Le maire de Nevers dénonce la campagne pour transférer Bernadette Soubirous à Lourdes

Publié le 01/05/2015 - 10:42
Mis à jour le 01/05/2015 - 10:42

Le maire de Nevers, Denis Thuriot, a dénoncé jeudi la campagne visant à transférer la dépouille de Bernadette Soubirous à Lourdes, n'y voyant qu'une "volonté d'enrichir son patrimoine touristique" au mépris des volontés de la Sainte.

 ©
©

M. Thuriot réagissait aux propos mercredi dans la presse de Benoit Casterot, l'un des vice-présidents de l'association +Pour le retour de Bernadette Soubirous à Lourdes+, selon lequel "il paraît tout à fait logique que l'enfant du pays, notre idole, revienne à Lourdes". Une position qui n'est toutefois pas soutenue par l'Eglise.

"Je déplore que sous couvert d'évidence, ni cette association, ni les descendants de Sainte-Bernadette, n'aient plus à coeur de défendre la mémoire et la volonté de cette sainte qui se voulait une femme simple et anonyme, réfugiée à Nevers pour y trouver un repos aujourd'hui troublé", déplore M. Thuriot.

Ces "déclarations et l'utilisation du terme idole(...) nient les propres volontés de Soeur Bernadette, réfugiée à Nevers pour fuir la pression médiatique et donc ... l'idolâtrie", fait-il valoir. A ses yeux "il est donc évident, même si elle s'en défend, que l'association ne cherche, par ce retour antinomique avec les volontés de Sainte-Bernadette, qu'à enrichir son patrimoine touristique".

Pour l'édile de Nevers, "le travail" mené "en lien avec le couvent Saint-Gildard, dépositaire de la châsse", "les projets de spectacle pour les 150 ans de sa venue", ou encore l'"invitation au Pape François", "démontrent notre volonté de redonner à Sainte-Bernadette la place qu'elle mérite au sein de la cité ducale" et doivent "rendre caduques" les inquiétudes de l'association.

"Au-delà de l'impact touristique de sa présence, c'est un attachement spirituel qui lie les Neversois à Sainte-Bernadette depuis des décennies, et il est méprisant pour notre ville que de remettre en cause cet attachement", conclut-il.

(Avec AFP) 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Religion

Confinement et absence de quêtes : une perte de plusieurs milliers d’euros pour le Diocèse de Besançon

Fermées lors du premier confinement et une grande partie du second, les églises ont subi de lourdes pertes financières suite à l'absence de quêtes. En France, on estime à plus de 60 millions d'euros de préjudice cette année. Le Diocèse de Besançon, malgré plusieurs généreux donateurs, a lui aussi été impacté à hauteur de plusieurs milliers d'euros, explique Monseigneur Jean-Luc Bouilleret ce mardi 22 décembre.

Reprise des cultes : « Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état » selon l’Archevêque de Besançon

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".

Messes suspendues : l’épiscopat espère pouvoir « trouver un protocole satisfaisant »

Le président de la Conférence des évêques de France, a exprimé dimanche sa déception de voir les messes suspendues en raison du reconfinement, mais espéré pouvoir trouver "un protocole satisfaisant" avec les pouvoirs publics pour pouvoir les célébrer à nouveau. En attendant, l’archevêque de Besançon, Mgr Jean-Luc Bouilleret, a célébré dimanche 8 novembre une messe retransmise en direct de la cathédrale St-Jean.

Besançon : les responsables des mosquées déposeront une gerbe aux pieds de cathédrale Saint-Jean en signe de paix

Ce dimanche 1er novembre 2020, les responsables des mosquées de Besançon déposeront une gerbe devant la cathédrale Saint-Jean de Besançon vers 19h00 juste après la messe de 18h15, dirigée par Mgr Jean-Luc Bouilleret, l'Archevêque de Besançon. Ils seront accompagnés par un certain nombre de fidèles pour ce geste symbolique...
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.73
couvert
le 18/04 à 15h00
Vent
2.56 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
54 %

Sondage