Polémique après une manifestation de Turcs à Dijon

Publié le 30/10/2020 - 16:02
Mis à jour le 30/10/2020 - 14:31

Le maire socialiste de Dijon François Rebsamen a dénoncé vendredi 30 octobre 2020 le "tweet odieux" du maire LR de Chalon-sur-Saône Gilles Platret pointant du doigt une montée du "communautarisme" dans la capitale bourguignonne au lendemain d'une manifestation pro-turque.

©Mairie de Besançon

"Le communautarisme gagne du terrain une fois encore à #Dijon, à la faveur ce soir d'une manifestation identitaire des #Turcs sur fond de cris religieux, en centre-ville. Quelle pitié de voir, après les émeutes interethniques de cet été, cette ville à ce point gangrenée!", a écrit Gilles Platret, vice-président des Républicains, investi pour les prochaines élections régionales en Bourgogne-Franche-Comté.

Jeudi soir, des manifestants brandissant des drapeaux turcs et criant "Allah Akbar" ("Dieu est le plus grand", en arabe) s'étaient rassemblés dans le centre de Dijon et avaient été dispersés par les forces de l'ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogènes.

? La manifestation nationaliste turque radicale qui s’est déroulée hier à Dijon est absolument intolérable, à l’instar...

Publiée par François Rebsamen sur Vendredi 30 octobre 2020

Une "manifestation nationaliste turque radicale absolument intolérable"

M. Rebsamen a dénoncé cette "manifestation nationaliste turque radicale" comme "absolument intolérable", réclamant que "ce genre de manifestation, véritable provocation à l'égard de la République, soit interdite". "Quant au maire de Chalon-sur-Saône qui s'est exprimé par un tweet odieux, je regrette la petitesse de son esprit", a poursuivi l'ancien ministre du Travail qui l'interprète par des "visées électoralistes régionales".

Le préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté Fabien Sudry a condamné dans un communiqué "avec la plus grande fermeté le rassemblement et la déambulation d'environ 70 jeunes originaires de plusieurs collectivités de Côte-d'Or, arborant des drapeaux turcs, (jeudi) soir dans les rues de Dijon". "Les services de renseignement travaillent à l'identification des participants", a ajouté le préfet, en ajoutant qu'"aucune dégradation" n'était à déplorer.

Cette manifestation est intervenue alors que des tensions entre des ultra-nationalistes turcs et la diaspora arménienne est montée d'un cran mercredi près de Lyon. Après une rixe sur l'autoroute A7 dans la matinée au niveau de Vienne (Isère), des militants turcs ont tenté d'en découdre le soir à Décines-Charpieu, ville de la banlieue lyonnaise où vit une importante communauté arménienne.

Dijon avait pour sa part été secouée mi-juin par une démonstration de force de centaines de membres de la communauté tchétchène qui avaient défilé en pleine ville plusieurs nuits durant pour se venger de l'agression d'un des leurs qu'ils disaient être le fait de membres de la communauté maghrébine.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Reprise des cultes : « Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état » selon l’Archevêque de Besançon

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".

Violences conjugales : le dépôt de plainte bientôt possible à l’hôpital de Besançon…

Dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes ce 25 novembre 2020, plusieurs acteurs du département ont signé une convention relative à l’accueil, la prise en charge et la prise des plaintes des femmes victimes de violences, dans les locaux du Centre Hospitalier Universitaire de Besançon.

Violences conjugales : le premier bracelet anti-rapprochement testé dès le 8 décembre à Besançon

À l'occasion de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes, le procureur de la République de Besançon et le préfet du Doubs entouré de leurs partenaires (France Victime Besançon, Police, Gendarmerie et Service Pénitentiaire d'Insertion et de Probation) ont signé ce mercredi 25 novembre 2020 le protocole de mise en œuvre du "Bracelet anti-rapprochement" au sein du tribunal judicaire de Besançon. Objectif : mieux protéger les victimes de conjoints ou ex-conjoints violents.

Violences conjugales : un signalement possible sur le site internet de l’enseigne Carrefour

Dans le cadre de la mobilisation des forces de l’ordre contre les violences conjugales, Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la Citoyenneté, s’est rendue ce 24 novembre 2020 dans le magasin Carrefour de la Ville du Bois afin de lancer officiellement le partenariat entre Carrefour et la Gendarmerie Nationale.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 5.86
ciel dégagé
le 27/11 à 18h00
Vent
1.47 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
92 %

Sondage