Le gouvernement accélère face à la vague Omicron déjà là

Publié le 21/12/2021 - 14:29
Mis à jour le 21/12/2021 - 14:29

Face à la vague de cas de Covid liés au variant Omicron qui touche la France à son tour, le gouvernement accélère en annonçant un conseil des ministres exceptionnel lundi 27 décembre 2021, avec l’espoir d’adopter le pass vaccinal dès la mi-janvier.

 © DR
© DR

La France entre "dans une période de turbulences avec Omicron", mais "si le variant accélère, nous accélérons aussi", a souligné le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal à l'issue d'une visioconférence entre le Premier ministre Jean Castex et les associations d'élus locaux sur ce pass nouvelle version.

Le temps presse : le taux d'incidence du Covid-19 atteint "une nouvelle fois un record" en France, à 537 cas par semaine pour 100.000 habitants, et "le variant Omicron arrive", avec "probablement" plus de 10 % des contaminations qui lui sont liées, voire bien plus en Ile-de-France, et plus encore à Paris, où il est désormais responsable de "plus d'une contamination sur trois", selon M. Attal.

Très contagieux, Omicron fait doubler le nombre de cas "tous les deux à trois jours", avait-il souligné un peu plus tôt sur France 2, en rappelant la "progression absolument foudroyante" déjà observée au Royaume-Uni, mais aussi "le point d'interrogation" sur "la part des cas graves nécessitant une hospitalisation" liés à ce variant.

Face à cette vague dans la 5e vague de l'épidémie de Covid, le gouvernement renforce sa stratégie, avec, outre la vaste campagne de rappels, la transformation du pass sanitaire en pass vaccinal plus vite qu'initialement prévu.

Jean Castex, qui avait annoncé vendredi 17 décembre son entrée en vigueur d'ici fin janvier, a indiqué aux élus locaux mardi matin avoir "décidé d'accélérer et d'avancer ce calendrier", afin d'avoir le pass vaccinal "sans attendre", selon Gabriel Attal: l'objectif de le voir adopté définitivement par le parlement est ramené à "la première quinzaine du mois de janvier".

Le texte sera adopté lors d'un conseil des ministres exceptionnel lundi 27 décembre, avant sa présentation dès la même semaine au Parlement.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Politique

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national au ont, à leur tout, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

À Besançon et Cussey-sur-l’Ognon, bientôt la création d’une zone agricole protégée : pourquoi ?

Jeudi 11 avril 2024, le projet de création d’une zone agricole protégée (Zap) à Besançon et Cussey-sur-l’Ognon sera soumis au vote des élus de Grand Besançon Métropole. Quels sont les objectifs ? Quel avenir pour ces zones ? François Presse, conseillère communautaire à Grand Besançon Métropole déléguée à l'Agriculture, nous explique.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Pancartes anti-migrants à Besançon : le collectif Némésis soutenu par le Rassemblement national et Reconquête

Une militante d'un collectif "féministe identitaire" soupçonnée d'avoir brandi des pancartes anti-migrants dimanche 7 avril 2024 pendant le carnaval de Besançon a été placée en garde à vue mardi 9 avril pendant plusieurs heures, selon le procureur.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.33
peu nuageux
le 12/04 à 12h00
Vent
2.49 m/s
Pression
1032 hPa
Humidité
53 %