Narumi : 80 policiers pour retrouver le corps de l'étudiante japonaise

Publié le 12/04/2017 - 17:23
Mis à jour le 18/04/2019 - 09:52

Quelque 80 policiers sont déployés depuis lundi au sud de Dole (Jura) pour retrouver le corps de Narumi Kurosaki, l'étudiante japonaise disparue à Besançon en décembre 2016.

Narumi.jpg
© FBK DR

une vaste battue au sud de dole

Retrouver le corps de Narumi Kurosaki, 21 ans, "est une priorité absolue", a déclaré une source policière. Les enquêteurs de la police judiciaire, aidés par les maîtres chiens de la gendarmerie et les plongeurs de Strasbourg, spécialisés dans la recherche de cadavres, ont entamé lundi des recherches approfondies dans le secteur de Parcey, à une dizaine de kilomètres au sud de Dole, et de la forêt de Chaux. 

Un hélicoptère a également été mobilisé pour aider les investigations. "Les sols ne sont plus gelés et on peut recommencer à faire des recherches approfondies sur le terrain", a confirmé la procureure de Besançon Edwige Roux-Morizot.

Une zone d'investigation "large"

Plusieurs battues et d'importantes recherches ont déjà été organisées depuis janvier, mais "c'est la battue la plus conséquente depuis la fin de l'hiver", a-t-elle ajouté, précisant que la zone d'investigation était "large". Bien que le corps de Narumi reste introuvable depuis sa disparition, la police et la justice françaises sont persuadées de son décès.

Ils suspectent son ancien petit ami chilien, Nicolas Zepeda Contreras, 26 ans, de l'avoir assassinée.

"Nous cherchons secteur par secteur, dans les bois, les rivières (la Loue, le Doubs), pour ne rien oublier", a déclaré la même source policière, précisant que ces investigations "très précises" sur le terrain se poursuivraient "toute la semaine". Le corps de l'étudiante disparue pourrait être enterré entre Besançon et Dole.

"Nous avons recoupé plusieurs données à la fois (données GSM, données téléphoniques du suspect) afin de sélectionner une zone de recherche", a ajouté la source policière.

Narumi Kurosaki, qui étudiait le français à Besançon depuis août 2016, a été vue vivante pour la dernière fois le 4 décembre entre 22H00 et 23H00. Cette nuit-là, plusieurs étudiants logeant dans son immeuble ont entendu des cris, des pleurs et des coups sur les portes et les meubles.

Nicolas Zepeda Contreras a confirmé à la justice chilienne avoir été avec Narumi le soir de sa disparition, mais il nie l'avoir tuée. Il affirme que les bruits entendus par les voisins correspondent à "des rapports intimes". Il dit avoir quitté la jeune fille dans la soirée et ne plus jamais l'avoir revue. 

Une demande officielle d'arrestation provisoire et d'extradition de M. Zepeda Contreras a été formulée par la justice française auprès de la justice chilienne. Cette dernière a rejeté la demande d'arrestation du suspect, estimant que les éléments concernant l'implication du ressortissant chilien étaient "assez précaires".

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

narumi

Narumi : Nicolas Zepeda devrait être extradé vers la France le 9 juillet en vue de son procès

Selon un document d'Interpol Chili, le jeune homme de 29 ans, soupçonné d'avoir tué l'étudiante japonaise sur le campus de la Bouloie à Besançon en décembre 2016 sera extradé vers Paris le jeudi 9 juillet dans l'attente du feu vert des autorités sanitaires chiliennes en raison de la pandémie due au coronavirus.  

Affaire Narumi : le parquet chilien demande de durcir le contrôle judiciaire de Nicolas Zepeda

Le parquet chilien demande désormais un durcissement des mesures du contrôle judiciaire de Nicolas Zepeda, soupçonné d'avoir assassiné son ex-petite amie japonaise en décembre  2016 sur le campus de la Bouloie à Besançon, et dont l'extradition vers la France a été définitivement autorisée.  La France a deux mois pour aller chercher le suspect. Le procureur de Besançon a précisé être "dans l'attente de la reprise de vols directs entre Santiago du Chili et Paris."

Faits Divers

Permanence vandalisée à Besançon : la fédération du Doubs du Parti communiste porte plainte contre le syndicat UNI

Dans la nuit du dimanche 18 au lundi 19 octobre 2020, la permanence de la fédération du Doubs du Parti communiste à Besançon a été dégradée avec des affiches de l’UNI, le syndicat étudiant connu en région parisienne et qui tente de se réimplanter depuis peu à Besançon. Le PCF a décidé de porté plainte contre ce syndicat pour que "toute la lumière soit faite sur cette événement et que toutes et tous les responsables soient confondus."
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.16
couvert
le 22/10 à 3h00
Vent
2.33 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
81 %

Sondage