Mort de Mohamed Boukrourou : quatre policiers mis en examen

Publié le 27/03/2012 - 11:26
Mis à jour le 27/03/2012 - 11:45

Quatre fonctionnaires de police ont été mis en examen pour homicide involontaire dans le cadre de l'enquête sur le décès de Mohamed Boukrourou, mort à l'âge de 41 ans en novembre 2009 lors de son interpellation à Valentigney dans le Doubs.

PUBLICITÉ

Les quatre policiers, deux hommes et deux femmes, ont été mis en examen lundi par un juge d’instruction du tribunal à Montbéliard, a annoncé la procureur Thérèse Brunisso. 

Une information judiciaire contre X pour homicide involontaire avait été ouverte en 2009 par le parquet de Montbéliard qui souhaitait établir si l’intervention policière avait « concouru au décès de Mohamed Boukrourou« .

Rappel des faits

Le 12 novembre 2009 à Valentigney, Mohamed Boukrourou avait été traîné dans un fourgon par des policiers appelés par un pharmacien inquiet de « l’état d’énervement extrême » du client, qui protestait contre la qualité des médicaments vendus.

Trois policiers auraient maîtrisé M. Boukrourou en se mettant assis et debout sur ses jambes, son bassin et son torse.   Des témoins affirment avoir vu les fonctionnaires le frapper avec leurs poings et des matraques. Une version réfutée par les policiers. L’homme, âgé de 41 ans, avait succombé à un arrêt cardio-respiratoire.

 La Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS) a estimé dans
un rapport de décembre 2011 que la police avait fait un « usage disproportionné
de la force » lors de l’interpellation de Mohamed Boukrourou.

 Les policiers ont réagi « de façon stéréotypée, sans adapter leur comportement (…) alors qu’ils savaient que (M. Boukrourou) était suivi pour des troubles psychiatriques ». Ils « ont fait un recours ininterrompu à la force » qui était « contre-productif et dangereux pour l’intégrité physique » de l’interpellé, avait-elle dit.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.55
peu nuageux
le 23/05 à 21h00
Vent
1.61 m/s
Pression
1016.59 hPa
Humidité
90 %

Sondage