Radicalisation : un habitant de Saône-et-Loire assigné à résidence

Publié le 17/12/2015 - 18:17
Mis à jour le 17/12/2015 - 18:17

Le tribunal administratif de Dijon a maintenu ce jeudi 17 décembre l'assignation à résidence d'un habitant de Saône-et-Loire tout en demandant aux autorités d'en "définir" la durée, cette mesure étant "susceptible", à terme, "de devenir disproportionnée".

PUBLICITÉ

Le tribunal avait été saisi en référé par un résident d’Autun de 27 ans dont le frère, radicalisé, est parti combattre en Syrie en 2013 dans les rangs du groupe de l’État islamique. Il est soupçonné d’avoir voulu le rejoindre, ce qu’il nie.

Le juge a maintenu son assignation à résidence mais a toutefois prescrit au ministère de l’Intérieur de « définir » une durée à cette assignation à résidence car « ces mesures justifiées au départ sont susceptibles, en cas d’évolution des circonstances de droit ou de fait, de devenir disproportionnées et, par suite, de violer les droits de l’intéressé ».

Son frère diplômé à Belfort

L’avocat du jeune homme, Me Florian Borg, s’est félicité auprès de l’AFP de
cette injonction visant le ministère, considérant qu’il s’agissait d’un « point
important ». Citant des « notes blanches » produites par l’Intérieur, le tribunal rappelle dans son jugement que le frère du jeune Autunois, âgé de 21 ans, avait demandé à son aîné, titulaire d’un master de l’École supérieure des technologies et des affaires de Belfort, « de le rejoindre pour participer à la mise en place d’une banque islamique, en lui prodiguant des conseils afin de justifier ses déplacements sans éveiller les soupçons ».

Ce dernier aurait « acquiescé à cette demande » et entrepris de « quitter la France », avant d’être intercepté par les gendarmes de la Drôme le 23 octobre dernier, poursuit-on. « Mon client nie : on lui reproche d’avoir des conversations avec son frère et il s’agit d’interprétations faites sur la base d’écoutes auxquelles je n’ai pas accès », a dénoncé Me Borg. « N’ayant pas accès à toutes les pièces du dossier, c’est parole contre parole », a-t-il estimé.

Le jeune homme a également produit pour sa défense un certificat médical indiquant qu’il souffre « de troubles bipolaires » et qu’il « bénéficie d’un traitement neuroleptique ayant pour effet ‘une altération de la motivation associée à un ralentissement psychomoteur manifeste’ incompatibles avec un ‘processus de radicalisation' ».

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 20.35
légère pluie
le 25/05 à 15h00
Vent
3.4 m/s
Pression
1016.1 hPa
Humidité
71 %

Sondage