Les Suisses disent non au salaire minimum le plus élevé au monde

Publié le 19/05/2014 - 08:49
Mis à jour le 20/05/2014 - 09:39

Les Suisses ont clairement refusé dimanche la création d’un salaire minimum unique de 3.300 euros, qui aurait été le plus élevé du monde.

 ©
©

Pour beaucoup, les syndicats et les partis de gauche, qui estimaient que le coût très élevé de la vie en Suisse justifiait ce montant, ont pris une véritable "gifle".

Par 76,3% des voix, le peuple a littéralement balayé l'introduction de ce salaire minimum unique de 22 francs suisses de l'heure (18 euros), soit environ 4.000 francs suisses bruts (3.300 euros) pour 42 heures hebdomadaires (100%). Les 26 cantons de la Confédération se sont opposés au projet.

Ce salaire minimum aurait été le plus élevé au monde: il est de 9,43 euros en France, de 5,05 euros en Espagne et sera en Allemagne de 8,50 euros à partir de 2015.

S'il avait été accepté, il y aurait eu un risque de "suppression de places de travail" et "les personnes moins qualifiées auraient sans aucun doute rencontré plus de difficultés pour (trouver) un emploi", a commenté le ministre de l'Economie, Johann Schneider-Ammann, lors d'une conférence de presse. Paysans, petits artisans et organisations patronales se sont aussi félicités de l'issue du vote.

Chez les syndicats, qui s'attendaient à un résultat négatif, l'ambiance est loin d'être au désespoir. "Le résultat est très clair, décevant, nous ne nous attendions pas à un résultat négatif de cette ampleur. Mais je ne parlerais pas de gifle car on a certes perdu le vote mais (...) on n'a jamais vu en Suisse autant d'entreprises augmenter les salaires à 4.000 francs suisses que durant ces derniers mois", comme Aldi, Lidl, H&M, Bata & Co, a déclaré à l'AFP Alessandro Pelizzari, secrétaire régional d'Unia à Genève.

"A chaque fois qu'il y a des votations sur le marché du travail, on les perd massivement. Les opposants brandissent la menace du chômage. En Suisse, cela parle aux gens car il n'y a aucune protection contre le licenciement", contrairement à d'autres pays comme la France, a-t-il toutefois déploré.

Opposés à ce projet, la droite, les milieux agricoles, le Parlement et le gouvernement avaient en effet affirmé qu'un salaire minimum unique constituait un danger pour l'emploi, soulignant qu'il existe déjà en Suisse des salaires minimum dans certaines branches professionnelles.

Du coup, une grande partie de la population craignait qu'un tel salaire ne favorise une hausse du chômage, presque inexistant en Suisse (3,2% de la population active en avril).

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Bientôt des panneaux photovoltaïques au stade Léo Lagrange de Besançon ?

Le chiffre n’est pas négligeable. Si l’installation des panneaux photovoltaïques a un coût : 300.000 euros, elle permettra, à terme, d’économiser entre 30 à 35.000 euros par an, a précisé Anne Vignot, la maire de Besançon. Le projet sera soumis au vote des élus lors du Conseil municipal du 20 juin 2024.

La Région Bourgogne Franche-Comté lance une opération séduction pour attirer de nouveaux habitants

En ce premier semestre 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté préfigure une initiative inédite pour renforcer son attractivité résidentielle. Cette opération sans précédent vise concrètement à recruter dès le mois de septembre 2024 de futurs habitants. Prévu sur une première période de trois années, ce programme repose sur une dynamique collaborative initiée par la Région et de nombreux acteurs du territoire, et s’inscrit dans le cadre de la stratégie d’attractivité globale initiée depuis 2017.

“Chambre d’hôtes référence” : six hôtes du Doubs récompensés

Le 4 juin 2024, certaines chambres d’hôtes du département du Doubs se sont vu remettre la qualification "Chambre d’hôtes référence". Cette action nationale a été déployée depuis 2023 par Doubs Tourisme dans le département permettant à l’époque de qualifier deux premières chambres d’hôtes.

Le sport au service de l’emploi pour recruter autrement à Montbéliard

Après le succès des précédentes éditions qui se sont déroulées sur plusieurs villes de la région, le Comité Olympique Paris 2024, l'Agence Nationale du Sport, la Fédération Française d’Athlétisme et France Travail, ont proposé l’opération "Du stade vers l’emploi" (DSVE) dans sa version "Athlétisme" ce jeudi 13 juin 2024 à Montbéliard. 

Base de loisirs d’Osselle : qui sont les deux chefs bisontins à la tête du nouveau restaurant ?

Suite à un appel d’offres lancé par Grand Besançon Métropole en février dernier pour trouver les gérants du snack et du restaurant de la base de loisirs d’Osselle, le projet de deux chefs bisontins, déjà bien connus, a été retenu. Celui d’Adrien Rognon, gérant de la Pizzeria Piano et de Sylvain Piguet, gérant de LÔ à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 26.47
couvert
le 18/06 à 18h00
Vent
1.5 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
60 %