Régionales en Bourgogne Franche-Comté : les candidats et la fusion des régions

Publié le 18/06/2021 - 16:45
Mis à jour le 18/06/2021 - 16:35

Depuis 2015, la Bourgogne et la Franche-Comté font destin commun. Une fusion qui n’est pas pour autant acceptée par tous les habitants. Certains y voient une perte d’identité et de visibilité. Comment les candidats aux élections régionales voient-ils cette rivalité entre les deux ex régions et entre Besançon et Dijon ?

 ©
©

Le premier tour des élections régionales se tient ce dimanche 20 juin 2021.

Dans un communiqué le Mouvement Franche-Comté, de Jean-Philippe Allenbach appelle électeurs, "notamment les Francs-Comtois", à voter blanc, ou sinon à s’abstenir, "afin de ne pas cautionner par leur vote l’existence  même de la région "Bourgogne-Franche-Comté".

Quelle est la position des candidats à ce sujet ?  Les dissensions nées de la loi NOTRe sont-elles toujours d'actualité selon eux  ? Comment créer l'unité ? Comment améliorer cette fusion ? C'est la question que nous avons posée aux candidats

Bastien Faudot

  • Liste : Le Temps des Cerises
  • GRS – LFI – Génération.s – Place Publique – Nouvelle Donne – LRDG- GDS – Ensemble ! – PEPS

"Je pense que cette question intéresse peu les gens. Mais oui, la réorganisation a déséquilibré les relations entre Dijon et Besançon. Il faut sortir de la schizophrénie de l’organisation en bi-site :

Dijon est la capitale, l’unité de la région n’est pas en cause, mais il faut améliorer l’existant pour Besançon en transférant le cas échéant d’autres institutions et organismes régionaux comme le CESER, le Comité régional du Tourisme, le futur Établissement Public Foncier que nous voulons créer par exemple".

Julien Odoul

  • Liste : Pour une région qui vous protège
  • Étiquettes politiques : Rassemblement National / Avenir français / Les localistes / Droite Populaire

"Par le rééquilibrage territorial que j’ai évoqué. La fusion des régions n’avait aucun sens : elle a été mal préparée par les socialistes pour empêcher l’accession au pouvoir du Rassemblement national et pour répondre aux injonctions de la Commission européenne.

Pour mettre fin aux rivalités, je veux rééquilibrer la politique territoriale. Il faut en finir avec l’abandon de pans entiers du territoire : cela peut se faire directement via les transports, en réhabilitant les petites lignes et en finançant des bus dans les campagnes."

Stéphanie Modde

  • Liste : Écologistes et Solidaires
  • Étiquettes politiques : Europe Ecologie Les Verts, Cap Ecologie, Génération Écologie

"Nous préférons la coopération à la compétition, ce qui implique un développement équilibré des territoires avec leurs spécificités. La course à la métropolisation a toujours comme conséquence la concentration et l'abandon de certains territoires. Finalement, la question de la « rivalité » entre Besançon et Dijon est la même que celui de l'abandon de la ruralité.

Nous devons faire avec cette fusion même si elle n'a pas permis de simplifier les fonctionnements administratifs, mais elle ne pourra jamais non plus faire disparaître les identités locales."

Denis Thuriot

  • Liste : La Région partout et pour tous – Majorité Présidentielle
  • Étiquettes politiques : LREM / AGIR / MODEM / TERRITOIRES DE PROGRES / MOUVEMENT RADICAL

"Les rivalités sont stériles et contre-productives. Maire d’une ville médiane et président d’une agglomération « intermédiaire », nous devons mettre en valeur aussi bien nos grandes villes que nos territoires plus ruraux. Il ne doit plus y avoir qu’une nouvelle Bourgogne Franche-Comté, sans complexe les uns envers les autres, une seule Région, qui soit plus conquérante.

Nous mettrons en valeur et en réseaux les pôles d’excellence qui existent un peu partout, en accentuant les formations, là où il y a des besoins. Compétitivité, et non-concurrence, dévoreuse d’énergie et compétitions qui font oublier une même communauté de destins."

Claire Rocher

  • Liste : Lutte ouvrière – Faire entendre le camp des travailleurs
  • Étiquettes politiques : Lutte ouvrière

"Ces questions n'intéressent sûrement pas les travailleurs que je représente. Ils ont des problèmes plus vitaux : les bas salaires, le chômage, les petites retraites. Et cela ne change rien qu'on habite en Franche-Comté ou en Bourgogne.

Ce sont les mêmes partout, car la crise économique dépasse largement le cadre d'une région. Ce sont leurs intérêts politiques et sociaux que je défends dans l'élection."

Marie-Guite Dufay

Liste : Notre Région par Coeur

Étiquettes politiques : PS-PRG-PCF et société civile

"Il ne s’agit que du premier mandat d’existence de cette grande Région. Mais la Bourgogne-Franche-Comté est déjà bien plus qu’une entité administrative.

La Bourgogne et la Franche-Comté, espace pluriel aux identités territoriales fortes, c’est une capacité à produire (automobile, agriculture, viticulture, métallurgie, etc.) et à exporter dans le monde entier, c’est le 1er investisseur public local, c’est la 6e région de France pour l’accueil des investissements. Oui, la région Bourgogne Franche-Comté existe. Et elle va continuer de monter en puissance."

Gilles Platret

  • Liste : Pour la Bourgogne et la Franche-Comté
  • Étiquettes politiques : Les Républicains

"La fusion a été un échec. Je crois aux identités régionales La Franche-Comté a perdu énormément : des emplois et une importance politique. C'est d'ailleurs incroyable que dans la ville de la présidente sortante on ait autant le sentiment que cette fusion réclamée par Mme Dufay et M. Patriat soit à ce point un échec.

Notre siège de Besançon retrouvera une vie avec une commission décentralisée dans laquelle les élus régionaux de Franche-Comté traiteront des dossiers de la Franche-Comté. Idem pour la Bourgogne. C'est la décentralisation à l'échelle de la région pour permettre d'avoir des élus sur place et que les citoyens puissent les rencontrer et que l'on puisse traiter les dossiers avec des personnes physiques.  Je veux redonner vie à la démocratie à Besançon, une vie politique et administrative, c'est mon ambition".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Régionales 2021 Bourgogne Franche-Comté

Régionales Bourgogne-Franche-Comté : qui sont les 100 élus de la région ?

Voici, par département la liste des nouveaux conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté. La liste de la présidente sortante, largement en tête, obtient 57 sièges. La liste de Gilles Platret (LR) récolte 18 sièges tout comme celle du RN Julien Odoul. La liste de Denis Thuriot (LREM) en récolte sept.

La sortante socialiste Marie-Guite Dufay largement réélue (42,2%)

La présidente sortante de  Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay, a été largement réélue, dimanche, avec 42,2% (289.925 voix), devant le  LR Gilles Platret  (24,23 % – 166.448 voix)  et le RN Julien Odoul (23,78% – 163.334 voix), selon les résultats complets, tandis que la liste LREM de Denis Thuriot, dont le maintien avait suscité des critiques, ne franchit pas la barre des 10% (9,79% – 67.220 voix)

Abstention aux Régionales : “la démocratie française plus que jamais en péril”, selon l’Institut Jean Jaurès

L’abstention record du premier tour des régionales (66,72 %) met « la démocratie française plus que jamais en péril », selon une étude publiée ce vendredi 25 juin 2021 par l’Institut Jean Jaurès, qui propose des pistes pour y faire face, comme le vote par correspondance ou une réforme du calendrier électoral.

36 % des Français disent vouloir aller voter dimanche, les électeurs pour la prise en compte du vote blanc

Après le taux d’abstention record (66,7 %) comptabilisé lors du premier tour des élections régionales, la tendance devrait se poursuivre, dimanche 27 juin, lors du second tour. Selon un sondage Ifop pour Le Journal du dimanche rendu public ce jeudi 24 juin, seulement 36 % des Français disent avoir l’intention de se rendre dans l’isoloir.

Politique

Législatives 2024 : comment voter par procuration ?

Le 9 juin 2024, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblée Nationale, appelant ainsi les Français à retourner aux urnes les 30 juin et 7 prochains. En vue de ces élections législatives, et en ce début de saison estivale, le ministère de l’Intérieur et des Outre-mer renouvelle le dispositif de procuration dématérialisée, mis en place pour la première fois pour les élections Européennes 2024. Précisions.

Eric Ciotti exclu des LR, Annie Genevard reprend la co-gouvernance

La secrétaire générale Les Républicains et députée du Doubs a tenu une courte conférence de presse aux côtés Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne Rhône-Alpes ce mercredi 12 juin 2024 après avoir convoqué un bureau politique exceptionnel suite à l’annonce d’ Eric Ciotti d’un accord avec le Rassemblement national en vue des élections législatives.

Législatives : les élus LR et de l’Union de la droite, du centre du Département du Doubs refusent ”clairement” le ralliement avec le RN

Dans un communiqué du mardi 11 juin 2024, le groupe majoritaire Les Républicains et apparentés du groupe Union de la droite, du centre et de la Société civile du conseil départemental du Doubs, dont la présidente Christine Bouquin, demandent une réunion du bureau de LR pour refuser ”clairement” la proposition d’Eric Ciotti.

Législatives : PS, PCF, EELV et LFI veulent “des candidatures uniques” dans “chaque circonscription” au premier tour

Le Parti socialiste, le Parti communiste, les Ecologistes et La France insoumise ont indiqué vouloir "soutenir des candidatures uniques dès le premier tour" des élections législatives, dans un communiqué également signé par Place publique, ou Générations. Pour rappel les élections législatives se dérouleront le 30 juin et 7 juillet 2024.

Les Républicains s’allie au RN : à Besançon, des élu(e)s démissionneront si Eric Ciotti reste en place

Nouveau tremblement de terre mardi 11 juin 2024 : le président du parti de droite Les Républicains a annoncé son ralliement au Rassemblement national dans la course aux élections législatives dont le premier tour est prévu le 30 juin. À Besançon, Ludovic Fagaut, chef du groupe LR Besançon maintenant au conseil municipal et premier vice-président du Département du Doubs, dit ne pas "cautionner les orientations d'Eric Ciotti".

Législatives : “Nous avons besoin d’une alliance” avec le RN, affirme le patron de LR Eric Ciotti

Le patron de LR Eric Ciotti a provoqué mardi 11 juin 2024 un coup de théâtre en annonçant que la droite avait "besoin d’une alliance" pour les législatives du 30 juin avec le Rassemblement national, un accord inédit avec l’extrême droite rejeté immédiatement par de nombreux dirigeants de son parti.

Législatives 2024 : ”L’urgence est de répondre à la désespérance et à la rupture de confiance” selon Anne Vignot

Dans un communiqué 10 juin 2024, la maire de Besançon EELV, Anne Vignot, fait un ”constat dramatique” suite aux résultats des élections européennes françaises au cours desquelles le Rassemblement national ressort victorieux. L’élue appelle à ”une majorité pour le progrès social et écologiste, par l’union des forces de gauche.”

Sondage – Comprenez-vous la décision d’Emmanuel Macron de dissoudre l’Assemblée nationale ?

Directement après l’annonce des résultats des élections européennes ce dimanche 9 juin 2024 où le RN est arrivé largement en tête, le chef de l’État a pris la décision de dissoudre l’Assemblée nationale afin de "redonner le choix de notre avenir parlementaire par le vote". Comprenez-vous la décision d’Emmanuel Macron ? C’est notre sondage de la semaine.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.97
légère pluie
le 12/06 à 18h00
Vent
2.94 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
74 %