Renforcement de moyens pour le service de médecine légale du CHU de Besançon

Publié le 05/05/2022 - 18:00
Mis à jour le 05/05/2022 - 17:39

Un nouveau protocole doté de moyens supplémentaires a été signé mercredi 4 mai 2022 entre les services judiciaires et le service de médecine légale de l’hôpital Minjoz de Besançon. Ce dernier a réalisé 202 autopsies en 2021 et 88 depuis le début de l’année.

De nombreux acteurs de la santé et de la justice étaient réunis mercredi après-midi 4 mai 2022 au centre hospitalier universitaire (CHU) de Besançon, pour signer un nouvel accord autour de la médecine légale.

Consistant à autopsier les corps de personnes décédées, le service a pour objectif d'aider les services d’enquêtes à trouver des éléments de preuves expliquant la cause de la mort et ainsi être dans "la recherche de la vérité médicale" selon Chantal Carroger, directrice du CHU. Mais la recherche d’indices à travers l'autopsie d'un défunt n’est pas que criminelle, elle peut aussi être utile pour détecter des problèmes génétiques et ainsi prévenir la famille.

"Prendre soin des victimes, c’est aussi un des objectifs de la médecine légale", Chantal Carroger

Moins connu que dans les séries policières où les médecins légistes autopsient les corps, il existe aussi la médecine légale dite "du vivant". Elle aide principalement les services de police à s’assurer de l’état de santé d'un prévenu pour une éventuelle incarcération en garde à vue auprès d’un médecin légiste le jour,  ou d’un personnel de SOS Médecins durant les heures profondes de la nuit.

Ainsi, au cours de l’année passée, ce ne sont pas moins de 999 examens qui ont été réalisés dans ce cadre, soit deux fois plus qu'en 2020 avec 424 évaluations.

Un budget annuel d'un million d'euros

L’accord signé mercredi après-midi en présence de Chantal Carroger, directrice du CHU, Nathalie Delpey-Corbaux, première présidente de la Cour d'appel de Besançon, Christophe Barret, procureur général auprès la Cour d'appel de Besançon et Pierre Pribile, directeur général de l'agence régionale de santé Bourgogne-Franche-Comté, prévoit un budget annuel d’un million d’euros, alloué par le ministère de la Justice avec une revalorisation de 75 000€.

« C’est assez rare d’avoir un accord avec à la clé une augmentation des moyens », Pierre Pribili

Une équipe complète après des temps difficiles

Avec une "obstination et un engagement pour donner à la médecine légale des moyens à la hauteur de la tâche à accomplir", ce nouveau protocole doit donner de meilleurs moyens au service de médecine légale explique Christophe Barret.

Avec un effectif d’une quinzaine de personnes dont six médecins légistes à temps complet, deux à temps partiels, des aides-soignants et du personnel administratif, le service de médecine légale est désormais au  complet. Au soulagement de Chantal Carroger, directrice du CHU qui évoquait une époque récente où le service "a connu quelques turbulences" lorsque le service n'avait plus que deux médecins légistes.

Un nouveau protocole qui permet "d’améliorer la qualité offerte à la justice"

Pour Nathalie Delpey-Corbaux, première présidente de la Cour d'appel de Besançon, "il faut se féliciter de la chaîne pénale qui fonctionne bien et où la justice est toujours en mouvement."

Le service de médecine légale du CHU est ainsi essentiel au déroulement des enquêtes judiciaires, avec tout de même une "urgence procédurale où il faut exploiter les éléments de preuves dans un temps court qu’est celui de l’enquête" explique Christophe Barret, procureur de la Cour d'appel. "Ce sont des professions que l’on connaît peu, mais qui sont dans l’intérêt de la santé et de la justice..."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

En 2 ans, les plaintes pour violences conjugales ont explosé dans le Doubs. Entretien avec Étienne Manteaux, procureur de Besançon

EXCLUSIF • Quatre homicides en 2022, une hausse de 69% des faits graves, une hausse de 72% des faits de harcèlement et de menace le tout entre 2019 et 2022 dans le Doubs. Le département fait partie de ceux qui comptent le plus violences conjugales en France alors que l’on compte entre 120 et 130 homicides dans la sphère conjugale l’année dernière sur les 66 millions d’habitants… On en parle avec le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux en ce début d'année 2023.

Tirs à Planoise le 22 janvier : l’enquête a déjà permis de trouver la voiture des malfaiteurs

Le procureur de la République Étienne Manteaux a tenu une conférence de presse ce mercredi 25 janvier, trois jours après que des coups de feu à l'arme de guerre aient été tirés rue de Fribourg, dans le quartier de Planoise à Besançon. L’enquête a déjà levé le voile sur plusieurs éléments.

Disparition de Marie-Angèle Domece : " ultime " fouille dans l’Yonne pour retrouver le corps

MISE À JOUR • La campagne de recherches du corps de Marie-Angèle Domece, victime présumée du tueur en série Michel Fourniret en 1988, s'est conclue dans l'Yonne sans résultat, a indiqué mercredi 25 janvier 2023 le parquet de Nanterre, en charge du pôle "cold cases" des affaires non élucidées, sollicité par l'AFP.

Vandalisme de la Statue Victor Hugo à Besançon : " Un épilogue sinistre qui n’aurait jamais dû avoir lieu "

À quelques jours du jugement des deux étudiants soupçonnés d’avoir repeint le visage en blanc de la statue de Victor Hugo, oeuvre de Ousmane Sow, en novembre 2022 à Besançon, Béatrice Soulé, compagne du sculpteur sénégalais, parle d’"une polémique qui n’avait aucune raison d’être" dans un communiqué du 24 janvier 2023.

Procès des Barjols : un Belfortain et un Haut-Saônois parmi les 13 militants d’ultradroite jugés à Paris

Treize personnes affiliées au groupuscule d’ultradroite des Barjols comparaissent à partir de ce mardi 17 janvier à Paris, soupçonnées d’avoir préparé une série d’actions violentes dont un projet d’attaque contre Emmanuel Macron fin 2018, en marge du centenaire de l’armistice.

Le parquet conteste au Dr Péchier la possibilité d’exercer la médecine

Suite à l’arrêt rendu par la chambre d’instruction le lundi 11 janvier, qui autorise le docteur Péchier a exercer la médecine, le procureur de la République de Besançon Etienne Manteaux a tenu à réagir et à faire un point d’étape sur l’information judiciaire dans laquelle le médecin est mis en examen. 

Abus sexuels : le diocèse de Besançon lance un appel pour retrouver d’éventuelles victimes d’un abbé décédé

Le diocèse de Besançon a lancé un appel pour retrouver "d'éventuelles victimes" de Raymond Jaccard, un abbé décédé en 2021 connu pour son action auprès des lépreux camerounais, sanctionné de son vivant après des soupçons "d'abus d'ordre sexuel et spirituel" sur des majeurs.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 0.87
couvert
le 28/01 à 18h00
Vent
3.91 m/s
Pression
1025 hPa
Humidité
75 %