Législatives: la Macronie et la Nupes à couteaux tirés

Publié le 07/06/2022 - 15:27
Mis à jour le 07/06/2022 - 15:27

L'affrontement entre le camp d'Emmanuel Macron et celui de Jean-Luc Mélenchon redouble d'intensité à cinq jours du premier tour des législatives, aiguisé par les premiers résultats des circonscriptions des Français de l'étranger. Si la majorité présidentielle est arrivée en tête dans huit circonscriptions sur onze, elle est talonnée par la coalition de gauche (Nupes).

 ©
©

Illustration de cette dynamique, le pilier de la macronie et député sortant Roland Lescure a certes recueilli le plus de voix (35,88%) dans la circonscription nord-américaine, mais, avec 22 points de moins qu'en 2017, il est talonné par la candidate mélenchoniste Florence Roger (33,43%).

"Il faut gagner"

Lundi, le patron de La République en marche, Stanislas Guerini, a appelé à faire campagne "encore plus fort" d'ici au premier tour.

"Maintenant, il faut gagner. On doit se rassembler face au cartel mélenchoniste", a-t-il insisté, pour qui la Nupes, "c'est la soumission à Jean-Luc Mélenchon" et "la sortie déguisée de l'Europe, la sortie de l'Otan" et "du nucléaire".

Dans la dernière ligne droite d'une campagne jusqu'alors jugée "atone", Emmanuel Macron doit faire cette semaine plusieurs déplacements pour "illustrer les priorités du quinquennat", notamment "la jeunesse" et "la sécurité du quotidien" après la santé et l'éducation la semaine dernière, a indiqué son entourage.

La Première ministre, Elisabeth Borne, doit donner mardi une longue interview à France Bleu après un week-end de campagne dans sa circonscription du Calvados.

Outre les bons scores recueillis dimanche par la coalition de gauche hors de l'hexagone (qui s'est qualifiée aux deuxième tour dans dix circonscriptions sur onze, contre à peine cinq en 2017), une étude Ifop-Fiducial parue dimanche donne des sueurs froides à la majorité, en mettant le ministre Clément Beaune en grande difficulté à Paris face à son adversaire Insoumise Caroline Mécary.

La Nupes entend par ailleurs répondre mardi aux critiques de la majorité quant au sérieux budgétaire de son programme lors d'une conférence de presse pour présenter ses propositions économiques.

La poussée de l'alliance LFI-EELV-PCF-PS a conduit l'un des bras droits de Jean-Luc Mélenchon, Manuel Bompard, à "croire fort" à la possibilité d'une majorité de la gauche à l'Assemblée pour que M. Mélenchon devienne "Premier ministre", bien qu'Emmanuel Macron ait rappelé qu'"aucun parti politique ne peut imposer un nom au président".

"Si bonhomme, tu vas le nommer!", a répondu au chef de l'Etat le bras droit de Jean-Luc Mélenchon, en s'attirant l'ire de la porte-parole du gouvernement, Olivia Grégoire, pour qui "le respect républicain élémentaire" a été "bafoué sans vergogne".

"Le sens du ridicule"

La polémique s'est également nouée autour de Jean-Luc Mélenchon, qui a estimé que "la police tue" après la mort de la passagère d'une voiture victime de tirs policiers lors d'un contrôle à Paris - trois agents de police ont été placés en garde à vue.

Interrogé mardi matin sur France Inter, le leader Insoumis a "évidemment" maintenu ses positions, récusant être "antiflic", mais se disant "contre un usage disproportionné de la violence".

"Jean-Luc Mélenchon est toujours du côté des voyous, des criminels, il n'est jamais du côté des forces de l'ordre", lui a répondu sur FranceInfo Marine Le Pen.

Si la candidate RN considère comme acquise - à l'unisson des sondages - la victoire de la majorité présidentielle aux législatives, elle espère ravir à la Nupes le titre de premier opposant dans la future Assemblée et plaide pour qu'Emmanuel Macron n'obtienne qu'"une majorité relative", pour "qu'il n'ait pas les pleins pouvoirs".

"A la différence de Jean-Luc Mélenchon", qui entend gagner et devenir Premier ministre, "j'ai le sens du ridicule", a encore taclé Mme Le Pen pour qui l'Insoumis a "zéro chance" d'obtenir une majorité de députés.

La candidate d'extrême droite est dans le Loiret pour soutenir le candidat RN Thomas Ménagé, en position de l'emporter face à l'ancien ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer.

En difficulté dans les études d'opinion, la droite a accusé Emmanuel Macron d'"anesthésier la campagne, comme il avait anesthésié la campagne présidentielle", par la voix de l'un de ses ténors, Bruno Retailleau.

Le patron des sénateurs LR a aussi prévenu sur France 2 que son parti ne "donnerait pas de consigne de vote" en cas de second tour opposant LREM au RN.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Le Sénat adopte un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin à 20 ans d’inaction publique 

Le Sénat a adopté à l'unanimité, le 11 avril 2024, un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin au désengagement de l’État en la matière et qui met à mal la filière apicole et les pollinisateurs sauvages. ”Une victoire importante et une avancée majeure, vingt ans après la détection de cette espèce sur le territoire national”, pour Jean-François Longeot, sénateur du Doubs. 

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

Élections européennes du 9 juin 2024 : modalités pour s’inscrire et voter

Le 9 juin 2024, les Français en âge de voter et les ressortissants d’un État-membre de l’Union européenne résidant en France seront appelés à voter pour l’élection des représentants de la France au Parlement européen. Comment s'inscrire sur les listes électorales et voter ?

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.75
légère pluie
le 20/04 à 15h00
Vent
2.94 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
77 %