Pizzas Buitoni : une enquête ouverte pour homicides involontaires

Publié le 02/04/2022 - 18:04
Mis à jour le 02/04/2022 - 17:47

Le parquet de Paris a annoncé, vendredi 1er avril 2022, l’ouverture d’une enquête pour « homicides involontaires », « tromperie » et « mise en danger d’autrui » à l’encontre de la marque de pizzas surgelées Buitoni (filiale de Nestlé), soupçonnée d’avoir occasionné plusieurs contaminations à la bactérie Escherichia coli. L’enquête, rendue publique vendredi, a en réalité été ouverte le 22 mars dernier. C’est le pôle de santé publique (PSP) du parquet qui s’en est saisi.

C'est le mercredi 30 mars que les autorités sanitaires françaises avaient annoncé avoir établi un lien entre la consommation des pizzas Buitoni et plusieurs graves contaminations. Ces dernières ont provoqué la mort de deux enfants, en plus de dizaines d'autres cas importants.

 Le PSP, sur dessaisissement des parquets de Nancy et Saint-Malo et en application de sa compétence en matière d'infractions "portant atteinte à la santé", s'est saisi de l'enquête, a précisé le parquet de Paris. L'enquête porte sur les infractions de "tromperie sur une marchandise, exposition ou vente de produits alimentaires corrompus ou falsifiés et nuisibles pour la santé, mise sur le marché d'un produit préjudiciable à la santé, mise en danger d'autrui, blessures involontaires et homicides involontaires".

Elle a été confiée à l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (Oclaesp), la direction générale de la gendarmerie, le service des enquêtes de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) et la Brigade nationale d'enquêtes vétérinaires et phytosanitaires (BNEVP) du ministère de l'Agriculture, a précisé le parquet. Selon plusieurs médias et des informations obtenues par l'AFP, des plaintes ont été déposées auprès des tribunaux en France.

75 cas depuis le début de l'année

La France connaît depuis fin février une recrudescence de cas de syndromes hémolytiques et urémiques (SHU) liés à une contamination à la bactérie E. coli. Santé Publique France avait indiqué mercredi que 75 cas étaient en cours d'investigation, dont 41 pour lesquels des syndromes hémolytiques et urémiques "similaires" ont été identifiés, et 34 pour lesquels des analyses supplémentaires sont en cours. Deux enfants sont décédés, même si le lien avec les pizzas n'a pas été confirmé dans leurs deux cas.

Des analyses "ont confirmé un lien entre plusieurs cas et la consommation de pizzas surgelées de la gamme Fraîch'Up de la marque Buitoni contaminées par des bactéries Escherichia coli", a annoncé mercredi dans un communiqué la Direction générale de la santé, qui dépend du gouvernement. Nestlé avait fermé deux chaînes de production situées à Caudry (Nord) qui fabriquent ces pizzas surgelées, commercialisées essentiellement en France.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.6
nuageux
le 15/04 à 18h00
Vent
7.41 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
54 %