Pass vaccinal : menaces de mort et agressions contre les élus se multiplient

Publié le 04/01/2022 - 08:14
Mis à jour le 04/01/2022 - 08:44

Garage et voitures incendiés, intimidation, voire promesse de décapitation: les agressions et menaces visant les députés se multiplient alors que le passe vaccinal arrive à l’Assemblée à trois mois de la présidentielle. En Franche-Comté, les députés LREM Denis Sommer (Doubs) et Barbara Bessot Ballot (Haute-Saône) ont révélé sur Facebook avoir reçu des menaces de mort.

 © Assemblée Nationale
© Assemblée Nationale

Au cours des dernières semaines, les menaces ont essentiellement ciblé des députés de la majorité présidentielle qui doivent se prononcer sur la transformation du passe sanitaire en passe vaccinal. "Il est difficile de quantifier, car tous les élus ne font pas remonter les menaces", explique  une source au sein du groupe LREM. "Mais ce qui s’est renforcé ces dernières semaines sur le passe vaccinal, ce sont les menaces ciblées avec passage à l’acte", ajoute cette source. "Je voudrais que nous dénoncions ensemble ces agissements", a affirmé dès la semaine dernière la présidente LREM de la commission des Lois, Yaël Braun-Pivet.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a dit lundi dans l’hémicycle son "soutien indéfectible aux élus". Damien Abad, président des députés LR à l’Assemblée, a aussi condamné en conférence de presse "toutes les menaces envers les députés": "Il n’y a pas de mandat impératif, chacun est libre de son vote", a-t-il souligné. Les élus de la majorité demandent une "condamnation unanime" de tweets comme celui du candidat pro-Frexit à la présidentielle Florian Philippot qui a promis de "communiquer abondamment sur les noms des coupables", en d’autres termes les députés qui approuveront le passe sanitaire.

"Onvatetuer"

L’agression la plus spectaculaire s’est produite la semaine dernière: le garage personnel du député LREM de l’Oise, Pascal Bois, à Chambly, a été endommagé par un incendie et des inscriptions hostiles possiblement liées au passe vaccinal taguées sur un mur d’enceinte de son domicile.

Plusieurs députés ont choisi de rendre publics les messages reçus, à l’image de la députée de Seine-Maritime Agnès Firmin Le Bodo, porte-parole d’Horizons, le parti d’Édouard Philippe. Ou encore de Jacques Krabal, député LREM, qui a porté plainte après avoir reçu un mail d’un certain "onvatetuer" lui promettant "une décapitation sur la voie publique" et d’éliminer également "Emmanuel Macron, mais aussi députés, juges, procureurs, magistrats, ministres, sages du Conseil constitutionnel qui ont collaboré sur ces dernières gouttes de trop."

En Franche-Comté, les députés LREM Denis Sommer (Doubs) et Barbara Bessot Ballot (Haute-Saône) ont révélé sur Facebook avoir reçu des menaces de mort alors qu’ils s’apprêtent à voter pour le passe vaccinal. M. Sommer a confié avoir été victime de nombreuses menaces depuis "deux ans" : "pneus crevés, vitres brisées, tentative d’intrusion à mon domicile, lettres de menaces".

Facebook de Barbara Bessot-Ballot (Haute-Saône)

Facebook de Denis Sommer (Doubs)

Le député LREM de Moselle Ludovic Mendes a lui aussi été menacé fin novembre de décapitation. Le député LREM de la Manche Bertrand Sorre a porté plainte pour des menaces reçues sur Facebook, de même qu’Erwan Balanant (Finistère) après avoir reçu des menaces de mort par email émanant d’antivax. "Il ne faut rien laisser passer", a affirmé dans un communiqué l’élu Modem de la 2e circonscription de Vendée Patrick Loiseau qui va porter plainte après avoir reçu des menaces de mort, comme la députée LREM du Loiret Stéphanie Rist, le député de Meurthe-et-Moselle Laurent Garcia (apparenté MoDem) ou leurs collègues LREM de la Loire Jean-Michel Mis et Valéria Faure-Muntian.

Face à ces messages, le président (LREM) de l’Assemblée nationale Richard Ferrand doit faire un "point précis" en janvier avec les ministres de l’Intérieur Gérald Darmanin et de la Justice Éric Dupond-Moretti. La date n’est pas encore fixée.

Une référente a été désignée fin novembre au sein des services de l’Assemblée nationale pour "recueillir les signalements" et "conseiller" les élus. Mais les agressions ne se limitent pas aux députés : fin novembre, la voiture du maire LR de Briançon Arnaud Murgia a été incendiée.

Le président de l’Association des maires de France (AMF) David Lisnard avait alors fait un "constat indéniable : il y a une augmentation des agressions contre les maires ou leurs adjoints, qu’elles soient physiques, verbales ou psychologiques". Le président de l’AMF doit lui aussi rencontrer prochainement M. Dupond-Moretti.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Coronavirus COVID-19

Covid-19 : le repli de l’épidémie se confirme selon l’agence régionale de santé

Avec un taux d’incidence en population générale désormais sous la barre des 400 cas pour 100/000 habitants, l’épidémie confirme son repli en Bourgogne-Franche-Comté selon les derniers chiffres de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté.  Le taux de positivité des tests perd 5 points mais reste cependant élevé à près de 25%.
 

Covid-19 : le nombre de patients testés a doublé en un mois en Bourgogne-Franche-Comté  

Le nombre de tests a "de nouveau franchi" la barre des trois millions en une semaine, selon des chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé, sur fond de septième vague de l'épidémie de Covid-19. En Bourgogne-Franche-Comté, plus de 77.000 personnes ont réalisé un test antigénique ou PCR entre le 27 juin et le 3 juillet 2022 contre 54.000 la semaine précédente et 33.000 début juin.

Politique

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national au ont, à leur tout, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

À Besançon et Cussey-sur-l’Ognon, bientôt la création d’une zone agricole protégée : pourquoi ?

Jeudi 11 avril 2024, le projet de création d’une zone agricole protégée (Zap) à Besançon et Cussey-sur-l’Ognon sera soumis au vote des élus de Grand Besançon Métropole. Quels sont les objectifs ? Quel avenir pour ces zones ? François Presse, conseillère communautaire à Grand Besançon Métropole déléguée à l'Agriculture, nous explique.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.21
légère pluie
le 15/04 à 21h00
Vent
7.91 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
65 %