Le Maire voit Belfort en "territoire pilote" du développement de l'hydrogène

Publié le 30/03/2021 - 14:01
Mis à jour le 30/03/2021 - 09:19

Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a « bon espoir » que l’entreprise McPhy s’implante à Belfort et participe à transformer la ville en « territoire pilote » de développement de l’hydrogène, a-t-il déclaré.

 © FBK Bruno Le maire
© FBK Bruno Le maire

Dans cette interview publiée lundi  M. Le Maire espère que cette entreprise française spécialisée dans la production et le stockage d'hydrogène choisira "dans les mois à venir Belfort pour implanter son usine d'électrolyseurs", indique-t-il à L'Est Républicain.

"Elle pourrait créer 300 emplois dans un premier temps et jusqu'à 750 d'ici 2030", relève-t-il, y voyant "pour Belfort et tout son territoire, une garantie majeure d'être pilote en matière de développement de l'activité hydrogène en France".

Mi-mars, a-t-il souligné, le "comité Maugis" a décidé de soutenir l'entreprise McPhy à hauteur de 10 millions d'euros si celle-ci décidait de s'implanter à Belfort.

Ce "fonds Maugis", destiné à financer la réindustrialisation et la diversification du nord-Franche-Comté, est alimenté par la pénalité de 50 millions d'euros versée par General Electric (GE) pour n'avoir pas créé 1.000 emplois comme promis lors du rachat de la branche énergie d'Alstom en 2015.

"L'hydrogène est pour Belfort une des activités les plus prometteuses pour les décennies à venir", selon le ministre, qui rappelle que le gouvernement a "fait le choix de l'hydrogène" en investissant "sept milliards d'euros sur cette énergie avec deux milliards d'euros qui seront décaissés d'ici 2022".

Le ministre de l'Economie souhaite que "GE investisse dans l'hydrogène" pour "développer l'activité industrielle sur le site de Belfort et donc rassurer les salariés", alors que plusieurs plans sociaux sont en cours au sein de différentes unités du groupe américain. Pour l'heure, déplore-t-il, "le compte n'y est pas encore".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Le stade Léo Lagrange bientôt équipé de 800 m2 de panneaux photovoltaïques

Le chiffre n’est pas négligeable. Si l’installation des panneaux photovoltaïques a un coût : 300.000 euros, elle permettra, à terme, d’économiser entre 30 à 35.000 euros par an, a précisé Anne Vignot, la maire de Besançon. Le projet sera soumis au vote des élus lors du Conseil municipal du 20 juin 2024.

La Région Bourgogne Franche-Comté lance une opération séduction pour attirer de nouveaux habitants

En ce premier semestre 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté préfigure une initiative inédite pour renforcer son attractivité résidentielle. Cette opération sans précédent vise concrètement à recruter dès le mois de septembre 2024 de futurs habitants. Prévu sur une première période de trois années, ce programme repose sur une dynamique collaborative initiée par la Région et de nombreux acteurs du territoire, et s’inscrit dans le cadre de la stratégie d’attractivité globale initiée depuis 2017.

“Chambre d’hôtes référence” : six hôtes du Doubs récompensés

Le 4 juin 2024, certaines chambres d’hôtes du département du Doubs se sont vu remettre la qualification "Chambre d’hôtes référence". Cette action nationale a été déployée depuis 2023 par Doubs Tourisme dans le département permettant à l’époque de qualifier deux premières chambres d’hôtes.

Le sport au service de l’emploi pour recruter autrement à Montbéliard

Après le succès des précédentes éditions qui se sont déroulées sur plusieurs villes de la région, le Comité Olympique Paris 2024, l'Agence Nationale du Sport, la Fédération Française d’Athlétisme et France Travail, ont proposé l’opération "Du stade vers l’emploi" (DSVE) dans sa version "Athlétisme" ce jeudi 13 juin 2024 à Montbéliard. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.99
légère pluie
le 21/06 à 12h00
Vent
5.81 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
85 %