Présidentielle 2017 : la réaction de Jean-Louis Fousseret

Publié le 08/05/2017 - 11:15
Mis à jour le 17/04/2019 - 15:22

A Besançon Emmanuel Macron arrive avec 77,81% des suffrages soit 33.348 voix. Une satisfaction pour Jean-Louis Fousseret. Le maire de Besançon est parti à Paris en fin de journée ce dimanche 7 mai 2017 pour fêter la victoire du "premier président de la Ve République issu d'un mouvement citoyen…". Au lendemain de l'élection, Jean-Louis Fousseret revient sur une page de l'histoire qui se tourne.  

Il tenait à être présent, à sentir la ferveur de la France, vivre ce moment solennel où le nouveau président élu avance seul devant les pyramides du Louvre. "C'est une belle histoire que nous avons vécu ensemble et  je voulais la vivre jusqu'au bout…" explique le maire de Besançon qui  a été dans les tout premiers à soutenir le mouvement "d'En Marche !" Il s'en souvient bien. "C'était le 10 avril 2016 à 22h39 ! Jamais je n'aurais pensé que nous en serions là aujourd'hui. C'est un moment historique. La France va tourner la page à 30 années d'histoire et la tâche est immense…"

"On doit réussir…"

S'il se dit heureux et fier que les Bisontins aient voté à près de 78 % pour Emmanuel Macron, le maire ne minimise pas les problématiques que le plus jeune président de la Ve République devra affronter.  "On a bien compris que la France était divisée et qu'il faut la rassembler. Il faut empoigner les sujets comme l'emploi, l'Europe, la précarité; la sécurité.  Il faut rassembler. On doit réussir avec un objectif : que le FN ne soit pas au second tour en 2022…

Législatives : le 3e tour 

Le maire de Besançon a senti ce dimanche soir l'émotion d'Emmanuel Macron. Mais il n'a fait que la moitié du chemin. "Il faut donner au nouveau président une majorité parlementaire. Et nous en avons encore sous le pied pour convaincre la France" s'enthousiasme-t-il. "Je sens cette aspiration profonde de nos concitoyens qui en ont – raz le bol – du «bloc contre bloc» qui ne répondent plus aux aspirations des Françaises et des Français. La pratique politique doit changer…

Jean-Louis Fousseret se voit-il jouer un rôle quelconque à Paris ? Il ne sera en tout cas pas candidat aux législatives. " Il faut amener des visages nouveaux, des idées neuves. Et puis vous savez, j'ai encore beaucoup de choses à faire à Besançon !"  souligne-t-il tout en espérant la visite prochaine du nouveau président…

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

fousseret macron

Remous autour de la création du groupe « LREM » au conseil municipal de Besançon

Le maire LREM de Besançon Jean-Louis Fousseret (ex PS) a annoncé la création d'un groupe de 13 conseillers lors du conseil municipal de Besançon. Suite aux débats parfois houleux du 14 septembre dernier, le conseiller LR Jacques Grosperrin réclame la démission du maire et attaque Éric Alauzet… qui répond ! Quant au Modem, il fait part de son incompréhension. Ambiance.

Vivez le conseil municipal de Besançon en direct…

Le conseil municipal de rentrée de la Ville de Besançon se tient ce jeudi 14 septembre 2017. Jean-Louis Fousseret doit annoncer  de la création d'un nouveau groupe LREM (La République En Marche), un de premiers en France au sein d'un conseil municipal. Une décision qui risque de faire grincer quelques dents et ne manquera pas de faire réagir l'opposition de l'ex-majorité plurielle.

Un nouveau groupe La République en Marche au sein du conseil municipal de Besançon…

Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon, a annoncé ce jeudi 14 septembre 2017 devant la presse, quelques heures avant le conseil municipal de la rentrée, qu'un groupe La République en Marche (LREM) s'est créé. Il s'agirait de l'un de premiers en France au sein d'un conseil municipal. 

Cre?ation d'un groupe "La Re?publique en Marche" au conseil municipal de Besanc?on from maCommune.info on Vimeo.

Politique

EN DIRECT | COVID-19 : point sur la situation sanitaire et les mesures destinées à lutter contre le virus.

EN DIRECT | #COVID19 : point de situation sanitaire du Premier ministre Jean Castex avec Olivier Véran, Roselyne Bachelot et Cédric O.Une progression rapide et très préoccupante de l’épidémie dans tous les pays d’Europe, et notamment en France est constatée. La situation est grave.

Publiée par Gouvernement sur Mercredi 21 octobre 2020

Covid-19: Castex au front, nouveaux couvre-feux en perspective

"L'heure est grave", au point que Jean Castex remonte ce jeudi 22 octobre 2020 en première ligne pour annoncer le basculement de plusieurs départements en "alerte maximale" contre le Covid-19, avec de nouveaux couvre-feux à la clef. 54 départements seront à leur tour contraints de respecter un couvre-feu à partir de vendredi minuit. Dans la région, la Côte-d'Or, la Saône-et-Loire et le Jura sont concernés...    

Le groupe RN demande à Marie-Guite Dufay de donner le nom de Samuel Paty à l’un des lycées de Bourgogne Franche-Comté

Dans une lettre du 22 octobre 2020, Julien Odoul, président du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté demande à la présidente de région de donner le nom de Samuel Paty à l'un des 129 lycées de la région et l'organisation d'une exposition des caricatures de Charlie Hebdo à Dijon.  

Permanence vandalisée à Besançon : la fédération du Doubs du Parti communiste porte plainte contre le syndicat UNI

Dans la nuit du dimanche 18 au lundi 19 octobre 2020, la permanence de la fédération du Doubs du Parti communiste à Besançon a été dégradée avec des affiches de l’UNI, le syndicat étudiant connu en région parisienne et qui tente de se réimplanter depuis peu à Besançon. Le PCF a décidé de porté plainte contre ce syndicat pour que "toute la lumière soit faite sur cette événement et que toutes et tous les responsables soient confondus."

Ferrand « souhaite » un report des élections régionales

Le président LREM de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, a dit mercredi "souhaiter" un report des élections régionales prévues en mars, estimant qu'il sera impossible de faire campagne correctement en raison de l'épidémie de Covid-19. La décision doit être prise fin 2020 - début 2021.

Rebond de l’épidémie de Coronavirus : « Il nous reste trois semaines pour agir »

Suite aux annonces gouvernementales, le préfet du Doubs, Joël Mathurin, a précisé l'application locale émanant du décret instaurant l’état d’urgence sanitaire à compter de ce samedi 17 octobre 2020. Masques, rassemblements festifs, interdiction des soirées étudiantes, visites sur rendez-vous dans les Ehpad, registre pour les restaurants... : voici les mesures actuelles et à venir pour ralentir la circulation du virus et éviter un couvre-feu.
EN DIRECT | Conférence de presse sur les mesures de lutte contre la COVID-19.

EN DIRECT | Au lendemain des annonces du président de la République, je m’exprime sur l’application des mesures destinées à lutter contre la COVID-19.

Publiée par Jean Castex sur Jeudi 15 octobre 2020

Covid-19 : un nouveau tour de vis qui concerne toute la France…

Commerces fermés de 21h à 6h dans neuf métropoles, attestations de déplacement et aides aux entreprises... Au lendemain de l'annonce choc d'un couvre-feu par Emmanuel Macron, le gouvernement a détaillé le tour de vis des nouvelles mesures prises pour lutter contre l'épidémie.

Jusqu’à 1000 euros de primes Covid attribuées par le conseil départemental du Territoire de Belfort

Le Département du Territoire de Belfort a connu, en cette année 2020, une crise sanitaire inédite et inattendue. Le président du conseil départemental du Territoire de Belfort, Florian Bouquet, a choisi d’attribuer des primes exceptionnelles aux agents ayant œuvré pendant le confinement. L’attribution de ces primes a été votée à l’unanimité à l’occasion de la séance publique du conseil départemental de mercredi 14 septembre 2020.

Report des régionales ? B. Retailleau réclame une décision fin 2020, A. Genevard invite à être « imaginatif »

Le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau, attaché au "respect du calendrier électoral", a demandé mercredi 14 octobre 2020 qu'une décision soit arrêtée en "fin d'année" ou "tout début" 2021 sur un éventuel report des élections régionales et départementales à cause de la crise du Covid-19. De son côté, la députée du Doubs et vice-présidente LR de l'Assemblée nationale Annie Genevard déclare qu'il est encore trop tôt et met en garde contre de "possibles calculs politiciens" de la majorité présidentielle derrière un éventuel report.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.4
couvert
le 22/10 à 21h00
Vent
1.39 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
90 %

Sondage