraction", ces êtres doivent au contraire être "protégés".

1 Commentaire

Stupide et malveillante intervention des animalistes à Besançon, puisqu’ils ont collé des affichettes « événement annulé » (sans le nom de l'initiateur, ce qui est illégal), sur les affiches du Cirque Achille ZAVATTA Fils de la famille CAGNIAC qui est installé jusqu’au 27 février dans la Zone commerciale de Chalezeule. Aucune séance n’est annulée. Le Cirque Achille ZAVATTA Fils est parfaitement en règle vis-à-vis du parc animalier qu’il détient. Ses animaux sont régulièrement suivis par des vétérinaires, et disposent d’installations parfaites. Contrairement aux affirmations des animalistes, les gens aiment le Cirque, le vrai, avec des animaux. Ne vous laissez pas influencer par les discours mensongers de ces associations, les animaux dans les Cirques sont parfaitement traités. Quant à la notion « d’animaux sauvages », elle ne tient pas, dans la mesure où tous les animaux détenus sont nés au Cirque depuis des générations. Il faut arrêter de déclarer que les animaux des Cirques sont prélevés dans la nature, C’EST UN MENSONGE. Alors, n’hésitez pas, venez en masse aux derniers spectacles du Cirque Achille ZAVATTA Fils, à Besançon, pour assister à un excellent spectacle, ne serait-ce que pour prouver aux animalistes que leurs actions sont inutiles et illégales.
Publié le 24 fevrier 2022 à 21h11 par Patrick TELLIER • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Société

Sondage – Comptez-vous faire grève et/ou manifester contre la réforme des retraites ?

La deuxième grande journée de mobilisation sociale contre la réforme des retraites se déroulera le 31 janvier 2023 à Besançon, comme ailleurs en France. La Première ministre a confirmé qu’elle ne changera pas l’âge de départ en retraite, ce qui encourage davantage les syndicats à poursuivre leurs mouvements de grève et de manifestations.

Une centaine de personnes présentes au rassemblement antifasciste devant le palais de justice ce vendredi

Organisé par la Nuée antifasciste ce vendredi 27 janvier juste avant le jugement des deux étudiants soupçonnés d’avoir repeint le visage de la statue de Victor Hugo en novembre 2022, le rassemblement a réuni une centaine de personnes devant le palais de justice de Besançon.

Inquiétude des boulangers dans le Doubs : " Je ne laisserai pas un boulanger fermer " (Préfet du Doubs)

À l’occasion de la traditionnelle cérémonie de la galette à la préfecture du Doubs ce jeudi 26 janvier, le président de l’Union patronale des boulangers du Doubs, Damien Vauthier, a tenu un discours rappelant l’inquiétude de la profession face à la crise énergétique, mais aussi la hausse du prix des matières premières devant un préfet du Doubs déterminé à aider la profession.

En 2 ans, les plaintes pour violences conjugales ont explosé dans le Doubs. Entretien avec Étienne Manteaux, procureur de Besançon

EXCLUSIF • Quatre homicides en 2022, une hausse de 69% des faits graves, une hausse de 72% des faits de harcèlement et de menace le tout entre 2019 et 2022 dans le Doubs. Le département fait partie de ceux qui comptent le plus violences conjugales en France alors que l’on compte entre 120 et 130 homicides dans la sphère conjugale l’année dernière sur les 66 millions d’habitants… On en parle avec le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux en ce début d'année 2023.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.36
couvert
le 31/01 à 3h00
Vent
1.03 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
94 %