Plainte pour fraude fiscale à General Electric : réaction de Marie-Guite Dufay 

Publié le 31/05/2022 - 18:01
Mis à jour le 31/05/2022 - 17:21

Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, a souhaité réagir suite aux poursuites engagées contre General Electric par l’intersyndicale, après qu’une enquête du média d’investigation « Disclose » a révélé que le géant industriel américain a eu recours à de l’optimisation fiscale en France pendant cinq ans…

Marie-Guite Dufay © Alexane Alfaro
Marie-Guite Dufay © Alexane Alfaro

"Après le scandale industriel et le drame humain, nous franchissons une nouvelle étape avec ces pratiques fiscales douteuses présumées de la part de General Electric. D’après les informations qui circulent, c’est pratiquement un milliard d’euros de bénéfices issus de l’entité GE de Belfort qui sont partis vers la Suisse et l’Etat américain du Delaware, échappant ainsi au fisc français. J’espère que le dépôt de plainte déposé au nom de l’intersyndicale devant le Parquet National Financier, permettra de faire toute la transparence sur cette affaire. Bercy doit également se positionner : le temps des paradis fiscaux est révolu", indique Marie-Guite Dufay dans un communiqué de presse. 

"Des salariés qui pâtissent de ces stratégies"

Pour la présidente de Région, les premières victimes sont les salariés : "au final, ce sont encore et toujours les salariés qui pâtissent de ces stratégies. Depuis des années on nous explique que le site de Belfort n’est pas rentable, qu’on ne peut investir dans l’outil productif, qu’on ne peut recruter ou revaloriser les salaires des employés. L’argument a été sciemment utilisé pour dévaloriser tout un territoire. Si ces informations sont vérifiées, ce sont potentiellement des centaines de millions d’euros de recettes fiscales pour le pays et pour le Territoire de Belfort, qui n’auront pas pu être investis dans le développement local", s’insurge M-G Dufay. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Hausse des tarifs des autoroutes : risque d’un report massif du trafic des autoroutes vers les routes nationales

L’augmentation moyenne du tarif des péages d’autoroute à hauteur de 4,75 % entrera en vigueur à compter de ce mercredi 1er février 2023. Selon l’association 40 millions d’automobilistes, c’est "une hausse inadmissible qui s’ajoute au prix délirant des carburants et transforme la mobilité en luxe."

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.86
couvert
le 04/02 à 0h00
Vent
0.5 m/s
Pression
1036 hPa
Humidité
87 %