Pollutions des rivières: un recours de SOS Loue contre l'Etat

Publié le 18/01/2011 - 17:40
Mis à jour le 18/01/2011 - 17:40

Le collectif SOS Loue et Rivières comtoises s’attaque à l’Etat qui pratique « la politique de l’autriche », plutôt que de veiller au bon état écologique des rivières comme l’impose une directive européenne.

 ©
©
Ce qui s'est passé au printemps dans la Loue et plus récemment dans le Doubs franco-suisse sont autant de gouttes d'eau qui ont fait déborder le vase. Créé en juillet 2010, le collectif SOS Loue et Rivières comtoises, qui regroupe plusieurs associations et a obtenu la griffe de WWF, estime que l'Etat ne fait pas son boulot en matière de protection des rivières. Pire, estime le collectif, il se voile la face et couvre des agissements répréhensibles notamment de la part de certains agriculteurs.

En annonçant fin 2010 sous forme de « paradoxe » que tout allait bien, alors que la population piscicole enregistrait des baisses de 50%, voire de 90% dans certains endroits, l'Etat a démontré qu'il n'avait pas pris le problème à bras le corps. C'est l'accusation porté par SOS Loue qui s'appuie aujourd'hui sur la réglementation européenne pour déposer un recours. En effet, une directive cadre sur l'eau impose aux Etats membres un bon état écologique des rivières avec des sanctions à la clé. Et si les normes en vigueur ne contribuent pas à l'amélioration des rivières, il faut adopter des normes plus draconiennes.

«  Il y a une obligation de résultat sur des critères bien établis comme le peuplement piscicole, la présence d'algues et de macro-vertébrées », explique un responsable du collectif. « Etant donné que la dégradation perdure depuis des décennies, on attendait de l'Etat une remise en question notamment de sa politique d'épandage, alors que rien n'a changé. En fait, le vrai paradoxe de la Loue c'est qu'on a mis des millions d'euros dans des politiques qui n'ont entrainé aucune amélioration », poursuit-il.

Et de dénoncer les agriculteurs négligents, mais aussi la politique de l'assainissement avec une police de l'eau insuffisante et l'absence d'entretien des dispositifs de protection en place. « Il n'y a pas de rigueur dans tout ça », estime le collectif dont « le but n'est pas de faire sanctionner la France, mais de sauver les rivières avant qu'il ne soit trop tard ». « La politique de l'autruche est inacceptable et si notre recours gracieux auprès du ministère et de la commission européenne de l'environnement n'aboutit pas à une réponse, nous serons contraints de déposer une plainte officielle ».

Autre message du collectif: toutes les rivières de la région sont touchées par la pollution. Il y a la Loue et le Doubs, mais aussi le Dessoubre, le Cusancin... 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Le Sénat approuve l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le Congrès réuni lundi

Les sénateurs ont largement voté mercredi 28 février 2024 en faveur de l’inscription de l’IVG dans la Constitution en des termes identiques à ceux de l’Assemblée, assurant de ce fait une "liberté garantie" aux femmes d’avoir recours à l’avortement. Cette modification de la Constitution doit désormais être soumise au Congrès qui se réunira dès lundi à Versailles.

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

Salon du chiot à Besançon : la Ville “pas favorable à ce type d’événement”

AJOUT RÉACTION VILLE • Ce week-end à Micropolis se tiendra le Salon du chiot, qui proposera la vente de chiots et de chatons. Un événement qualifié de "foire à la souffrance" par les associations engagées dans la défense du bien-être animal qui dénoncent l’organisation d’un tel salon et demande son annulation. Une pétition a été lancée en ligne...

Le projet de Maison des femmes pour l’égalité à Besançon se concrétise

Dans le cadre de la future Maison des femmes pour l’égalité qui sera implantée à Besançon, le centre d’information sur les droits des femmes et des familles du Doubs et Solidarité Femmes organisent l'inauguration de l’association de préfiguration le dimanche 10 mars 2024 au Grand Kursaal de Besançon.

SIA 2024 : l’agriculture en Bourgogne Franche-Comté est “aussi forte que la filière auto”

Comme chaque année, la Région Bourgogne - Franche-Comté élit domicile temporaire le Salon international de l’agriculture à Paris pendant neuf jours dans le but de promouvoir les produits, les producteurs et éleveurs de son territoire. C’est dans le pavillon 3 mardi 27 février 2024 que nous avons rencontré Christian Morel, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire.

Besançon : plus de 13.300 dépôts sauvages ramassés en 2023, près de 500 en 2024…

QUOI DE NEUF À BESAC ? • En 10 ans, le nombre de dépôts sauvages s’est multiplié par 10 à Besançon, comme partout en France, un fléau qui coûte très cher aux collectivités. C’est le sujet de notre rubrique Quoi de neuf à Besac ? de ce mois de février 2024, avec Marie Zéhaf, conseillère municipale déléguée à la Voirie.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.05
couvert
le 02/03 à 3h00
Vent
4.31 m/s
Pression
1006 hPa
Humidité
76 %