Rebsamen demande une "réponse politique" à Macron avant la fin du grand  débat

Publié le 01/02/2019 - 08:41
Mis à jour le 01/02/2019 - 08:41

Le maire PS de Dijon François Rebsamen a appelé ce jeudi 31 janvier 2019 Emmanuel Macron à donner une « réponse politique rapide » au mouvement des Gilets Jaunes, sans attendre la fin du grand débat, pour mettre fin aux manifestations tous les samedis.

François Rebsamen © Alexane Alfaro
François Rebsamen © Alexane Alfaro

"Je souhaite une réponse politique rapide. Le débat national est une bonne porte de sortie mais nous n'allons pas attendre fin mars une décision du président de la République en ayant des manifestations tous les samedis", a déclaré M. Rebsamen aux journalistes.

 "Une ou deux décisions annoncées faciliteraient peut-être"

"J'imagine mal, vu l'état de fatigue, d'épuisement des forces de l'ordre, des policiers municipaux, des agents qui assurent la propreté de la ville, comment on pourrait tenir comme cela encore sept, huit ou dix samedis d'affilée", a-t-il poursuivi lors d'une conférence de presse à la préfecture de Côte-d'Or.

"Une ou deux décisions annoncées faciliteraient peut-être" une sortie de crise, a suggéré le maire de la capitale bourguignonne, reconnaissant ne pas avoir la solution. "Le gouvernement a traîné à apporter une réponse fin décembre, il a fallu attendre quasiment un mois", a-t-il critiqué.

"Dijon a été systématiquement le lieu de déroulement d'actions violentes"

"Si on peut renforcer l'arsenal juridique pour aider les policiers et les gendarmes à faire leur travail, je n'y suis jamais opposé" tant que cela se fait "dans le cadre constitutionnel", a aussi indiqué M. Rebsamen, répondant à une question sur le texte de loi "anticasseurs" discuté à l'Assemblée.

Le coût du mouvement pour la ville et la métropole est jusqu'à présent de l'ordre du million d'euros, selon l'élu, une somme qui correspond notamment aux dispositifs de protection, à la réparation des dégâts, au nettoyage ou encore à des exonérations de redevances pour les commerçants.

"Dijon a été systématiquement le lieu de déroulement d'actions violentes" depuis le début du mouvement, selon le préfet Bernard Schmeltz, appelant les manifestants pacifiques à se "désolidariser des casseurs". M. Schmeltz a aussi dénoncé "les agressions verbales et physiques extrêmement violentes contre les policiers et les gendarmes, des insultes, des injures, des jets de pavés, de bouteilles d'acide, de barrières et, la semaine dernière, des jets de récipients contenant des excréments".

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Le Grand Débat 2019

Emmanuel Macron s’adressera aux Français ce mardi soir à 20h00

Emmanuel Macron souhaiterait des référendums d’initiative citoyenne (RIC), réclamés par les « gilets jaunes » mais limités à des sujets locaux, un référendum d’initiative partagée simplifié et une convention citoyenne tirée au sort, selon le projet d’allocution qu’il devait prononcer ce lundi 15 avril 2019. Il s’adressera à la Nation ce mardi soir à 20h00.

Grand débat national : quel bilan pour le Doubs ?

Lancé par le gouvernement depuis le 15 janvier 2019, le Grand débat national a été mené sous plusieurs formes (cahiers de doléances, débats publics ou encore stands mobiles dans les postes et les gares). Il se terminera le 15 mars prochain.  Que peut-on en tirer ? Y a-t-il eu beaucoup de participations dans le Doubs ? Jean-Philippe Setbon, sous-préfet de l’arrondissement de Besançon, secrétaire général de la préfecture du Doubs, nous répond.

Grand Débat national : des stands mobiles installés pendant deux jours à la gare de Besançon

Après les cahiers de doléances installés dans les mairies en France dans le cadre du Grand Débat National (du 15 janvier au 15 mars 2019), c’est au tour de stands mobiles d’être mis en place. Ils sont installés ces 4 et 5 mars 2019 en gare Besançon Viotte. Lieu de passage important à Besançon, la gare compte 7500 clients par jour.

L’Adapei du Doubs s’invite dans le Grand débat national…

À l’occasion du Grand Débat national mené depuis le 15 janvier 2019 dans toutes les communes de France, l’Adapei du Doubs souhaite faire partie du paysage politique et invite au débat sur des questions de citoyenneté et plus précisément sur la place accordée aux personnes en situation de handicap. Plusieurs dates sont prévues dans le département.

Politique

Législatives 2024 : cette fois, le Mouvement Franche-Comté appelle à ne pas voter pour LFI

Après avoir appelé les Francs-Comtois à ne pas voter aux prochaines législatives pour l’extrême droite, le RN, parti ”national-centraliste” en ce qu’il souhaite détruire l’Europe et supprimer les régions, le Mouvement Franche-Comté leur demande, ce vendredi 14 juin, ne pas voter pour les candidats de La France insoumise, parti co-fondateur du Nouveau Front populaire.

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Accord signé au Nouveau Front populaire : Dominique Voynet, candidate dans le Doubs

Les Écologistes, le Parti socialiste, la France insoumise et le Parti communiste ont trouvé et signé jeudi 13 juin au soir un accord pour la création d'un "Nouveau Front populaire", après l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale le 9 juin dernier. Dominique Voynet (EELV), ancienne ministre et secrétaire régionale d'Europe Écologie-Les Verts en Bourgogne-Franche-Comté est candidate dans la deuxième circonscription du Doubs, supplée par Anthony Poulin, adjoint à la maire de Besançon.

Législatives 2024 : Éric Alauzet se retire et laisse la place à Benoît Vuillemin

Selon un communiqué du 13 juin 2024, le député de la deuxième circonscription du Doubs du parti Renaissance, Éric Alauzet, a décidé de se retirer de la campagne pour l’élection législatives anticipée des 30 juin et 7 juillet. Il confirme la candidature de Benoît Vuillemin, maire de Saône et vice-président de Grand Besançon Métropole.

Législatives 2024 : un collectif mobilisé contre l’extrême droite à Besançon

À l'initiative de la Ligue des droits de l'Homme, une cinquantaine d'associations, d'ONG et d'organisations syndicales se sont réunies lundi 11 juin 2024 et ont décidé de former un collectif suite aux résultats des élections européennes. Pour rappel, une mobilisation contre l’extrême droite est prévue samedi 15 juin 2024 à 15h00 place de la Révolution à Besançon.

Législatives 2024 : comment voter par procuration ?

Le 9 juin 2024, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblée Nationale, appelant ainsi les Français à retourner aux urnes les 30 juin et 7 prochains. En vue de ces élections législatives, et en ce début de saison estivale, le ministère de l’Intérieur et des Outre-mer renouvelle le dispositif de procuration dématérialisée, mis en place pour la première fois pour les élections Européennes 2024. Précisions.

Eric Ciotti exclu des LR, Annie Genevard reprend la co-gouvernance

La secrétaire générale Les Républicains et députée du Doubs a tenu une courte conférence de presse aux côtés Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne Rhône-Alpes ce mercredi 12 juin 2024 après avoir convoqué un bureau politique exceptionnel suite à l’annonce d’ Eric Ciotti d’un accord avec le Rassemblement national en vue des élections législatives.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.34
forte pluie
le 15/06 à 3h00
Vent
5.03 m/s
Pression
1008 hPa
Humidité
96 %