Les députés autorisent les pharmaciens à délivrer certains médicaments sans ordonnance

Publié le 14/03/2019 - 07:27
Mis à jour le 14/03/2019 - 07:27

Mercredi 13 mars 2019, les députés ont prévu en commission dans le cadre de l'examen du projet de loi santé d'autoriser les pharmaciens à délivrer dans certaines conditions des médicaments normalement sous ordonnance pour des pathologies bénignes comme des cystites ou angines. Les députés ont aussi prévu, à l'initiative du rapporteur et de certains députés LREM, de permettre aux infirmiers d'adapter des traitements en fonction des résultats d'analyses de biologie médicale des patients

PUBLICITÉ

Un amendement du rapporteur Thomas Mesnier (LREM) a été adopté en ce sens. Il « vise à permettre aux pharmaciens (…) de délivrer selon (un) protocole mis en place par la Haute autorité de santé des médicaments dont la liste serait fixée par arrêté dans le cadre de pathologies bénignes du quotidien », a expliqué le député devant la commission des Affaires sociales.

Cela se ferait « dans le cadre d’un exercice coordonné, qu’il s’agisse d’équipes de soins primaires, de maisons de santé pluriprofessionnelles, de centres de santé ou de communautés professionnelles territoriales de santé » et « sous réserve d’une formation ad hoc des pharmaciens sur ces dits protocoles et d’un lien obligatoire réalisé auprès du médecin traitant », a-t-il précisé.

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a jugé « important de réussir à avancer sur le sujet », mais exprimé des « réserves » et plaidé pour donner du temps à la négociation avec les syndicats de médecins, qui sont opposés à la mesure, « pour trouver une voie de sortie par le haut ».

Un autre amendement du rapporteur a été adopté pour permettre aux pharmaciens de changer de médicament notamment lorsque celui prescrit connaît une rupture d’approvisionnement susceptible de mettre en jeu le pronostic vital du patient, sans l’accord préalable du prescripteur, mais conformément aux recommandations de l’Agence nationale de sécurité du médicament.

Permettre aux infirmiers d’adapter des traitements

Les députés ont aussi prévu, à l’initiative du rapporteur et de certains députés LREM, de permettre aux infirmiers d’adapter des traitements en fonction des résultats d’analyses de biologie médicale des patients. « Cette possibilité devra s’inscrire dans le cadre d’une équipe de soins primaires ou d’une communauté territoriale de santé », et « le médecin traitant devra être informé de cette adaptation de posologie », précise l’exposé des motifs de l’amendement.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Interdire les manifestations : le PCF de Besançon invite le MoDem à demander à Macron « de satisfaire les exigences des Gilets jaunes »

Deux conseillers municipaux du MoDem de Besançon, se sont adressés mercredi 20 mars 2019 au préfet du Doubs pour l'"alerter sur les conséquences des manifestations répétées des Gilets Jaunes" sur la fréquentation des commerces du centre-ville. Ils lui ont demandé "de ne plus accepter de manifestations de Gilets Jaunes au centre-ville de Besançon". Ironiquement, le Parti communiste français du Doubs se réjouit "qu'ils ne demandent pas au Préfet de mobiliser l'armée et les blindés."

L’actualité algérienne vue par un étudiant algérien à Besançon : « La chose qui nous fait et nous fera peur, c’est le système actuel de Bouteflika »

VIDEO • Mohand Takabait, 26 ans, Algérien, étudiant en mathématiques à l'Université de Franche-Comté à Besançon depuis 1 ans ½, suit avec une grande attention les évènements politiques et sociaux qui se déroulent actuellement dans son pays. Il nous livre son témoignage sur la politique du clan Bouteflika et son rêve d'avenir "libre" pour l'Algérie…

GE Belfort : « Etudier toutes les pistes industrielles possibles pour maintenir l’emploi » (Le Maire)

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a affirmé ce vendredi 22 mars 2019 qu'il allait "étudier toutes les pistes industrielles possibles pour maintenir l'emploi" à Belfort, alors que les syndicats de l'usine General Electric (GE) s'inquiètent de l'annonce prochaine d'un vaste plan de suppressions de postes.

PSA « ne peut pas laisser tomber » le site d’Hérimoncourt, estime Le Maire

Le groupe automobile PSA "ne peut pas laisser tomber" son usine historique à Hérimoncourt (Doubs), menacée par un transfert d'activités vers Vesoul, et doit "trouver une nouvelle activité" pour les salariés du site, a estimé ce vendredi 22 mars 2019 le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Bruno Le maire se déplacera en Franche-Comté jeudi 21 et vendredi 22 mars 2019

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, se rendra en Haute-Saône jeudi 21 mars et dans le Doubs vendredi 22 mars 2019. Ce déplacement s’inscrit notamment dans le cadre de la 9e Semaine de l’industrie. Du 18 au 24 mars, plus de 4 700 événements (visites d’entreprises, conférences, ateliers, job dating, journées portes ouvertes dans les écoles…) sont organisés partout en France.

« Agri-bashnig » : EELV Bourgogne Franche-Comté appelle à changer d’agriculture « pour sauver les paysans, l’environnement et la santé ! »

Dans un communiqué du 19 mars 2019, EELV s'inquiète de la campagne dite de "réhabilitation" de l’agriculture et de ses agriculteurs, "stop à l'agri-bashing", initiée par la Région Bourgogne Franche-Comté et sa présidente Marie-Guite Dufay. Les écologistes parlent d'une "mauvaise blague".

Annie Genevard demande la création d’une mission d’information sur les actes anti-chrétiens à R. Ferrand

Dans un courrier en date du 19 mars 2019, Annie Genevard, députée du Doubs Les Républicains, vice-présidente de l'Assemblée nationale et membre de la commission des affaires culturelles et Philippe Gosselin, député de La Manche LR et vice-président de la commission des Lois à l'Assemblée nationale demandent au président de l’Assemblée nationale la création d’une mission d’information sur les actes anti-chrétiens.

Venue de Jacqueline Gourault à Lure : « l’inutile valse des ministres potiches » (élus de l’opposition)

Suite à la venue en Haute-Saône et notamment à Lure de Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités territoriales, les élus de l'opposition de la ville de Lure ont tenu à exprimer leur mécontentement. La ministre n'a pas fait d'annonce qui empêcherait l'abandon du projet de reconstruction de la prison.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.74
ciel dégagé
le 23/03 à 18h00
Vent
1.32 m/s
Pression
1026.37 hPa
Humidité
72 %

Sondage