Relaxe pour un détenu sorti de prison par la grâce d'une faute d'orthographe

Publié le 03/03/2016 - 09:03
Mis à jour le 03/03/2016 - 09:03

Une faute d'orthographe dans son nom lui avait offert une permission inespérée, et il en avait profité pour se faire la belle. Mercredi, Mohammed El Abassi, détenu au Pontet (Vaucluse) a finalement bénéficié d'une relaxe.

Insolite

La fuite de M. El Abassi remonte à novembre dernier: un juge d'application des peines d'Avignon accorde, pour le 3 novembre, une permission de sortie à un détenu nommé El Abbassi, afin qu'il effectue des démarches en vue de sa libération.

Mais au greffe du centre pénitentiaire du Pontet (Vaucluse), un "b" se perd dans la patronyme du détenu, et la permission de sortie est adressée par erreur à El Abassi, condamné lui le 20 mars 2015 à dix ans de prison pour un vol avec violence.

L'homme de 34 ans échappe au contrôle des empreintes digitales en raison d'un bandage à la main et la confusion n'avait été constatée que quelques heures après son départ. Il a finalement été interpellé deux semaines plus tard dans l'agglomération de Lille. "L'enquête interne a révélé que vous aviez parfaitement compris que cette permission ne s'appliquait pas à votre personne", a relevé la présidente, Michèle Nesme, lors de son procès mercredi devant le tribunal correctionnel d'Avignon. "J'allais pas dire non, j'étais pas bien", a répondu El Abassi dont le casier judiciaire comporte huit condamnations dont une pour des faits criminels.

Le ministère public avec réclamé un an de prison pour cette cavale, mais le tribunal l'a finalement relaxé pour "défaut de matérialité de l'infraction". Il a néanmoins été condamné mercredi pour d'autres faits : 18 mois de prison pour une précédente évasion, en août, d'un hôpital psychiatrique, et cinq ans de prison pour avoir volé, avec violence, le sac à main d'une octogénaire.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Meurtre d’Alexia : Jonathann Daval condamné à 25 ans de réclusion criminelle

Jonathann Daval, jugé depuis lundi pour le meurtre de sa femme Alexia qu'il reconnaît, a demandé à deux reprises "pardon" ce samedi 21 novembre 2020 aux parties civiles, avant que la cour d'assises de la Haute-Saône ne  se retire pour délibérer. Elle a finalement donné son verdict. Il est condamné à 25 ans de réclusion criminelle.

Meurtre d’Alexia : réclusion criminelle à perpétuité requise contre Jonathann Daval

L'avocat général Emmanuel Dupic a requis ce samedi 21 novembre 2020 devant les assises de la Haute-Saône la réclusion criminelle à perpétuité à l'encontre de Jonathann Daval, auteur d'un "crime presque parfait" parce que sa femme Alexia "voulait le quitter". Le verdict est attendu en fin d'après-midi ou en début de soirée.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 3.64
légère pluie
le 03/12 à 21h00
Vent
4.99 m/s
Pression
995 hPa
Humidité
91 %

Sondage