Le Jura retenu pour l'implantation d'une prison expérimentale

Publié le 13/12/2011 - 18:12
Mis à jour le 14/12/2011 - 08:17

Le ministre de la Justice, Michel Mercier, a retenu la commune de Saint-Julien-sur-Suran parmi les sites proposés pour implanter la prison expérimentale conçue par l'ex-détenu Pierre Botton, a annoncé ce dernier mardi, dans un communiqué. 

photo_1314456526630-1-0-2.jpg
© dr
PUBLICITÉ

Se prévalant du soutien de l'Elysée et de la collaboration d'entreprises et institutions, M. Botton, fondateur de l'association "Les prisons du coeur", avait révélé en mai ce projet qu'il inscrit dans le cadre de la lutte anti-récidive.

"Le ministre a reçu Pierre Botton à la Chancellerie le 30 novembre", a confirmé le porte-parole de la Chancellerie, Bruno Badré, interrogé par l'AFP.

"Il lui a fait part de son intérêt pour la philosophie de son projet et a demandé à l'Administration pénitentiaire de rendre rapidement ses conclusions sur les aspects techniques du dossier", a-t-il ajouté.

Selon M. Botton, l'Administration pénitentiaire a validé les principales caractéristiques du projet.

Cet établissement, implanté sur un terrain d'environ 44.000 m2, pourra accueillir 120 détenus, des hommes condamnés pour la première fois, et dont les peines seront comprises entre 6 mois et 5 ans (hors "condamnation de nature sexuelle" et "crime de sang"), a-t-il précisé.

Un centre commercial ouvert au public sera adossé à la prison, et ce sont les détenus en fin de peine qui serviront les clients.   Les détenus travailleront également au sein de l'établissement, pour des salaires "identiques à ceux de la vie normale".

Ils auront la clé de leurs cellules, qui seront dépourvues de barreaux. Au sein de la prison, il n'y aura ni quartier disciplinaire, ni "grillage ni barbelé", à l'exception de la double paroi grillagée qui entourera le centre.

"En cas de rupture du contrat de confiance, la sanction sera immédiate avec renvoi dans les structures pénitentiaires classiques", précise le communiqué.   Selon M. Botton, deux propositions restent soumises à la décision du ministre: le téléphone portable pour tous les détenus et l'absence d'œilleton sur les portes des cellules.

Ce projet, dont le coût est estimé à 10 millions d'euros, devrait voir le jour "au plus vite", selon l'ex-gendre de Michel Noir, qui a fait 20 mois de prison dans les années 1990 pour abus de biens sociaux.

(source : AFP) 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.22
partiellement nuageux
le 16/10 à 15h00
Vent
2.873 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
61 %

Sondage