"Les opérateurs des pompes funèbres ne sont plus en mesure de prendre en charge les corps des personnes dans leurs lieux de décès" (SPTIS)

Publié le 17/03/2020 - 17:52
Mis à jour le 18/03/2020 - 15:43

Cédric Ivanes, président du Syndicat professionnel des Thanatopracteurs indépendants et salariés d’acceuil (SPTIS) a écrit ce 17 mars 2020 une lettre ouverte à Emmanuel Macron afin de l’informer sur le manque de moyens mis à disposition de la profession.

Dans sa lettre, Cédric Ivanes indique son inquiétude sur la prise en charge des corps des défunts : "Les opérateurs des pompes funèbres ne sont plus en mesure de prendre en charge les corps des personnes dans leurs lieux de décès, qu’elles soient décédées ou non du Covid-19", indique-t-il en expliquant cela par le manque de moyens accordés à la profession : "Si les mesures de salubrité minimales ne peuvent pas se faire correctement, alors les hôpitaux, maisons de retraite et même les familles dont les proches meurent encore à domicile, devront prendre en charge et gérer les corps, dans le meilleur des cas, dans des chambres froides, dans le pire des cas, sans soin de thanatopraxie (Conservation), à leur domicile".

Voici l'intégralité de la lettre adressée au Président de la République :

"Monsieur le Président de la République,

Je m’adresse à vous en tant que Président du seul Syndicat professionnel de thanatopracteurs en France et ce que j’ai à vous transmettre, est particulièrement grave et important pour que vous preniez sérieusement en compte ce qui se passe.

En effet, je représente une branche des acteurs du service public que sont les thanatopracteurs. Ces personnels sont à la disposition de leurs concitoyens en 24/24 et 7/7 y compris dans des périodes moins dramatiques que celle que nous vivons.

A l’heure où je vous parle, ces acteurs primordiaux des services funéraires, dont certains sont aussi opérateurs de Pompes Funèbres, ne sont plus en mesure de prendre en charge les corps des personnes dans leurs lieux de décès, qu’elles soient décédées ou non du Covid-19 (A plus forte raison).

Je tiens à votre disposition en PJ, la réponse du Préfet de ma région qui stipule que nous ne sommes pas prioritaires pour accéder aux EPI (Équipements de Protection Individuelle) !

C’est un véritable non-sens car nous sommes autant, si ce n’est plus, exposés au risque de contamination.

Dans le cas où cette situation ne s’arrange pas rapidement et que nous ne puissions pas avoir accès à ces dispositifs, nous avons déjà avertit nos adhérents de recourir à leur droit de retrait, il est hors de question qu’ils mettent leur vie délibérément en danger alors qu’une mise en bière est requise pour les décès par Covid-19.

Si les mesures de salubrité minimales ne peuvent pas se faire correctement, alors les hôpitaux, maisons de retraite et même les familles dont les proches meurent encore à domicile, devront prendre en charge et gérer les corps, dans le meilleur des cas, dans des chambres froides, dans le pire des cas, sans soin de thanatopraxie (Conservation), à leur domicile.

Toute manipulation est rendue impossible sans une protection appropriée.

Comme vous le voyez, Monsieur le Président de la République, il est nécessaire que vous intercédiez favorablement et rapidement à cette requête, même si je suis parfaitement conscient des difficultés d’approvisionnement.

La répartition de ces dispositifs se doit d’être encore revue et devrait se faire, si je peux me le permettre, aux seuls soignants des hôpitaux et établissements de santé ainsi qu’aux opérateurs funéraires qu’ils soient thanatopracteurs ou opérateurs de Pompes Funèbres.

Les priorités sont clairement établies, au moins tant que les stocks ne sont pas reconstitués.

J’ai formé, avec deux membres du Bureau de ce syndicat, une cellule de crise afin que nous puissions vous répondre dans les meilleurs délais.

Je joins à ce propos leur coordonnées, mails et téléphones et j’ai déjà pris attache avec Madame Duhem des Renseignements Généraux afin de lui faire part de la situation critique à laquelle nous sommes confrontés.

Je reste très attaché aux valeurs de notre République, de notre devise et je respecte pleinement ce que vous avez mis en place car il en va, en effet, de notre survie à tous.

C’est la raison pour laquelle et afin de ne pas aggraver une situation déjà extrêmement compliquée, qu’il est primordial que nous recevions votre aide et votre soutien.

Dans l’attente d’une réponse rapide de votre part, je vous prie de recevoir, Monsieur le Président de la République ; l’expression de ma haute considération et de mon dévouement face à cette crise majeure sans précédent".

(Cédric Ivanes, Président du SPTIS).

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Société

Canicule : les déchetteries du Sybert adaptent leurs horaires d’ouverture

Les épisodes de fortes chaleurs se multiplient. Pour le confort des usagers et la sécurité de son personnel, le Sybert informe qu'il adaptera les horaires d’ouverture des déchetteries en fonction des alertes Météo France liées aux épisodes caniculaires. Ce sera la cas ce mercredi 3 et jeudi 4 août 2022. 

Don du sang : l’EFS appelle la population à se mobiliser, une « urgence vitale »

L’EFS publie pour la seconde fois de son histoire, et ce à moins de 6 mois d’intervalle, un bulletin d’urgence vitale. Le niveau des réserves de sang de la France est historiquement bas, une situation critique qui pourrait se révéler dangereuse à court terme pour soigner les patients, selon un communiqué fin juin dernier.

Dernière ligne droite du programme « Plantons des haies ! » en Bourgogne Franche-Comté 

"Plantons des haies !", programme du plan France Relance engagé par l’État, entre dans sa dernière ligne droite cet été 2022. Ce programme du gouvernement soutient financièrement et administrativement les plantations en terres agricoles depuis juillet 2021. Les structures d’appui retenues pour faire partie du programme accompagnent techniquement les bénéficiaires dans la plantation des haies et d’arbres en intraparcellaires.

Bouchons sur l’autoroute des vacances : comment occuper les enfants dans la voiture ?

Bison Futé annoncé un samedi 30 juillet « noir » sur les routes en raison du fameux chassé-croisé entre les juilletistes et les aoûtiens. Il va falloir s’armer de patience dans les bouchons, ce qui n’est loin d’être facile… surtout quand on a des enfants à l’arrière impatients. Voici quelques conseils pour les occuper.

Protoxyde d’azote à Besançon : près de 1.500 cartouches retrouvées sur la voie publique en 7 mois 

Le protoxyde d’azote, mieux connu sous les noms de « gaz hilarant », « proto » ou « ballon », est de plus en plus consommé par les jeunes affirme la Ville de Besançon dans un communiqué ce jeudi. Entre janvier et juillet 2022, 1.460 cartouches ont été collectées par les services de nettoyage.

Besançon : souffrant d’un cancer, un artiste intermittent du spectacle se retrouve dans une faille juridique, sans aucun revenu

Stéphane M., un Bisontin de 47 ans, père de famille, artiste musicien au régime de l’intermittence du spectacle, vit depuis le mois d’avril dernier avec 0€ de revenu. En octobre 2021, les médecins lui diagnostiquent un cancer ce qui l’empêche d’exercer sa profession. Suite aux mesures sanitaires contre la Covid-19, une faille juridique ne lui permet plus de bénéficier d’indemnité. Nous l’avons rencontré dans sa chambre d’hôpital à Besançon mardi 26 juillet.

Animaux et chaleur : la Ville de Besançon rappelle les bons gestes 

En période de canicule, les animaux domestiques et sauvages peuvent souffrir des températures élevées. La Ville de Besançon, dans un communiqué du 27 juillet, explique que sensibles aux variations soudaines de température, il est essentiel d’appliquer des gestes simples pour les soulager et rendre cette période plus supportable.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.71
partiellement nuageux
le 12/08 à 0h00
Vent
2.18 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
64 %

Sondage