Le cyberharcèlement a pris le relais du harcèlement scolaire avec le confinement

Publié le 05/11/2020 - 11:11
Mis à jour le 05/11/2020 - 11:11

En poussant les adolescents à être encore plus présents sur les réseaux sociaux sans être forcément encadrés par des adultes, le confinement du printemps dernier a accéléré le phénomène de cyberharcèlement, qui s'est ensuite confirmé avec une forte hausse des cas rapportés en septembre.

natureaddict / Pixabay ©
natureaddict / Pixabay ©

Selon un sondage réalisé par l’ONU en 2019 auprès d’adolescents de 30 pays, un jeune sur trois déclare avoir été victime de cyberharcèlement, et un sur cinq avoir manqué l’école à cause de ce phénomène.

Le harcèlement en ligne prend de l'ampleur depuis plusieurs années. Typiquement, les élèves créent un groupe WhatsApp ou Facebook de classe dans lequel messages, mais aussi insultes ou fausses rumeurs sont partagés d'un seul clic dans toute la classe.

Jeudi 5 novembre 2020, à l'occasion de la première journée internationale de lutte contre le harcèlement scolaire qui se tient en ligne, les ministres de l'Education de plusieurs pays doivent, à l'initiative de la France, lancer un appel pour la "promotion d'un code de bonnes pratiques sur internet, afin d'aider à prévenir et combattre le cyberharcèlement des mineurs".

"Pendant le confinement, la plateforme d'écoute de notre association a enregistré une augmentation de 30% de ses sollicitations générant deux fois plus de signalements de cyberharcèlement aux plateformes", explique  Justine Atlan, directrice générale de l'association e-Enfance.

"De nombreux comptes ont ainsi été fermés, en coopération avec Snapchat et Instagram notamment, en raison de cyberviolences avérées telles que le chantage sexuel à la webcam, le revenge porn", poursuit-elle.

Emilie, 13 ans, fait partie de ces victimes harcelées en ligne. "Le harcèlement avait commencé au collège avant mars, mais dès le début du confinement, cette ancienne amie qui me harcelait m'a inclus dans des groupes sur divers réseaux sociaux et c'est ainsi que plusieurs personnes, que parfois je ne connaissais pas, m'insultais et me menaçait tous le jours car elle avait créé de fausses rumeurs à mon sujet", témoigne-t-elle.

Grâce à un dépôt de plainte, un suivi psychologique et un changement de collège, Emilie dit "aller mieux" aujourd'hui.

"Hausse en septembre"

Depuis le déconfinement, Justine Atlan observe que "les tendances enregistrées pendant le confinement se confirment avec toujours une hausse des sollicitations liées au cyber-harcèlement".

"On constate ainsi une hausse de +26 % par rapport à septembre 2019, suivi par la violation des données personnelles. Le chantage sexuel à la webcam demeure encore le motif de signalement le plus fréquent, qui touche souvent des garçons de 14 ans", affirme-t-elle.

"La période difficile que nous traversons entraîne toujours plus de tensions qui se répercutent aussi sur les réseaux sociaux. Le confinement a fait basculer durablement nos pratiques, intégrant encore davantage la dimension numérique dans notre quotidien", indique encore la responsable de e-Enfance.

"On constate que la pratique exclusive des réseaux sociaux des jeunes durant le confinement a entraîné des habitudes qui se sont installées et qui perdurent malheureusement", ajoute-t-elle, en soulignant notamment "les risques importants pour des adolescents qui font leurs premières expériences dans la sphère numérique, seuls sur leur smartphone".

Pour enrayer ce phénomène, un rapport parlementaire publié mi-octobre suggère de former les parents aux bonnes pratiques du numérique.

Selon cette étude commandée par l'ex-Premier ministre Edouard Philippe au député Modem du Finistère Erwan Balanant, les élèves de 3e sont les plus exposés aux risques de cyberharcèlement en raison d'un taux d'équipement plus élevé à cette tranche d'âge.

Ainsi, la moitié d'entre eux (53 %) envoient plus de 100 SMS par jour, dont un quart plus de 200. Et 32% avouent passer quotidiennement plus de trois heures sur internet.

Le rapport note que les enfants sont équipés de plus en plus tôt par leurs parents de supports numériques. En 2013, 12,1% des élèves avaient leur premier portable à 10 ans, contre 15,9% en 2016. Ils étaient 31,6% à l'obtenir à 11 ans en 2013, contre 38,2% en 2016.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Education

Cinq lycées de Bourgogne Franche-Comté équipés de stations hydrogène, une première en France

Le Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé vendredi 15 janvier 2021 avoir équipé cinq lycées de stations de stockage d'hydrogène, un investissement de 1,5 million d'euros à vocation "pédagogique", visant à "permettre aux lycéens de comprendre l'énergie  hydrogène".

Covid-19 : opération dépistage collectif au lycée de Dannemarie-sur-Crête

Après le constat d’une augmentation du nombre de cas contacts à risque ces dix derniers jours et suite à une recommandation de l'ARS et de la DRAAF BFC, le Lycée Granvelle de Dannemarie-sur-Crète organise une campagne de dépistage collectif Covid-19 lundi 18 et mardi 19 janvier, pour tous les personnels et apprenants.

Cinq lycées de Bourgogne Franche-Comté équipés de stations hydrogène, une première en France

Le Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté a annoncé vendredi 15 janvier 2021 avoir équipé cinq lycées de stations de stockage d'hydrogène, un investissement de 1,5 million d'euros à vocation "pédagogique", visant à "permettre aux lycéens de comprendre l'énergie hydrogène".

Incidence de l’épidémie sur l’éducation et la formation : le Ceser Bourgogne Franche-Comté fait un état des lieux

Le Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser) Bourgogne Franche-Comté a recueilli et croisé les témoignages de divers professionnels et apprenants d'établissements d'éducation, d'enseignements et de formation et fait état des ressentis et constats partagés. Il formule des pistes de réflexion et d'action prenant en compte la situation de crise, selon un communiqué du 5 janvier 2021.

Fracture numérique : plus de 200 écoles de la région retenues pour l’appel à projets ENIR

Le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports et le Secrétariat général pour l’investissement ont publié en 2020 un appel à projets dont l’objectif était de poursuivre les actions engagées depuis 2017 à travers les appels à projets ENIR « Écoles Numériques innovantes et ruralité » visant à réduire la fracture numérique, particulièrement observée dans les écoles rurales. 

Covid: les enfants iront à l’école lundi « comme prévu » selon Blanquer

Les enfants et adolescents français iront à l'école lundi "comme prévu", a indiqué dimanche le ministre de l'Education nationale  ajoutant que les tests de dépistage du Covid-19 seront "déployés encore plus fortement" dans les lycées. Jean-Michel Blanquer a aussi souhaité que les professeurs puissent être vaccinés le plus rapidement possible "au mois de mars au plus tard."
Web Tv 90
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -0.36
couvert
le 18/01 à 21h00
Vent
1.52 m/s
Pression
1028 hPa
Humidité
98 %

Sondage