Loi immigration : le président du groupe Génération-s répond aux députés et à Ludovic Fagaut

Publié le 14/01/2024 - 09:36
Mis à jour le 14/01/2024 - 09:37

De nombreux rassemblements pour dénoncer le vote de la loi immigration adoptée par l’Assemblée nationale le 19 décembre 2023 auront lieu dimanche 14 janvier 2024 partout en France dont Besançon. À cette occasion, le président du groupe Génération-s, Social, Ecologie, Démocratie Kevin Bertagnoli a souhaité répondre aux députés de la majorité présidentielle et au conseiller municipal d’opposition dans un communiqué du 14 janvier 2024.  

 © Élodie R.
© Élodie R.

"Ce dimanche 14 janvier et le 21 janvier prochain, nous serons nombreuses et nombreux à manifester, à Besançon et dans toute la France, pour dénoncer le vote de la loi Asile-Immigration. Un projet de loi discriminatoire, rédigé sous la dictée des droites et de l’extrême-droite.

Je souhaite profiter de ce moment pour répondre à nos députés de la majorité présidentielle et à notre conseiller municipal d’opposition.

Quand on n'est peu à l’aise sur le fond, mieux vaut détourner l’attention.

À l’image de la déclaration d’amour passionnée du Président de la République pour Gérard Depardieu, nos idylles parlementaires et départementales locales ont décidé de détourner l’attention plutôt que de parler des conséquences désastreuses de la loi immigration.

Messieurs les Députés ont accusé la majorité municipale de « faire de l’électoralisme sur le compte des étrangers ».

Quel culot, quelle indignité de se permettre de dire de tels propos à l’égard de la Municipalité quand on sait ce que le Président de la République et son Ministre de l’Intérieur ont accepter pour porter jusqu’au bout ce projet de loi.

C’est bien notre Gouvernement qui depuis plusieurs mois déjà s’acharne à « faire de l’électoralisme sur le compte des étrangers ». Ce, dans l’optique de détourner les Françaises et les Français des vrais sujets qui les préoccupent depuis maintenant de nombreuses années : la baisse du pouvoir d’achat, l’absence de solutions fortes contre le dérèglement climatique, la nécessité de la lutte contre la corruption et la transparence de la vie publique.

Monsieur Ludovic Fagaut s’étonne quant à lui de mon appel à désobéir à l’application de cette loi. Je persiste et je signe.

Pour faire voter à tout prix son projet, le Président de la République a multiplié les concessions aux députés LR, jusqu’à remettre en cause des principes républicains fondamentaux comme l’égalité des droits sociaux et le droit du sol.

La Démocratie ce n’est pas seulement une règle du jeu, un processus législatif et des accords d’appareil, c’est aussi un ensemble de valeurs, héritières des Lumières, de la Révolution française, de notre histoire sociale, du Conseil National de la Résistance. Être Démocrate, être Républicain, c’est s’inscrire dans cette Histoire.

Inscrire la Préférence Nationale, c’est abdiquer devant ces groupuscules qui prônent la haine et la peur, c’est une rupture politique et morale, la renonciation aux valeurs républicaines. La digue a cédé, le barrage républicain n’est plus défendu aujourd’hui à l’Élysée.

Le racisme et l’autoritarisme ne gagneront pas seulement parce que des hommes politiques ont renoncé à leurs valeurs, mais aussi parce que chacun de nous, citoyennes et citoyens, leur opposons un silence coupable : mobilisons-nous, manifestons, refusons d’obéir à cette loi.

Dans cette situation, le choix du Musée de la Résistance et de la Déportation était une évidence. Ce musée se veut un outil citoyen, au service de citoyennes et de citoyens. Il rappelle qu’en d’autres temps, l’ensemble de notre société a dérivé sur ses valeurs, rejetant l’autre, mettant en place des mesures discriminatoires et répressives sans pareil, amenant au pire.

Non. Le choix du Musée de la Résistance et de la Déportation n’est pas un affront à notre mémoire collective. C’est bien le vote de cette loi Asile-Immigration qui est « une offense envers le combat de nos héros de la Résistance et la mémoire de nos déportés. »

Plutôt que de juger le choix d’un musée, nos Députés devraient se positionner sur l’application effective de cette nouvelle loi et son impact sur la vie des Bisontines et des Bisontins. Quand poserons-nous les bonnes questions ?

Messieurs les Députés demanderont-ils l’application de la caution pour les étudiants étrangers, là où près d’un étudiant sur cinq ne mange déjà plus à sa faim ? Monsieur le Conseiller municipal LR demanderait-il aux médecins du CHU de ne plus soigner les étrangers qui arriveraient aux urgences, comme le recommandent les parlementaires de son camp qui souhaitent une réforme de l’AME ? En tant que premier Vice-président du département, Monsieur Fagaut refuserait-il d’attribuer l’APA (Aide Personnalisée d’Autonomie), créée par Madame Paulette Guinchard-Kunstler, aux retraités immigrés du département du Doubs ?

Et que fera notre territoire demain sans ces hommes et ces femmes de ménage, ces agents de sécurité, cuisiniers dans les arrières-cours de nos restaurants, ces maçons, soignants dont nous Français ne voulons plus assumer les métiers et qui participent aussi à faire tourner notre économie locale?

N’en déplaise à nos collègues de l’opposition, cette loi a des conséquences réelles sur la vie de nos concitoyens et nous nous devons d'avoir un débat sincère sur le devenir de notre société, sans artifices, sans tours de passe-passe rhétoriques.

Que les Bisontines et Bisontins qui croient encore en la Fraternité sachent que nous ne baisserons ni la tête ni les bras. La France est belle lorsque elle se dresse comme un phare dans la nuit, ouverte et fraternelle. En 2024, nous ne devons rien lâcher. Le combat continue. Résistance.

Le mouvement Génération•s appelle à se mobiliser les 14 et 21 janvier afin d'obtenir le retrait de cette loi discriminatoire, basée sur des préjugés racistes et xénophobes.

Kévin Bertagnoli 
Président du Groupe Génération-s, Social, Ecologie, Démocratie

Adjoint en charge de la Démocratie Participative et de la participation citoyenne"

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Un commentaire

Laisser un commentaire

Politique

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Agriculteur : ”Le toilettage normatif ne signifie pas l’abandon de toute ambition en matière environnementale” selon le sénateur Rietmann

À l’occasion d’un débat sur l’avenir du modèle agricole français le 13 février 2024, Olivier Rietmann, sénateur LR de la Haute-Saône, a défendu une revendication nouvelle exprimée par les agriculteurs lors du récent mouvement de protestation : l’impératif de simplification administrative.

Magazine municipal de Besançon : une “propagande politique” selon L. Croizier et L. Fagaut

Suite à la parution de l’édition février/mars 2024 du magazine municipal Besançon votre ville, les élus du groupe Ensemble bisontins (Renaissance-Modem-Horizon) et du groupe LR Besançon maintenant ont exprimé leur stupéfaction, mercredi 14 février 2024, en dénonçant “le détournement du magazine de la ville à des fins de propagande politique”. Le dossier porte, ce mois-ci, sur le positionnement de la maire de Besançon, Anne Vignot, au sujet de la loi immigration. Une entrevue qui n’a pas laissé les groupe d’élus sans voix.

Pour la première fois, des Rencontres régionales du patrimoine en Bourgogne Franche-Comté

Jeudi 15 février 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise à la Cité internationale de la gastronomie et du vin, à Dijon, les premières Rencontres régionales du patrimoine, en présence de Marie- Guite Dufay, présidente de la Région, et de Nathalie Leblanc, vice-présidente à la culture et au patrimoine.

Élections européennes : plusieurs partis politiques se réunissent pour sensibiliser les jeunes à Besançon

Les élection européennes sont délaissées par bon nombre de citoyennes et de citoyens en France et à travers l’union. C’est pourquoi sept partis de gauche se réuniront pour sensibiliser les jeunes électeurs à ce temps démocratique jeudi 15 février 2024 à la faculté des lettres, rue Mégevand à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.85
légère pluie
le 23/02 à 18h00
Vent
2.35 m/s
Pression
998 hPa
Humidité
74 %