Salon Bio&Co à Besançon : des voies s’élèvent face à des pratiques ”douteuses voire dangereuses”

Publié le 01/04/2024 - 17:30
Mis à jour le 28/03/2024 - 08:56

Dans un communiqué du 25 mars 2024, le collectif ”à gauche citoyen !” souhaite mettre en garde la population contre la tenue du salon Bio&Co en avril prochain à Besançon. Dominique Voynet, secrétaire régionale EELV Franche-Comté, dénonce également plusieurs pratiques. Pourquoi ?

Lors cet évènement qui se déroulera du 12 au 14 avril à Micropolis, des conférences, ateliers, ouvrages, produits commerciaux seront proposés dont les bases et les bienfaits scientifique ”sont plus que douteuses, voire dangereuses en particulier lorsqu’ils profitent de la crédulité d’un bon nombre de visiteurs souvent en mal de vivre ou en recherche de bien être”, selon ”à gauche citoyens !”.

D’après le collectif, ”les croyances d’un autre âge (Moyen Âge ou « science-fiction ») y sont légions ; certains conférenciers, à travers une logorrhée verbale tentent de faire croire en citant quelques noms de scientifiques, que leurs propos reposent sur des constatations et faits avérés.” 

Il dénonce pas moins de trois problèmes ”soulevés par les scientifiques” : 

  • ”la promotion de thérapies alternatives qui sont dangereuses directement ou indirectement en détournant le public de la médecine classique ou en retardant la prise en charge de problèmes de santé graves.” 
  • ”l'amalgame malheureusement trop fréquent entre agriculture biologique et pseudo-sciences, ésotérisme, etc. qui nuit clairement à l'image de l'agriculture biologique qui repose sur des bases rationnelles et dont la pertinence écologique et sanitaire est démontrée.” 
  • ”la tribune offerte à des conférenciers ouvertement complotistes, dont certains sont proches de l'extrême-droite et de la sphère Soral. Henri Joyeux, dont le discours « antivax » avait gonflé la notoriété, plusieurs fois sanctionné par l’ordre national des médecins, interdit d’exercer la médecine pendant 2 ans à compter de 2024 sera néanmoins la star du salon avec pas moins de trois conférences.” 

Enfin, l’association ”à gauche citoyens !” dénonce fermement ”ce qui s’apparente à des phénomènes sociétaux régressifs, à la remise en cause des avancées scientifiques en particulier dans le domaine médical qui ont permis, qu’on le veuille ou non, de réduire les maladies, leur lot de souffrances, les épidémies et d’augmenter de façon significative l’espérance de vie.” 

”C’est révoltant”

Dans un communiqué du 15 mars, Dominique Voynet, secrétaire régionale EELV Franche-Comté, avait indiqué que lors de ce salon, ”tous les exposants ne sont pas des arnaqueurs et on trouvera sans doute au fil des allées du bon pain, du fromage de qualité ou de chaudes chaussettes de laine.” Et d’ajouter ironiquement : ”Les visiteurs s’amuseront sans doute aussi des stands qui prétendront exploiter leur crédulité et leur vendre, parfois pour une bouchée de pain, parfois pour des sommes astronomiques, des pierres qui soignent tous les maux, des amulettes magiques ou presque, des crèmes miraculeuses, des gadgets formidables pour renouer avec le cosmos ou équilibrer leurs chakras !”

Mais selon la secrétaire régionale EELV, le plus grave réside du côté des conférences proposées au public : ”une poignée à peine sont sérieuses, invitant à comprendre la crise écologique ou à adopter une bonne hygiène de vie. Beaucoup d’autres sont farfelues – thème obscur, références pseudoscientifiques absconses, pratiques ésotériques, intervenants aux titres ronflants octroyés par des écoles inconnues, qui vendent des produits inutiles et des « stages » coûteux – et même dangereuses, quand elles donnent crédit à des thèses complotistes, quand elles conduisent des parents inquiets à confier leur santé et celle de leurs enfants à des gourous et des charlatans ou des personnes malades à retarder une prise en charge sérieuse par des praticiens aux techniques éprouvées.” 

En ajoutant : ”Et que penser du tapis rouge déployé pour Henri Joyeux, médecin radié de l’Ordre National des Médecins pour ses propos répétés sur les vaccins, suspecté d’avoir conduit des essais cliniques clandestins sur d’éventuels traitements des maladies d’Alzheimer et de Parkinson ? Au fil de trois conférences, il pourrait continuer à mobiliser ses adeptes crédules ? Soyons clairs : c’est révoltant.”

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national au ont, à leur tout, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

À Besançon et Cussey-sur-l’Ognon, bientôt la création d’une zone agricole protégée : pourquoi ?

Jeudi 11 avril 2024, le projet de création d’une zone agricole protégée (Zap) à Besançon et Cussey-sur-l’Ognon sera soumis au vote des élus de Grand Besançon Métropole. Quels sont les objectifs ? Quel avenir pour ces zones ? François Presse, conseillère communautaire à Grand Besançon Métropole déléguée à l'Agriculture, nous explique.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.85
légère pluie
le 15/04 à 21h00
Vent
7.91 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
65 %