Nouvelle action coup de poing des éleveurs laitiers haut-saônois contre Lactalis

Publié le 21/02/2024 - 08:33
Mis à jour le 21/02/2024 - 10:47

Une action d’interception d’un camion de lait Lactalis a eu lieu mardi soir en Haute-Saône près de Vesoul. Les éleveurs s’estimant "floué" par la société, demandent "une rémunération décente des producteurs". Le lait du camion devant initialement servir à la fabrication de fromage a été repris et sera utiliser pour l’alimentation des veaux. 

C’est parce qu’ils estiment que Lactalis "bafoue la loi Egalim" que les producteurs de lait ont décidé d’agir une fois de plus. Aussi dans la nuit du mardi 20 février 2024, ils ont ciblé un camion de lait du groupe qui venait de terminer sa tournée auprès des fermes à Dampierre-sur-Linotte. Le camion a été intercepté, tagué de "fraudeur" et de "voleur" et les 26.000 litres de lait ont été récupérés par la trentaine d’éleveurs présents afin de le redistribuer aux éleveurs des environs, "pour nourrir les veaux", ont-ils expliqué.

© FDSEA 70

Cette action a été entreprise pour faire valoir un "véritable prix du lait pour une rémunération décente des producteurs". "L'objectif est de faire revenir Lactalis à la table des négociations pour qu'ils discutent du prix du lait avec les producteurs", a expliqué à l'AFP Xavier Jarrot, éleveur laitier à Velesmes (Haute-Saône) et administrateur à la  FNPL (Fédération national des producteurs de lait). "Lactalis avait annoncé un prix de 405 euros les 1.000 litres pour les deux premiers mois de l'année. Après les actions qu'on a menées depuis un mois, ils ont rajouté 15 euros pour janvier et février, mais c'est encore loin des 440 euros, ce que paient les autres laiteries aujourd'hui dans le département", a-t-il déploré. "C'est le plus gros acteur de la filière, mais c'est le moins bon élève, c'est lui qui paie le moins bien", a-t-il conclu.

Ces 15€ ne "calmeront pas les producteurs" a d'ailleurs annoncé la FDSEA qui a déjà prévenu que des actions coup de poing de ce type se multiplieront "tant que l’État ne sanctionnera pas le numéro 1 français" qui détourne ainsi "le prix du labeur des paysans".

© FDSEA 70

"Lactalis trouve toujours des arguments pour ne pas payer le lait au prix, alors qu'en tant que plus gros collecteur de lait en France et au niveau mondial, il devrait montrer le bon exemple", a regretté Michaël Muhlematter, président de la FDPL du département.

"Avec ses marques comme Président, Lactel, Roquefort Société, Galbani, Lactalis se comporte comme un seigneur, en donnant ce qu'il veut aux producteurs, sans aucune négociation possible", a-t-il ajouté. "La discussion est beaucoup plus saine avec les petits groupes coopératifs."

28 milliards d'euros de chiffre d'affaires pour Lactalis

Le groupe Lactalis, présidé par Emmanuel Besnier, a réalisé plus de 28 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2022. 

Au début du mois, le siège du groupe en Mayenne, ses bureaux à Paris et l'hôtel particulier parisien d'Emmanuel Besnier ont été perquisitionnés dans le cadre d'une enquête du parquet national financier (PNF) pour fraude fiscale aggravée et blanchiment de fraude fiscale aggravée, portant sur les années 2009-2020. 

(avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Un commentaire

Laisser un commentaire

Economie

La Bourgogne-Franche-Comté, première “région microtechnique” de France, présente au SIAMS de Moutier

Du 16 au 19 avril 2024, à l’occasion du Salon de la chaîne de production des microtechniques (SIAMS), grand rendez-vous de la filière de l’industrie des microtechniques, la Bourgogne-Franche-Comté était présente avec un pavillon régional dédié, en collaboration avec la CCI BFC.

Numérique : la Région Bourgogne Franche se mobilise pour tous les territoires

PUBLI-INFO • Le numérique fait partie intégrante de nos vies. La technologie bouleverse les modèles économiques, les pratiques de consommation, l’accès à l’information et à la culture, les modes de travail et d’apprentissage et les relations sociales. Pour la Région, la numérisation de l’économie, de la société et des territoires est porteuse d’opportunités : nouveaux services, développement économique, emplois, dynamique rurale, préservation de l’environnement…

Robot, job dating, écologie… Quoi de neuf dans les écoles ESTM Pigier ?

QUOI DE 9 ? • Ouvertes sur le monde et les nouvelles technologie, attentives au bien-être de ses étudiant(e)s, soucieuses de l’environnement et intraitables sur le niveau de ses formations, les écoles ESTM Pigier à Besançon s’engagent à tous les niveaux pour proposer des cursus de qualité dans un univers studieux et innovant. Les inscriptions pour la rentrée 2024 sont ouvertes !

Le Mouvement Franche-Comté veut “stopper” la Pive

Dans un communiqué du 20 avril 2024 intitulé "Stop Pive !", le Mouvement Franche-Comté, représenté par son président Jean-Philippe Allenbach, qualifie le rapport moral et financier 2023 de l’association La Pive (monnaie locale) de "désastreux" et souhaite l’arrêt des subventions publiques qui lui sont allouées.

Commerce historique à Besançon… Eve Boutique fête ses 55 ans !

Il fait partie des magasins emblématiques du centre-ville de Besançon, il est la référence historique en matière de lingerie féminine, il a vu trois générations de femmes tout au long de son histoire familiale… Le magasin Eve Boutique fête ses 55 ans en ce mois d’avril 2024. Pour autant, il n’a pas pris une ride.

Suppression de l’aide à l’embauche sous contrats de professionnalisation

Le président de l'Union des entreprises de proximité (U2P) a rencontré hier, jeudi 18 avril 2024, la ministre du travail, de la santé et des solidarités, Catherine Vautrin, qui a fait part du projet de suppression générale de l'aide à l'embauche de salariés sous contrat de professionnalisation (600€), dès le 1er mai prochain.

Ligne des horlogers : des travaux d’ampleur jusqu’au mois d’octobre 2024

Depuis le 4 mars 2024, d’importants travaux sont engagés sur la ligne historique des horlogers. Cette dernière, qui s’étend sur 75 km, fête ses 140 ans. Au total, deux enveloppes de 50 millions d’euros ont été allouées pour le projet de modernisation. La fin des travaux est prévue le 31 octobre prochain…

Faute de neige, la station de Métabief déplore un manque à gagner de 3 millions d’euros cet hiver…

Face au manque cruel de neige sur la saison 2023-2024, la station de Métabief n’a pas pu faire le chiffre d’affaires espéré malgré la réactivité des équipes. La station a d’ailleurs dû fermer mi-février. Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d’Or, nous en parle…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.97
couvert
le 23/04 à 21h00
Vent
0.46 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
85 %