Modélisation, planification et 3D : la plateforme pluridisciplinaire du CHU de Besançon appliquée à tous les domaines médicaux

Publié le 26/02/2021 - 09:48
Mis à jour le 05/03/2021 - 10:30

Début 2020, le Pôle Investigation et Innovation Chirurgicales du CHU de Besançon s’est doté d’un nouvel outil innovant : une plateforme médicale de modélisation, de planification et d’impression 3D. Petite révolution pour les chirurgiens du CHU, l’établissement est l’un des premiers hôpitaux français à avoir mis en place ce type de structuration.

Mode?lisation, planification et impression 3D me?dicale :
la plateforme pluridisciplinaire I3DM souffle sa premie?re bougie © CHU de Besancon
Mode?lisation, planification et impression 3D me?dicale : la plateforme pluridisciplinaire I3DM souffle sa premie?re bougie © CHU de Besancon

Cette plateforme pluridisciplinaire répond à un double objectif : anticiper et préparer les interventions chirurgicales et optimiser la prise en charge des patients. La plateforme I3DM permet de réaliser :

  • des modèles anatomiques virtuels à partir d’images radiologiques segmentées ;
  • des planifications opératoires virtuelles issues des modèles anatomiques précédemment obtenus ;
  • des impressions d’objets 3D (modèles anatomiques, prototypes de dispositifs médicaux...).

Une plateforme hospitalière pluridisciplinaire

L’impression 3D s’applique à de nombreux domaines médicaux. Au CHU de Besançon, elle concerne principalement la chirurgie cancérologique pédiatrique, la chirurgie malformative pédiatrique, la chirurgie orthopédique et traumatologique, la chirurgie maxillo-faciale et stomatologique, la neurochirurgie. Elle tend à s’ouvrir progressivement à toutes les disciplines médicales de l’établissement.

Quels atouts dans la relation chirurgien-patient ?

La qualité de la communication entre le patient et le chirurgien repose beaucoup sur les explications visuelles. Grâce à cette technologie, le chirurgien peut présenter au patient un objet anatomique réaliste ou un prototype de dispositif implantable, facilitant la compréhension et la visualisation de l’intervention qui lui est proposée.

Ces outils permettent également au chirurgien d’opérer "virtuellement" le patient en amont, de visualiser les différentes étapes de l’intervention, de modifier le planning opératoire le cas échéant et d’avoir une meilleure prédictibilité et une plus grande précision du geste chirurgical. Le confort opératoire du patient est ainsi amélioré : diminution du temps de l’intervention et de l’anesthésie, moins de saignements, réduction du risque d’infection.

Un projet "home-made"

Devant l’augmentation de l’utilisation de la technologie de l’impression 3D dans de nombreuses disciplines médicales, le CHU de Besançon a fait le choix d’une plateforme développée et opérationnelle dans ses murs préférablement à une sous-traitance.
"Le principe était de pouvoir centraliser les demandes au sein d’une seule et même structure et de mettre à disposition rapidement des services, des outils performants tout en simplifiant les démarches pour les cliniciens du CHU", précise l'établissement.

Des équipements et des compétences sur mesure pour répondre à toutes les demandes

La plateforme I3DM est équipée d’une salle informatique dédiée avec des logiciels professionnels spécifiques répondant à la réglementation européenne en matière d’impression 3D médicale et de 7 imprimantes de dernière génération. La plateforme d’impression 3D médicale du CHU fait appel à deux technologies :

  • la stéréolithographie : les couches de matériaux liquides (résine) sont solidifiées grâce à un laser ;
  • le dépôt de matière fondue : un fil de matière est déposé sur la plateforme et se solidifie au
    contact de l’air.

Le CHU indique : "En plus des compétences médicales, biomédicales, paramédicales et informatiques des personnels de l’établissement, un ingénieur clinique spécialisé (société ENNOIA) a été recruté pour accompagner le projet puis animer la plateforme."

Un nouveau terrain d’enseignement et de recherche

"Véritable outil universitaire de pointe, l’un des autres atouts de la plateforme est de s’ouvrir au domaine de la recherche en proposant d’accueillir des étudiants souhaitant réaliser un travail de recherche à application médicale autour de cette technologie", explique le CHU de Besançon.

C’est notamment dans ce cadre qu'il travaille en étroite collaboration avec le Laboratoire de Nanotechnologie, Imagerie, Thérapeutique (LNIT - EA 4662) et l'Institut Supérieur d'Ingénieurs de Franche-Comté (ISIFC) de l’Université de Franche-Comté.

Infos +

Pour faire écho à cette structure innovante du CHU, un Diplôme Universitaire dédié à l’impression 3D en chirurgie (DU I3DC) a également été créé au sein de l’UFR Santé de Besançon accueillant pour sa première année une quinzaine d’étudiants venant de toute la France.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

La troisième vague « n’est pas derrière nous », la situation se dégrade en Franche-Comté

La troisième vague de l'épidémie de Covid-19 "n'est pas derrière nous" et le "pic des hospitalisations n'est pas atteint" malgré des "signaux encourageants", a rapporté mercredi  Gabriel Attal. Le porte parole du gouvernement parle d'une  "évolution qui paraît plus dégradée" dans les départements de l'Est de la région : Haute-Saône,  Doubs,  Territoire de Belfort et Jura.

Variant brésilien : quelle est la situation en Bourgogne-Franche-Comté ?

Comprendre • La présence des variants Sud-Africain et Brésilien n'explose pas en Bourgogne-Franche-Comté et serait même en diminution depuis un mois avec d'importantes disparités selon les départements. C'est dans le Doubs que l'on dénombre le plus de cas (7,2%) devant la Haute-Saône et la Saône-et-Loire. Rien à voir toutefois avec la Moselle fin février où le variant brésilien était responsable de la moitié des cas de contamination. On vous dit tout ce que l'on sait sur ce variant.

Covid-19 : les hôpitaux de Bourgogne Franche-Comté déclenchent l’ultime palier d’augmentation de leurs capacités

La troisième vague de l’épidémie qui touche la Bourgogne-Franche-Comté entraîne un afflux de patients nécessitant une hospitalisation. A la veille des congés de printemps, l’ARS appelle chaque habitant de la région à maintenir encore son effort, pour permettre au système de soins de faire face.

Covid-19 : la situation sanitaire se dégrade en Bourgogne Franche-Comté

Derniers chiffres • En Bourgogne-Franche-Comté, le taux d'incidence continue de grimper avec 341  cas pour 100.000 habitants  (contre 310 la semaine dernière) et 77 hospitalisations de plus en une semaine pour formes sévères de la Covid-19 (+34 pour les personnes présentes en réanimation). Une quinzaine de patients meurt chaque jour de la Covid-19 dans la région.    
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.97
nuageux
le 15/04 à 15h00
Vent
4.89 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
35 %

Sondage