Moscovici, préoccupé par l'extrême-droite, s'engagera en 2017 "dans les limites de son mandat"

Publié le 23/05/2016 - 11:29
Mis à jour le 23/05/2016 - 11:29

Le commissaire Pierre Moscovici a qualifié lundi de « préoccupant » le niveau de l’extrême-droite en Europe, au lendemain des élections présidentielles autrichiennes, et a annoncé son intention de s’engager en France lors de la campagne de 2017 pour défendre l’UE.

 ©
©

"Le niveau de l'extrême-droite en Europe est préoccupant", a affirmé le commissaire européen lors d'une conférence de presse à Paris, après le scrutin très serré en Autriche entre Norbert Hofer pour l'extrême droite FPÖ, et l'écologiste Alexander Van der Bellen, dont l'issue doit être connue dans la journée. "Partout, nous assistons à une montée des populismes et à une banalisation des idées populistes, a-t-il regretté.

 "Mais il y a aussi une résistance des peuples à la montée de l'extrême-droite", a souligné M. Moscovici, se félicitant que M. Hofer n'ait pas obtenu, quel que soit le résultat, une "large victoire". "Face au populisme et à l'extrême-droite, nous avons besoin d'Europe", a-t-il assuré. "C'est par l'engagement, par l'exemple, par les résultats européens que nous ferons reculer les populismes", a-t-il affirmé. A ce titre, M. Moscovici a annoncé son intention de s'engager dans la campagne présidentielle française de 2017 dans les limites de son mandat.

"Je suis moi-même un responsable politique et je contribuerai à ce débat. Je participerai à la campagne de 2017, comme un Européen. Il est de mon rôle de sensibiliser les Français à la nécessité faire avancer l'Europe", a-t-il affirmé. "Je conserve le droit de m'exprimer avec mes convictions dans le débat français", a assuré le commissaire européen. Le commissaire "envisage" d'ailleurs de publier un livre "après la rentrée"

sur les relations entre la France et Bruxelles. Les Autrichiens ne connaîtront que lundi le nom de leur nouveau président. Le scrutin sera arbitré par les quelque 900.000 électeurs qui ont demandé à voter par correspondance, soit plus de 14% du corps électoral, un record.

 (Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

présidentielle 2017

Présidentielle : B. Romagnan salue la victoire de Macron même si elle « ne partage pas ses propositions »

La députée PS,  qui se représente aux prochaines élections législatives dans la première circonscription du Doubs,  salue la victoire d’Emmanuel Macron sur le Front National. Mais pour Barbara Romagnan, la progression du FN, le taux d’abstentions, le nombre de votes blancs et nuls, sont autant d’indicateurs d’une perte de confiance. « C’est en effet, une partie des laissés-pour-compte qui s’est exprimée par ce vote » précise-t-elle dans un communiqué. 

Présidentielle 2017 : la réaction de Jean-Louis Fousseret

A Besançon Emmanuel Macron arrive avec 77,81% des suffrages soit 33.348 voix. Une satisfaction pour Jean-Louis Fousseret. Le maire de Besançon est parti à Paris en fin de journée ce dimanche 7 mai 2017 pour fêter la victoire du « premier président de la Ve République issu d’un mouvement citoyen…« . Au lendemain de l’élection, Jean-Louis Fousseret revient sur une page de l’histoire qui se tourne.  

Présidentielle 2017 : la réaction de Sophie Montel (FN)

La députée européenne et conseillère régionale Sophie Montel se dit satisfaite de voir les scores du FN continuer à augmenter « élection après élection » notamment en Bourgogne Franche-Comté. « Le front républicain est mort (…) les gens vont nous rejoindre » a-t-elle déclaré.

Politique

Tarification des transports dans le Grand Besançon : « trop de catégories sociales ont été oubliées » (N. Bodin)

Soumis au vote lors de la dernière assemblée communautaire de Grand Besançon, la question de la nouvelle tarification des transports a fait débat… Accordée pour les demandeurs d’emploi inscrits à pôle emploi, la gratuité totale n’a pas été approuvée pour les collégiens. Nicolas Bodin, à la tête du groupe PS au conseil municipal de Besançon au sein de la majorité de la maire EELV d’Anne vignot, estime que certaines catégories sociales n’ont pas été prises en compte. Il revient sur le sujet dans nos colonnes…

Emmanuel Macron charge Elisabeth Borne de former un « gouvernement d’action »

Dans un entretien à l’AFP ce dimanche 26 juin, Emmanuel Macron assure avoir demandé à la Première ministre, Elisabeth Borne, de lui présenter en fin de semaine prochaine des "propositions" pour "un nouveau gouvernement d’action" qui sera nommé "dans les premiers jours du mois de juillet". Soit, a priori, avant le discours de politique générale de la cheffe du gouvernement devant le Parlement annoncé pour le 5 juillet et l’adoption, le lendemain, du "paquet pouvoir d’achat" en Conseil des ministres.

Emmanuel Macron enjoint les oppositions réticentes à s’inscrire dans la voie de « compromis »

Les oppositions ont fraîchement accueilli l'allocution d'Emmanuel Macron ce mercredi 22 juin 2022 qui, avant d'entamer ce jeudi un marathon international, les a enjointes à "clarifier" dans les 48 heures la manière de "bâtir des compromis" pour résoudre la crise politique née des élections législatives.

Un groupe Nupes à l’Assemblée ? le PS, EELV et le PCF refusent la proposition de J-L Mélenchon

Mise à jour • "La Nouvelle union populaire écologique et sociale devrait se constituer comme un seul groupe" à l'Assemblée nationale, a "proposé" ce lundi 20 juin 2022 Jean-Luc Mélenchon, inquiet que l'obtention de 89 députés par le RN remette en cause son "statut" de première opposition à Emmanuel Macron. La proposition a été déclinée par le PS, EELV et le PCF...

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.53
légère pluie
le 28/06 à 18h00
Vent
1.65 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
20 %

Sondage