Noyades : dix accidents dont cinq mortels depuis juin en Bourgogne-Franche-Comté

Publié le 13/08/2021 - 17:27
Mis à jour le 13/08/2021 - 17:30

Les baignades estivales ont provoqué 700 noyades accidentelles du 1er juin au 8 août 2021, en France. Parmi celles-ci, 168 ont été mortelles. Le chiffre en baisse par rapport à la précédente enquête de 2018, pouvant s’expliquer par une météo peu encline à la baignade, selon Santé publique France.

Baignade ©E.L ©
Baignade ©E.L ©

Depuis 2006, les enquêtes « noyades » recensent l’intégralité des noyades, accidentelles et intentionnelles (suicide ou homicide), prises en charge par les services de secours. En 2019 et 2020, des chiffres sur les passages aux urgences pour noyades avaient été publiés, mais ils ne précisaient pas les circonstances, et ne sont pas comparables. L’enquête de 2021 court jusqu’au 30 septembre. Un nouveau point sera publié au début du mois.

En début d’été, l’agence sanitaire s’était inquiétée d’un nombre élevé de noyades survenues entre juin et juillet (300, dont 79 décès), un bilan ayant pu être aggravé selon elle par le relâchement post-confinement (mauvaise condition physique, prise de poids…).

Du 1er juin au 8 août, SPF a répertorié 700 noyades accidentelles, dont 168 suivies de décès, selon les résultats préliminaires de son enquête Noyades réalisée tous les trois ans. Comparé à la même période en 2018, ces accidents sont en baisse de 22 % (889 noyades, dont 198 mortelles).

En Bourgogne-Franche-Comté, on recense un total de 10 noyades accidentelles dont cinq mortelles contre 149 (23 mortelles) en région PACA.

C’est en mer – dans la bande des 300 mètres – que se sont produits la plupart des accidents (293) entre juin et début août.

Suivent les piscines privées (133), les cours d’eau comme les fleuves et rivières (88), les plans d’eau type lac (82), les piscines collectives (63), la mer au-delà de 300 mètres (26) et 15 dans les bassins et baignoires. 57 % des morts sont survenues chez les personnes âgées de 45 ans et plus. Et contrairement à 2018, les décès dans les cours et plans d’eau n’ont pas concerné que les adultes, mais également les enfants et adolescents.

Noyades : le risque va augmenter avec les fortes chaleurs

On constate une baisse notable sur la première quinzaine de juillet et les tout premiers jours d’août, période où la météo a été particulièrement maussade, selon Aymeric Ung, responsable de l’enquête. Et l’été 2021 n’est pas fini et le risque va augmenter avec les fortes chaleurs qui s’annoncent sur une partie de la France, avertit l’épidémiologiste. Il souligne que le nombre de noyades d’enfants en bas âge (17), principalement dans les piscines privées, est identique à 2018 sur la même période. Or ces drames sont parfaitement évitables, insiste l’expert.

Noyade : les bons réflexes pour éviter l'accident

Pour une reprise progressive et sans danger de la nage, notamment après une baisse ou absence d’activité physique :

  • Tenez compte de votre état de forme ;
  • Ne vous baignez pas si vous ressentez un trouble physique (fatigue, problèmes de santé, frissons, courbatures...) ;
  • Adaptez l’intensité de votre nage à vos capacités et ne surestimez pas votre niveau de natation. Lors de la reprise de
  • la natation après une interruption privilégiez les distances courtes. Avant de partir nager, assurez-vous que votre forme physique vous permet de revenir. Souvenez-vous qu’il est plus difficile et fatiguant de nager en milieu naturel (mer, lac, rivière) qu’en piscine ;
  • N’hésitez pas à consulter un médecin pour faire un bilan de votre état général et à vous faire accompagner dans la reprise de la natation.

A tous les âges, la baignade comporte des risques, des gestes simples peuvent être adoptés pour se baigner en toute sécurité.

Pour les plus petits :

  • Apprendre aux enfants à nager le plus tôt possible et les familiariser à l’aisance aquatique dès le plus jeune âge
  • Surveiller les enfants en permanence, toujours rester près d’eux quand ils jouent au bord de l’eau et se baigner avec eux lorsqu’ils sont dans l’eau
  • Chaque enfant doit être surveillé par un seul adulte qui en prend la responsabilité
  • Porter une vigilance particulière lors des baignades dans des piscines hors-sol (non enterrées) qui ne disposent pas de dispositif de sécurité

Pour les adultes :

  • Il n’est jamais trop tard pour commencer à apprendre à nager
  • S’informer sur les conditions météorologiques et, de manière générale, respecter les consignes de sécurité, les interdictions de baignade et choisir les zones de baignade surveillées signalées par les drapeaux de baignade, où l’intervention des équipes de secours est plus rapide
  • Prévenir un proche avant de se baigner
  • Rentrer dans l’eau progressivement surtout après une longue exposition au soleil
  • Éviter la consommation d’alcool avant de se baigner
Publié le 13 aout 2021 à 17h27 par Damien Poirier • Membre
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Une journée de sensibilisation et une exposition sur la prévention du cancer colorectal à Besançon 

Du 5 au 31 mars 2024, une exposition sur la prévention du cancer colorectal sera installée dans le hall principal du CHU de Besançon dans le cadre de Mars bleu. Une journée de sensibilisation sera également organisée le jeudi 21 mars avec une équipe pluridisciplinaire de gastro-entérologie.

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Assurance maladie : les modalités de dépistage de cancer désormais en ligne

En 2024, l’Assurance maladie a souhaité faciliter l’accès et les démarches concernant le dépistage des cancers du sein, du col de l’utérus et colorectal. Comme l’indique le site officiel de l’administration française : “Service-Public.fr”, il est désormais possible, pour les personnes concernées, de suivre les modalités d'invitation au depistage du cancer en ligne, directement sur leur espace personnel Ameli.

Médecin généraliste : vers une consultation à 30 euros sous conditions

L’Assurance maladie a ouvert jeudi 8 février 2024 la voie à une hausse à 30 euros de la consultation des médecins généralistes, lors des négociations tarifaires avec les syndicats de praticiens libéraux, tout en exigeant en retour des "évolutions en faveur de l’amélioration de la santé de la population".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.3
couvert
le 27/02 à 12h00
Vent
4.07 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
84 %