L’union sacrée du Nord-Franche-Comté pour General Electric

Publié le 15/05/2019 - 08:29
Mis à jour le 15/05/2019 - 08:34

Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, a reçu mardi 13 mai 2019 dans la matinée les élus concernés par les questions sur l'avenir  des sites General Electric de Belfort et Bourogne. Si l'état a bien donné des garanties sur le maintien des sites mais un plan social est inéluctable.

L’impact des décisions du groupe américain sur la fabrication de turbines à gaz auront des répercussions économiques et sociales sur l’ensemble du Nord-Franche-Comté.

Les annonces de Général Electric sur l’avenir de la filière énergie à Belfort seront connues d’ici quelques semaines. La présidente de Région, Floriant Bouquet  et Damien Meslot, le maire de Belfort, étaient présents autour de Bruno Lemaire ce mardi matin. La Vallée de l’Energie, cluster regroupant les industriels de la filière et qui emploie 7 500 salariés dans le Nord-Franche-Comté, était également représenté.

Depuis le début de l'année, GE a lancé plusieurs procédures de rupture conventionnelle collective (RCC) et de plans seniors au sein de sa division énergie. Plus de 500 suppressions de poste sont attendues par la direction avec ces départs volontaires. Au total, GE emploie près de 4.000 personnes à Belfort. Fabricant de turbines et pilier de la reprise en 2015 de la branche énergie d'Alstom, le site subit les conséquences des difficultés générales du groupe américain et de la baisse actuelle de ses marchés.

Redoutant que le géant américain ne quitte Belfort, Damien Meslot (LR), maire de Belfort, Florian Bouquet (LR), président du conseil départemental, le sénateur (LR) Cédric Perrin (LR) et les députés Ian Boucard (LR) et Michel Zumkeller (UDI) avaient écrit début avril au président pour dire leur inquiétude quant à l'avenir de l'activité turbines à gaz du site de Belfort, où travaillent environ 1.900 personnes.

"Les sites ne fermeront pas"

Selon Damien Meslot, le ministre de l'Économie a assuré aux élus que les sites de Bourogne et Belfort ne fermeront pas. Reste qu'un plan social est bien envisagé. Les élus ont déclaré qu'il se battraient pour qu'il soit le moins impactant possible.

Hugh Bailey, un haut fonctionnaire de 39 ans est arrivé à la tête de GE le 22 avril 2019, ce qui ne rassure pas les syndicats. Ancien conseiller Industrie au cabinet d’Emmanuel Macron à Bercy, il sera en charge d'organiser le plan social avant l'été. Fin avril Emmanuel Macron avait déjà rassuré les élus du Territoire de Belfort, inquiets pour l'avenir de la branche turbines de General Electric (GE), que le dossier faisait l'objet de "la plus grande vigilance de la part de l'Etat".

Pour faire passer la pilule, un fonds de compensation de 50 millions d’euros sera versé par GE pour ne pas avoir respecté son engagement de créer un millier d'emplois. Le ministre a confirmé que le Grand Belfort et la Région seront membres du comité de pilotage. La délégation a insisté sur l’utilisation de ce fonds qui doit à la fois amorcer de nouvelles activités de production sur le Nord-Franche-Comté et accompagner les sous-traitants dans la diversification.

Diversification dans l'aéronautique

Dans l’attente d’une reprise du marché, les collectivités locales ont défendu auprès du ministre la nécessité de diversifier les activités existantes. La Région et le Grand Belfort ont confirmé mobiliser des moyens et des leviers afin de faciliter l’adaptation de l’outil industriel à ces nouvelles activités.

La Présidente de Région en a profité de cette rencontre avec le ministre pour évoquer un autre dossier stratégique pour l’économie du territoire : l’accueil de l’usine française de production de batteries électriques sur le Nord-Franche-Comté  qui serait créateur de 1 500 emplois directs. Le dossier technique qui confirme les nombreux atouts de cette candidature a été remis au ministre.

Union sacrée autour de GE

"Au-delà des clivages politiques, c’est tout un territoire qui se mobilise pour sauvegarder des emplois et des compétences si spécifiques dans le secteur stratégique de l’énergie" a indiqué la président de région Marie-Guite Dufay.

La délégation a plaidé pour un plan d’action permettant de préserver la capacité de production du site de Belfort. En plus de la maintenance nécessaire des 1 500 turbines à gaz à travers le monde, GE prospecte très activement de nombreux marchés étrangers, parmi lesquels la reconstruction du réseau électrique irakien. "Pour remporter ces marchés, GE a besoin de cautions financières que seul le Gouvernement peut apporter par le biais de la COFACE. Les élus ont demandé au ministre que cette garantie soit très rapidement apportée. Ce nouveau contrat relancerait le carnet de commandes des turbines à gaz avec des dizaines de milliers d’heures d’usinage à la clé"

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Endettement des entreprises : comment les aider ?

En Bourgogne Franche-Comté, près de 20 000 entreprises ont bénéficié d’un PGE (Prêt Garanti par l’Etat). Emprunt qu'il faudra bien rembourser. Alors que l’activité tourne encore au ralenti dans plusieurs secteurs, la Banque Populaire BFC tente d’aider au mieux ces entreprises et leurs prêts avec sa « BOX PGE »…

SNCF Réseau : 423 millions d’euros dans la modernisation du réseau de Bourgogne Franche-Comté en 2021

Pour l'année 2021, SNCF Réseau investira 423 millions d'euros pour la modernisation et la maintenance du réseau en Bourgogne Franche-Comté. 250 chantiers au total sont prévus. Pour Jérôme Grand, directeur territorial SNCF Réseau, 2021 sera "une année exceptionnelle en Bourgogne Franche-Comté."

Bientôt, le nouveau centre commercial Cassin à Planoise ouvrira ses portes dans un écrin plus moderne

Les travaux de la restructuration du centre commercial Cassin dans le quartier Planoise à Besançon commenceront le 18 janvier prochain. Le bail commercial entre Intermarché et Aktya, société d'économie mixte bisontine, a été signé mercredi 13 janvier. Le nouveau centre commercial ouvrira ses portes dans un écrin plus moderne à l'automne prochain.

Un frontalier sur trois travaille dans l’horlogerie

Dans sa dernière étude, l'Ostaj (observatoire statistique transfrontalier de l'Arc Jurassien)  indique que l'industrie horlogère de l'Arc Jurassien emploie 31.400 personnes dont une forte majorité dans des établissements du côté suisse de la frontière. Les agglomérations frontalières du Locle, de La Chaux-de-Fonds et de la vallée de Joux sont les principaux pôles de l’horlogerie.
Web Tv 90
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1
légères chutes de neige
le 18/01 à 3h00
Vent
1.51 m/s
Pression
1029 hPa
Humidité
99 %

Sondage