Alerte Témoin

Le Conseil d'État ne suspend pas l'état d'urgence

Publié le 27/01/2016 - 18:23
Mis à jour le 27/01/2016 - 18:23

Le Conseil d'État a annoncé ce mercredi 27 janvier 2016 qu'il refusait de suspendre l'état d'urgence instauré après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, comme le lui demandait la Ligue des droits de l'homme (LDH). Le juge des référés a notamment estimé que "le péril imminent justifiant l'état d'urgence n'a pas disparu compte tenu du maintien de la menace terroriste et du risque d'attentats", selon un communiqué publié par la plus haute juridiction administrative.

10PolicegendarmerieCRS009.JPG
10PolicegendarmerieCRS009.JPG

L'état d'urgence prolongé par la loi

A l'audience de mardi 26 janvier 2016, la LDH avait demandé au Conseil d'État de "suspendre tout ou partie" de ce régime d'exception et, à défaut, d'"enjoindre au président de la République de procéder à un réexamen des circonstances de fait et de droit" qui ont conduit à sa mise en oeuvre. Dans sa décision, le juge a rappelé que l'état d'urgence avait été prolongé par la loi et a souligné qu'il n'appartenait pas au Conseil d'État de suspendre son application.

Une prolongation de 3 mois supplémentaires

Le dossier est particulièrement sensible au moment où le gouvernement envisage de prolonger pour la deuxième fois et pour trois mois supplémentaires ce régime d'exception qui devait prendre fin le 26 février 2016. Le projet de loi prolongeant l'état d'urgence sera débattu et voté le 9 février 2016 au Sénat, puis le 16 février 2016 à l'Assemblée nationale.

Une police plus "puissante"

L'état d'urgence renforce les pouvoirs de la police en permettant notamment les assignations à résidence, les perquisitions administratives de jour comme de nuit ou l'interdiction de rassemblement, le tout sans le contrôle d'un juge judiciaire. La perspective de sa prolongation avait fait réagir ce lundi le secrétaire général du Conseil de l'Europe, qui avait dit sa "préoccupation" au président François Hollande auquel il avait proposé son assistance juridique. 

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

« Castaner assassin ! » : peine confirmée en appel pour Frédéric Vuillaume et son ex-compagne

Le leader du mouvement des Gilets jaunes à Besançon et son ex-compagne, ont été condamné en appel à la même peine "1.500 euros d'amende avec sursis" pour avoir outragé Christophe Castaner lors de sa venue à Besançon le 13 mars 2019.  Frédéric Vuillaume (FO) devrait se pourvoir en cassation.

Violences à Dijon : deux condamnations pour trafic de drogue

Deux personnes ont été condamnées ce vendredi 26 juin 2020 pour trafic de stupéfiants et douze autres étaient en cours de jugement, à la suite de l'enquête sur les violences survenues du 12 au 15 juin à Dijon, a indiqué le procureur de la République Eric Mathais.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     17.67
    peu nuageux
    le 12/07 à 9h00
    Vent
    5.71 m/s
    Pression
    1022 hPa
    Humidité
    50 %

    Sondage